Essai : Peugeot 407 Feline 2.2 HDI 170 phase 2

Essai Peugeot 407

Essai Peugeot 407

Coup de projecteur sur 407 FELINE :

Esthétiquement la présentation de cette jolie berline n’est plus à faire, ses courbes ont fait beaucoup couler d’encre en 2004 l’année de sa sortie.
Malheureusement l’engouement du début de carrière s’effrite peu à peu même si le restylage de cette voiture intervenu l’été dernier lui permet de rester plus ou moins au goût du jour, comme en témoignent les chiffres de vente qui enregistrent une baisse significative ces derniers mois.
C’est pourquoi nous avons voulu par cet essai remettre cette 407 sous les feux des projecteurs.
La voici pour l’occasion dans sa livrée FELINE gris manitoba équipée du moteur diesel le plus puissant de la gamme actuelle soit le fameux 2.2 litre HDI 170.

Ce moteur 4 cylindres a recourt à une double suralimentation offrant une valeur de couple de 370 nm à 1500 tours et 170 ch à 4 000 tours/minute associé à un châssis redoutable la 407 propose de belles cartes à son jeu.

Peugeot 407 Feline 2.2 HDI

Peugeot 407 Feline 2.2 HDI

407 n’a jamais laissé indifférent les amateurs de belles autos, en plus de s’offrir de jolies courbes le CX de la berline atteint 0,66. Son style à mi-chemin entre un coupé et une berline a fait mouche dès sa commercialisation.
On appréciera sur les dernières versions les aides au stationnement sonores avants & arrières presque indispensables sur une telle auto dont les courbes de sa carrosserie ne facilitent pas les manœuvres de stationnement ni les accès dans les petites ruelles. Rappelons d’autre part que le radar avant ne fait son apparition que fin 2008, les premières générations en étaient dépourvues.

Peugeot 407 profil jantes 18"

Peugeot 407 profil jantes 18″

On remarquera que notre modèle d’essai est affublé de belles jantes 18 pouces « soleil » qui confèrent à l’auto une touche de sportivité tout en préservant l’élégance générale de l’auto.

Peugeot 407 restylée vue arrière

Peugeot 407 restylée vue arrière

A l’intérieur :

L’ergonomie est bien pensée, le dessin du tableau de bord reste d’actualité.
La qualité des plastiques intérieurs pour une conception de voiture de plus de 5 ans ne souffre pas de réels défauts, la 407 affiche encore une belle finition.

L’agencement de l’écran du GPS (RT4 sur notre modèle d’essai) situé sur la console centrale est correct. Les informations de l’ordinateur de bord sont affichées dans l’odomètre ainsi que sur l’écran GPS.

On regrettera par contre ces compteurs à fond blancs déjà connus sur la 406, tout cela commence un peu à dater.
L’espace à l’avant est convenable mais l’arrière se montre moins habitable pour ce segment automobile.
On aurait par contre apprécié davantage d’espaces de rangements surtout au niveau du poste de conduite où l’on ne sait où poser son GSM, le porte gobelet a donc remplit cette mission…

Le coffre offre quand à lui une capacité légèrement en dessous de ces concurrentes mais il reste néanmoins largement exploitable.
Cependant il est regrettable que la poignée pour refermer la malle ne soit située que d’un seul côté de la garniture intérieure.

Porte gobelets Peugeot 407

Porte gobelets Peugeot 407

Au volant :

Les présentations faites, passons désormais au vif du sujet :

Sur l’asphalte la 407 est bluffant d’efficacité ; son châssis mais surtout son train avant composé de triangles superposés à pivot découplés est une pièce d’orfèvrerie.
Le confort, la précision de conduite chirurgicale confèrent à cette berline un réel plaisir de conduite : the road touch comme il est dit si bien dans la publicité n’est pas usurpé.
La 407 dotée des jantes 18 pouces demeure imperturbable quelque soit le type de parcours.

Les suspensions remplissent à merveille leur mission ; jamais trop raides ni trop molles, elles filtrent très bien les imperfections de la route dans un confort de roulage de haut niveau.

Le freinage assuré par des disques de frein avant et arrière de respectivement 330 mm et 290 mm apportent facilité de dosage et de progressivité.

Notre modèle d’essai n’était malheureusement pas équipé des nouveaux rétroviseurs et il faut avouer que ces rétroviseurs manquent cruellement de rétrovision. Désormais les 407 assemblées disposeront de nouveaux rétroviseurs répondant aux nouvelles normes.

Le moteur :

La pièce maitresse de cette auto, rarement un tel moteur diesel ne nous avait enthousiasmé à ce point. Coupleux à souhait dès les plus bas régimes, ce HDi apporte : souplesse d’utilisation et des performances de tout premier ordre le tout dans une consommation contenue.
Sa vélocité vous permettra des dépassements dignes d’une GTI ; le moindre qu’on puisse dire c’est que les deux turbos ne font pas semblants sous ce capot.

La boîte de vitesse manuelle à six rapports (ML6C/L) révèle un excellent étagement, vous pouvez presque cruiser sur le 4eme rapport en ville ; la voiture ne rechignera pas à se sortir d’un rond point, étonnant !
D’autant que ce moteur se distingue par son punch étonnant dès les plus bas régimes, la réponse à l’accélérateur est immédiate.
Avec un tel compromis moteur/transmission, quelque soit le rapport enclenché c’est la bonne pioche assurée ainsi le moteur vous gratifiera d’une poussée très énergique sans jamais faillir.

La Peugeot 407 reste une référence

La Peugeot 407 reste une référence

Conclusion :

La 407 présentent encore à l’heure actuelle d’incontestables aptitudes routières.
D’autant que ce 2.2 hdi n’exige pas beaucoup plus de carburant que la version 2.0 hdi 140.
Les irréductibles de la boîte automatique ne trouveront malheureusement chaussure à leur pied dans cette motorisation. Effectivement pour des raisons de marketing ce moteur n’est pas décliné en version transmission automatique. C’est fort regrettable car la clientèle ne manque pas d’autant que moteur/boîte existe déjà sur la Citroën C6. De surcroît vous ne pourrez désormais plus vous rabattre sur le 2.7 hdi 204 ch à transmission automatique car ce dernier à disparu du catalogue… Le nouveau moteur 3.0 hdi 240 n’est disponible pour l’instant que sur le coupé 407.
Moralité même si les concurrentes directes arborent des lignes plus modernes, la 407 est loin d’être « has been » et nous l’a admirablement prouvé lors de cet essai où l’efficacité et plaisir de conduite sont toujours au rendez-vous.

Ce que nous avons aimé :

Silence de fonctionnement,
Comportement routier hors pair,
Agrément de conduite (moteur/boîte),
Onctuosité du moteur,
Equipement pléthorique,
Consommation contenue.

Ce que nous avons moins aimé :

- Rétrovision très moyenne,
- Manque de rangement à l’intérieur,
- Ergonomie des commandes centrales,
- Porte à faux avant important.

Modèle essayé :

407 Feline Hdi 170 équipé de : Jantes 18, JBL, GPS couleur RT4.

Performances chiffrées constructeur :

- 0 à 100 : 8,7 secondes
- 1 000 mètres départ arrêté : 30 secondes
- 80 à 120 km/h (en 5ème) : 8,1 secondes
- 80 à 120 km/h (en 6ème) : 10,6 secondes

Consommations chiffrées constructeurs :

Urbaine : 8,1 L/100km
Extra urbaine : 5,0 L/100km
Mixte : 5,7 L/100km

Moyennes enregistrées lors de notre essai :

Parcours ville/nationale : 7,8 L/100km
Parcours autoroutier (110 km/h – 130 km/h) : 6,1 L

La consommation de la Peugeot 407

La consommation de la Peugeot 407

Dimensions :

Longueur : 4,691 m
Largeur (rétroviseurs dépliés) : 1.874 m
Hauteur : 1.452 m
Empattement : 2.725 m
Masse à vide : 1 624 Kgs