Essai Citroën DS3 1.4 VTi 95

Un des atouts de la nouvelle Citroën DS3 est son tarif très attractif face à ses concurrentes. L’entrée de gamme débute à 15.400 € en finition Chic avec la motorisation 1.4 VTi 95ch. Mais dans cette version est-elle aussi séduisante ?

Le succès de Citroën DS3 ne se dément pas. Les objectifs fixés par la marque aux chevrons sont largement dépassés. Entre février et mars, 14800 commandes ont été enregistrées confirmant ainsi le succès de la petite Citroën. La recette pour plaire au public ? Une silhouette compacte de break de chasse, un pavillon « flottant », un aileron de requin en guise de montant latéral, et une large palette de personnalisation.

Essai Citroën DS3 VTI 95

Essai Citroën DS3 VTI 95

Design

Même en finition d’entrée de gamme, Citroën DS3 conserve son charme. Notre version d’essai le prouve. Celle-ci est particulièrement séduisante dans sa robe Noir Obsidien. Ne vous fiez pas aux rétroviseurs et baguettes latérales chromés, aux feux diurnes à LED ou encore aux magnifiques jantes 17 pouces Bellone diamantées noires. Ces équipements sont disponibles sur la version Chic en option sous forme de pack d’équipements. Le client pourra personnaliser sa DS3 pour quelques centaines euros de plus au moyen d’un adhésif sur le toit, ici le modèle Urban Tribe dont on retrouve le motif sur les tapis de sol.

Citroen_DS3_VTi_95-54

A son bord

L’habitacle est en phase avec le design extérieur : élégant et dynamique. La planche de bord n’est pas sans rappeler l’univers de la moto en particulier le combiné trois cadrans et sa visière flottante. Le caractère sportif est accentué par le volant de petit diamètre et le pommeau du levier de vitesse mi-cuir mi aluminium. Attention, ici aussi certains équipements comme le système de navigation GPS couleur et la climatisation automatique ne sont proposés sur la finition Chic qu’en option. Une fois installé, le conducteur découvre de nouvelles facettes de la Citroën DS3. La planche de bord haute et le pare-brise court donne l’impression d’être confiné dans une voiture de sport. L’ergonomie est globalement satisfaisante si l’on fait abstraction de l’accoudoir central trop envahissant. La position de conduite est parfaite quelque soit la taille de la conductrice ou du conducteur. Les sièges avant, malgré leur faible épaisseur, sont très confortables ce qui n’est pas le cas aux places arrière. Les passagers trouveront l’assise et surtout le dossier très ferme. En revanche, l’espace aux jambes est plutôt correct compte tenu du gabarit du véhicule.

On regrette cependant les rangements peu nombreux avec seulement un logement à deux niveaux situé au pied de la planche de bord, des vide-poches dans les portes et deux minuscules bacs aux places arrière. Ces mesdames et mesdemoiselles apprécieront tout de même la boîte à gants très vaste qui offre un volume de 13 litres et l’éclairage du rangement face au levier de vitesse. Quant au coffre, Citroën annonce une capacité de 285 litres ce qui en fait le plus vaste de sa catégorie. Dommage que le seuil de chargement soit un peu haut.

Citroen_DS3_VTi_95-59

En conduite

Notre Citroën DS3 est équipée du 1.4 VTi développant une puissance de 95ch à 6000 tr/mn et un couple maximal de 136 Nm à 4000 tr/mn. Ce moteur bénéficie d’une distribution à calage variable en continu et d’un système de levée variable des soupapes d’admission. Cette technologie permet d’abaisser sensiblement les consommations et procure une plus grande souplesse d’utilisation. Voyons maintenant ce dont notre DS3 est capable. Contact, le moteur démarre, troublant à peine le silence à bord. Au ralenti, le 1.4 VTi est peu sonore mais vibre un peu trop ce qui engendre un léger tremblement dans le pédalier. Premier rapport engagé, DS3 s’élance dévoilant peu à peu le caractère de son moteur. Celui-ci se révèle un peu creux à bas régime ce qui pénalise les reprises sous 3000 tr/min. Pour exploiter au mieux la mécanique, il faut adopter un style de conduite différent par rapport à la DS3 1.6 THP 150. Le petit quatre cylindres aime évoluer entre 3000 et 4000 tr/mn et même au delà. Ainsi, les performances sont assez honorables avec un 0 à 100 km/h abattu en 10,6 secondes et un 1000 mètres départ arrêté réalisé en 32,2 secondes. En revanche, les reprises sont un peu molles, surtout en 5ème. Il ne faut pas hésiter à rétrograder pour avoir plus de vigueur lors des relances. Notez que les performances sont en partie bridées par les pneumatiques larges des jantes 17 pouces optionnelles.

Contrairement au 1,6 THP, le 1.4 VTi est accouplé à une boîte de vitesses à cinq rapports. L’étagement offre un bon compromis entre dynamisme et économie de carburant même si nous aurions aimé une boîte un peu plus courte, compte tenu du caractère du moteur. La commande de boîte dispose d’un débattement un peu trop important. En revanche, elle accroche nettement moins que sur 207 en particulier sur le second rapport. Globalement, son utilisation est plutôt agréable d’autant plus que le pommeau mi-cuir offre une excellente préhension.

Citroen_DS3_VTi_95-55

On aurait pu imaginer que Citroën affuble la version 1.4 VTi de liaisons au sol moins exigeantes que la version THP 150. Il n’en est rien. Notre DS3 fait preuve d’un comportement routier remarquable même lorsque l’on hausse le rythme. Le train avant est bluffant de précision. La petite Citroën aborde les virages avec autant d’assurance que les versions plus puissantes. Il faut avouer que les jantes 17 pouces chaussées de Bridgestone 205/45R17 collent littéralement la voiture à la route. Il est alors très difficile de mettre à la faute la voiture, toute dérive étant très difficile à amorcer sur sol sec. Le moins que l’on puisse dire est que le châssis est surdimensionné pour le moteur. Le seul point faible pourrait être les freins. Ces derniers sont composés de disques à l’avant et de simples tambours à l’arrière. Malgré tout, le freinage est assez endurant et très sécurisant même sur chaussée bosselée.

Malgré une volonté de conférer à DS3 un typage dynamique, le confort n’a pas été négligé. Certes, les suspensions sont très fermes mais elles filtrent assez bien les aspérités de la route. Malgré tout, certains pourront trouver cette DS3 inconfortable en particulier sur chaussée dégradée. L’insonorisation est très soignée en particulier celle du compartiment moteur. De même, les bruits de roulement ne sont pas excessifs compte tenu des larges pneumatiques. Seuls les bruits aérodynamiques restent trop présents surtout au niveau du montant du pare-brise.

Citroën a choisi d’implanter une direction très directe afin de conférer à DS3 une conduite dynamique. La direction est communicative et précise avec juste ce qu’il faut de fermeté au delà de 50 km/h. Ainsi, DS3 est très facile à conduire et procure énormément de plaisir sur route… comme en ville. DS3 est parfaitement à l’aise en milieu urbain où elle évolue avec en toute sérenité. Sa compacité (seulement 3,9 mètres) et son rayon de braquage très court (10,2 mètres) en font une citadine idéale. Fini les corvées de manœuvre de stationnement ou l’appréhension en s’engageant dans une rue étroite ! DS3 se faufile partout avec une facilité déconcertante.

Citroen_DS3_VTi_95-56


Budget

La Citroën DS3 1.4 VTi 95 n’est proposée que dans la finition d’entrée de gamme « Chic ». Cette version permet d’afficher un ticket d’entrée dans l’univers DS3 à 15.400€. Ce tarif peut sembler élevé au premier abord mais se révèle inférieur à ses concurrentes directes telle que la Mini. Malgré tout, il est dommage que Citroën n’ait pas fait un petit effort pour proposer la climatisation manuelle de série. A part cela, l’équipement est assez complet avec notamment les lève-vitres électriques avant et rétroviseurs électriques, système audio CD RDS MP3 avec prise Jack, airbags frontaux, latéraux et rideaux, projecteurs antibrouillard et régulateur-limiteur de vitesse.

A l’usage, ce modèle se montre plutôt économique. La consommation moyenne enregistrée lors de notre essai est de 7,2 L/100km sur un parcours mixte avec un rythme soutenu. Enfin, précisons qu’un indicateur de changement de rapport est présent sur le combiné afin d’inciter le conducteur à adopter une conduite économique.

Bilan

DS3 prouve encore une fois que plaisir de conduite ne rime pas toujours avec motorisation puissante. Très efficace dans sa version THP 150, la petite Citroën l’est aussi avec le 1.4 VTi 95. Le châssis très rigoureux est desservi par une direction très précise. L’ensemble rend cette DS3 très séduisante et ce même dans cette finition entrée de gamme « Chic »

Ce que nous avons aimé :

Le comportement routier

Le design extérieur et intérieur

La sobriété

Les possibilités de personnalisation

La position de conduite

Ce que nous avons moins aimé :

Le moteur creux à bas régime

Les bruits aérodynamiques

A lire également :

Essai Citroën DS3 Sport Chic THP 150

Texte et photos : Bruno Bonavent