Essai Mazda MX-5 2.0 MZR 160 : le roadster plaisir

MX5Commercialisée depuis 2005, la troisième génération de MX-5 s’est refait une beauté en 2009. Le beau temps étant revenu, c’est donc l’occasion d’essayer ce roadster dans sa plus belle configuration !

Conception

Le Roadster de Mazda est un mythe depuis déjà 20 ans ! Produit à plus de 850 000 exemplaires de 1989 à aujourd’hui, le MX-5 est le plus vendu de sa catégorie. Rappelons qu’à ses débuts il n’avait pas de réel concurrent, le marché des petits cabriolets deux places s’est alors développé. Trois générations ont été conçues, dont la dernière en 2005. Celle-ci s’équipe d’un toit de cabriolet coupé en complément de la capote souple classique et du régulateur de vitesse. Les points importants sont bien sûr conservés, plaisir de conduite, fiabilité, entretien simple, et tarif abordable.
En 2009 un restylage offre quelques modifications esthétiques et techniques.

Meilleure voiture de Sport 2010

Le 11 juin 2010 le cabinet britannique JD Power a nommé le MX-5 meilleure voiture de Sport de l’année 2010, suite à une enquête de satisfaction. Il totalise une note globale de 82,3 %.
Cette récompense vient s’ajouter au palmarès déjà existant, puisque près de 178 distinctions dans différents pays ont déjà été attribuées, dont 58 titres pour le modèle actuel.
mazda-mx5-01
Design
Avec des dimensions compactes, 4,02 m de long et 1,72 m de large, nous sommes bien en présence d’un roadster deux places.

Toujours aussi séduisant, le Mazda MX-5 facelift s’est offert quelques retouches esthétiques.
Les lignes extérieurs sont plus dynamiques. La face avant devient plus agressive, avec l’adoption d’un nouveau bouclier monobloc, et d’une calandre de forme pentagonale. Les blocs d’optique sont légèrement modifiés avec des inserts chromés autour, et les entourages d’antibrouillards sont triangulaires. Le profil parait plus dynamique avec une nouvelle moulure de bas de caisse profilée. Les ailes arrière se distinguent des ailes avant par un profil plus sculpté dans leur partie inférieure. Un nouveau design est apporté au bouclier et aux feux arrière et le troisième feu-stop devient transparent.
mazda-mx5-15-txt

Une aérodynamique travaillée
La caisse du MX-5 a subit des modifications en partie pour améliorer l’aérodynamisme. Elles concernent les éléments suivant : une zone étendue sous les antibrouillards entièrement remodelée, la lèvre inférieur de la calandre plus proéminente, des déflecteurs de roue avant plus larges, l’adoption de nouveaux bas de caisse qui accentuent la largeur des flancs et réduisent les écoulements d’air au niveau des roues arrière, des rétroviseurs optimisés, et des feux arrière étirés vers l’extérieur permettant de réduire les turbulences.

Un toit rigide
Les clients ont le choix entre deux modèles de cabriolets, capote souple, ou toit rigide. Ce dernier apparu sur la dernière génération de MX-5 ne pèse que 37 kg et s’ouvre en 12 secondes à l’aide d’une commande électrique sur la planche de bord et d’un déverrouillage manuel au dessus du rétroviseur. Les clients souhaitant conserver une allure de coupé et non seulement de cabriolet pourront alors choisir cette version.

mazda-mx5-18
Fidèle à lui-même, ce dernier modèle gagne en dynamisme, en robustesse, et en aérodynamisme. Il attire toujours autant le regard des passants.

LIRE LA SUITE DE L’ESSAI :

Essai Mazda MX-5 2.0 MZR 160 : à bord, à conduire

Essai Mazda MX-5 2.0 MZR 160 : bilan, photos et caractéristiques

Une réflexion au sujet de « Essai Mazda MX-5 2.0 MZR 160 : le roadster plaisir »


  1. Des lignes très séduisantes mais un habitacle tristounet

Les commentaires sont fermés.