Navirad

Navirad

Avec la prolifération des radars fixes, la psychose de voir les points de son permis s’envoler s’installe dans les esprits…

Pour appuyer votre vigilance sur route, un avertisseur de radar pourrait alors être un allié de taille.

Nous avons testé pendant plusieurs semaines le Navirad 6. Rassurez-vous, c’est 100 % légal, du moins pour l’instant ! Il ne s’agit pas d’un détecteur de radar, mais d’un avertisseur. Il fonctionne donc comme un GPS, et vous avertit lors de votre passage dans les zones à risques.

L’installation

Si vous avez déjà un GPS à ventouse à installer, l’avertisseur de radar vous réclamera lui aussi quelques secondes avant de prendre le départ. Un aimant adhésif est à fixer sur le tableau de bord : si vous avez plusieurs voitures, ce sera donc un problème. Sans fixer l’adhésif, le Navirad 6 ne restera pas longtemps là où vous l’avez posé dans les virages…

Autre problème : il ne fonctionne pas à piles, mais raccordé à une prise allume cigare, ou 12 V. Pour le brancher en plus d’un GPS nomade, ce sera alors difficile : peu de véhicules proposent un allume-cigare et une prise 12 V à l’avant.

Mais une batterie est intégrée au Navirad, et il ne sera pas nécessaire de le laisser raccorder tout le temps…

Le Navirad en service

Trois modes sont possibles : Alertes maximum, radars fixes seuls, et radars mobiles seuls.

A l’approche d’un radar fixe ou d’une zone de radar, le Navirad vous incitera à ralentir. Il ne le fait pas par bips sonores, car il parle comme un GPS ! Malgré tout, cela devient vite agaçant lors d’un long parcours. On finit régulièrement par couper le son, pour se contenter de regarder l’écran du Navirad de temps en temps. Il indique le type de risque, la distance, la vitesse autorisée et votre vitesse réelle.

Lorsque la zone de risque est passée, les lettres “PASS” s’affichent, et le Navirad vous indique alors votre vitesse de croisière. Comme celle-ci est basée sur votre localisation GPS, elle est plus réaliste que les compteurs de voitures.

En principe, le Navirad vous annonce donc une vitesse inférieure de 3 km/h à celle de votre véhicule. L’écart sera variable suivant les modèles de voitures.

Fonctionnant avec le GPS, le Navirad sera dans les choux lorsque vous serez sous un tunnel. Attention à la sortie d’un tunnel donc, car ces radars là ne pourront pas être indiqués.

Nous avons également relevé en France quelques radars fixes non signalés par le Navirad, alors que la mise à jour avait été faite.

Autre fonction : le mode pluie. Il réduit les vitesses autorisées de 20 km/h en cas de pluie, ou pour les jeunes conducteurs !

Le tarif est assez compétitif : 99 €. Il sera donc amorti dès le premier flash à 135 € évité !

Le Navirad 6 est non communiquant. Les mises à jour se font donc lorsqu’il est relié à internet. Contrairement au Coyote, vous ne pouvez donc pas signaler la présence d’un radar mobile aux autres usagers. Bon point : les mises à jour sont gratuites et illimitées.

Bilan

Le Navirad ne vous épargnera pas d’être vigilant par rapport aux contrôles de vitesse. Mais sur des parcours inconnus, il vous alertera lors de la traversées des zones de radars mobiles évidemment jamais signalées par les panneaux routiers !  Pour les gros rouleurs, ou pour les grands voyages, le Navirad 6 est un outil utile qui sera rapidement rentabilisé.

Navirad 6

Navirad 6


Mots clés pour ce billet :

2 réponses à Essai avertisseur de radar Navirad 6 : un allié pour les longs parcours

  • je suis satisfait de Navirad 6
    les remarques qq radars fixes (oubliés) éxact
    la mise à jour gratuite est a considerer!
    salutations

  • le réglage de navirad ,ne nous indique pas dudépassement de la vitesse en ville même avec la mis a jour récente quelle en est la raison?