Essai Audi A4 2.0 TDi 170 : une référence premium

audi-a4-tdi170-intro

Lancée en 2008, la quatrième génération de la berline d’Ingolstadt est un succès commercial indiscutable qui contribue largement aux très bons résultats d’Audi en 2010 avec 1,092 million de voitures vendues dans le monde. Ceci, nous amène aujourd’hui à nous intéresser à l’Audi A4 2.0 TDi 170 réputée performante et économique.

Design

Depuis l’Audi A5 tous les modèles de la gamme sont facilement identifiables par leur calandre et le single frame cher à la marque aux anneaux. De profil, l’A4 séduit par son élégance. Elle arbore des lignes fluides du capot au pavillon qui s’achèvent au coffre par un becquet intégré. Excepté la face avant très expressive, le design est on ne peut plus classique trop peut-être en particulier notre version d’essai en Brun teck métallisé équipée de modeste jantes 16 pouces. Heureusement, les feux avant et arrière à LED du plus bel effet rendent l’ensemble un peu plus attrayant.

audi-a4-tdi170-finition

A bord

Une fois installé à l’intérieur, on ressent immédiatement une impression de bien-être. La console centrale légèrement orientée vers le conducteur et la casquette du combiné qui se poursuit sur l’écran couleur central dégagent une impression de confinement sécurisante. Des inserts en aluminium brossé mat ajoutent une touche de sportivité qui tranche avec l’austérité de la planche de bord noire. On peut voir au premier coup d’œil le soin apporté au moindre détail. Les ajustements irréprochables et la qualité des matériaux de très bon niveau témoignent d’une très grande rigueur à la conception comme à la fabrication. Même constat en ce qui concerne les sièges. La sellerie cuir haute qualité Valcona optionnelle flatte les sens avec sa teinte chaleureuse et son touché valorisant. Le confort des sièges est très satisfaisant même à l’arrière, seul le maintien latéral est un peu juste.

L’Audi A4 demeure sans aucun doute la référence en matière de finition intérieure dans son segment.

Comme toujours chez Audi, l’ergonomie est plus que correcte. La position de conduite idéale est très facile à trouver et les diverses commandes très accessibles. Mention spécial au système MMI dont la commande sur la console centrale très intuitive facilite grandement l’utilisation. Après quelques jours de conduite il est même possible de naviguer dans les menus sans quitter les yeux de la route. L’écran couleur associé au système optionnel GPS Advanced est d’une lisibilité exemplaire. Les menus très riches et parfaitement agencés sont facilement accessibles. Ils demeurent toujours très compréhensibles même sans avoir lu attentivement le manuel d’utilisation.

Aux places avant, l’habitabilité est convenable même pour les grands gabarits. En revanche aux places à l’arrière, même si la garde au toit est correcte l’espace aux jambes est compté. Vous l’avez compris l’A4 n’est pas la familiale par excellence. Ses rangements sont peu nombreux en particulier aux places arrière. Enfin, le coffre se révèle peu pratique (pas de filet) et moyennement logeable avec un volume de 480 litres soit 100 litres de moins que la nouvelle VW Passat.

audi-a4-tdi170-ergonomie

A conduire

Sous le capot, on retrouve le 2.0 TDI de 170ch qui équipe d’autres modèles du groupe telles que les VW Passat, Seat Exeo ou bien Skoda Superb. Il dispose des dernières innovations telles que l’injection directe à rampe commune, du filtre à particule et du système d’arrêt-démarrage. Notez que ce dernier réduit sensiblement la consommation sur les trajets embouteillés mais se révèle peu discret, engendrant des soubresauts à chaque arrêt et démarrage. A part cela, la motorisation 2.0 TDI se montre très agréable, exempt de toute rugosité, très souple à bas régime tout en offrant une belle allonge dans les tours. De plus, sans aller jusqu’à rivaliser avec la sonorité d’un V6, les vocalises du 4 cylindres demeurent discrètes et assez agréables pour un diesel.

La boite de vitesse dispose de six rapports tirant assez longs afin de réduire efficacement la consommation. Par chance, l’élasticité du 2.0 TDI permet de conserver un certain dynamisme. Nous avons été agréablement surpris par les reprises qui sont assez convaincantes avec le 80 à 120km/h sur le 5ème rapport abattu en 8,8 secondes. De même, les accélérations sont toute aussi satisfaisantes avec le 0 à 100 km/h réalisé en 8,4 secondes. En revanche, nous avons trouvé la commande de boîte très ferme voire même un peu accrocheuse. De quoi nous faire regretter les excellentes transmissions S-Tronic et Multitronic.

Sur la route, l’Audi A4 se révèle redoutable. Les grandes distances ne lui font pas peur d’autant plus qu’elle sait ménager un réel confort à ses occupants. Si les jantes 16 pouces ne sont pas des plus sexy, elles offrent en revanche un confort considérable. C’est d’autant plus remarquable que notre modèle est dépourvu de suspensions sport optionnelles. Ainsi, les liaisons au sol assurent une très bonne isolation des imperfections de la chaussée. Le revers de la médaille est que les mouvements de caisse sont moins maitrisés. Lors de changement d’appui vif, l’Audi A4 a la fâcheuse tendance à l’écraser. Lorsque l’on hausse le rythme, les suspensions pompent un peu trop ce qui engendre une sensation désagréable de flou. Ceci est bien dommage car la direction se révèle bien calibrée et très précise. Si la souplesse des suspensions nuit un peu au plaisir de conduite, elle n’entrave en rien la sécurité active. L’Audi A4 offre un comportement sur avec une légère tendance au sous virage lorsque l’on aborde une courbe avec trop d’optimisme. L’électronique intervient alors à bon escient corrigeant toute dérive de trajectoire. Dans l’ensemble, le comportement routier est de bon niveau mais pour plus de plaisir nous recommandons vivement l’option « Châssis Sport ».

audi-a4-tdi170-boite

Budget

L’A4 fait cher payer sa qualité ! Audi revendique clairement son statut de marque premium. Notre modèle d’essai est facturé 35.280 euros. C’est certes moins qu’une Passat 2.0 TDI 170 DSG6 Carat mais cette dernière dispose d’un équipement de série plus complet et d’une boite de vitesse à double embrayage. L’écart se creuse encore plus avec les options qui font vite grimper la note comme le prouve le tarif de notre version d’essai.

Terminons ce chapitre sur une note positive. Si l’addition est salée à l’achat, l’Audi A4 sait ensuite faire preuve d’un appétit mesuré à la pompe. Sur un trajet type en région parisienne par un trafic dense, la consommation reste raisonnable avec une moyenne de 6,4 L/100 km. A vitesse stabilisée sur autoroute, on descend très vite sous les 6L/100km à condition bien sûr de respecter les limitations de vitesse.

LIRE LA SUITE DE L’ESSAI :

ssai Audi A4 2.0 TDi 170 : bilan, photos, caractéristiques

2 réflexions au sujet de « Essai Audi A4 2.0 TDi 170 : une référence premium »


  1. Quelle référence premium… Une “vulgaire” Laguna III (beaucoup moins chère !) s’est même payé le luxe de lui passer devant en terme de fiabilité (source ADAC, ce qui n’est pas rien !). En terme de qualité et de finition, cette référence premium est aujourd’hui égalée par les dernières Laguna III, C5 II et probablement par la nouvelle 508. Payer si cher juste pour l’image de marque n’est pas, pour moi, une preuve d’intelligence. Ah ces vieilles idées savamment entretenues sur les automobiles d’outre-Rhin…


  2. Pour répondre à Pascal,pour mes 40ans je me suis offert une a4 2.0 tfsi ambition luxe (j ai toujours roulé en francaises avant ,portefeuille oblige),franchement il y meme pas un once de comparaison entre audi et les francaises.
    Audi c’est la classe ,ca couine pas ca grince pas c’est du costaud ,du luxe .

Les commentaires sont fermés.