Essai Nissan Juke 1.5 dCi 110 Tekna

nissan-juke-dci-txt

Le Nissan Juke apparait comme un concurrent des Peugeot 207 ou Renault Clio, tout en affichant un look de « Mini-SUV ». Qu’apporte-t-il par rapport à une classique citadine ? Nous allons y répondre avec cet essai du Nissan Juke 1.5 dCi 110 Tekna.

Design

Le Nissan Juke doit son design au concept Qazana présenté au salon de Genève 2009.
Les designers se sont inspirés des voitures de rallye et des motos pour dessiner cette citadine. Le profil rappelle le style des coupés avec le vitrage latéral étroit et les poignées de portes arrière invisibles. Avec une garde au sol surélevée et sa ceinture de caisse haute l’esprit SUV se dégage également. A l’avant les projecteurs qui accueillent les feux de position et les clignotants sont très fins et disposés sur la moitié supérieure du capot. Les feux de route et de croisements sont montés à hauteur de la calandre et épousent une forme circulaire. Les feux arrière en boomerang rappellent un peu ceux de la 370Z.
nissan-juke-dci-01txt
Neuf teintes sont proposées, dont trois nuances propres au Juke : Force Red, Haptic Bleue et Machine Brown.

Cette citadine mesure 4,14 mètres, soit 11 cm de plus qu’une Renault Clio, mais qu’en est-il de l’espace intérieur ?
nissan-juke-dci-11
A bord

Comme pour l’extérieur Nissan a joué la carte de l’originalité en allant même jusqu’à intégrer des éléments de… moto ! C’est le cas pour la console centrale qui reprend la forme d’un réservoir de moto ou encore la visière qui coiffe les compteurs. Les assemblages sont bons mais les plastiques restent ordinaires. L’ensemble respire la modernité avec des éléments en aluminium brossé ou vernis.
nissan-juke-dci-25txt
Une fois au poste de conduite, on remarque qu’on est assis haut et cela profite à la visibilité. On regrette que le volant ne soit pas réglable en profondeur. La commande boîte est bien placée et les sièges offrent un bon maintien latéral.
L’ergonomie est bonne, seul reproche pour les véhicules équipés du système Intelligent Key, le bouton de démarrage est caché derrière le volant, et dans l’obscurité il n’est pas éclairé. Nous avons aimé le nouveau module de commande situé en dessous de l’écran GPS. Baptisé Nissan Dynamic Control System, il regroupe toutes les informations du véhicule, la climatisation, les différents modes de conduites…

L’habitabilité du Juke est très réduite, à l’arrière l’accès aux places est difficile et deux adultes s’installeront, pas plus ! Le design a pris le dessus sur l’espace intérieur, c’est net.
nissan-juke-dci-53txt
Le coffre n’offre que 251 litres de volume de chargement, c’est plutôt faible dans la catégorie. On retrouve tout de même des espaces de rangements pratiques, comme les deux fonds de coffre inférieurs. Le cache bagage est astucieusement accroché au hayon. On peut obtenir un plancher plat en rabattant la banquette 1/3-2/3 pour un volume atteignant 830 litres.
nissan-juke-dci-55

LIRE LA SUITE DE L’ESSAI :

Essai Nissan Juke 1.5 dCi 110 Tekna : à conduire, budget

Essai Nissan Juke 1.5 dCi 110 Tekna : bilan, galerie photos

Une réflexion au sujet de « Essai Nissan Juke 1.5 dCi 110 Tekna »


  1. Une “gueule” d’amour. J’adore !!

Les commentaires sont fermés.