Lancia Ypsilon

Lancia Ypsilon

Essai nouvelle Lancia Ypsilon 1.2 69 ch, TwinAir 85 ch et 1.3 Multijet 95 ch : laquelle choisir ?

Pour ce premier essai de la nouvelle Lancia Ypsilon, j’ai pu prendre le volant des trois motorisations disponibles : deux essence et un diesel. Alors, quelle Ypsilon choisir ? Suivez le guide !

Style
La nouvelle Lancia Ypsilon remplace l’ancienne version 3 portes qui reste cependant au catalogue jusqu’au mois de décembre. Grande nouveauté de la saga Y, elle gagne des portes arrière mais les masque en partie avec des poignées cachées dans les montants façon Alfa 156, ou Citroën DS4 !
Originale, la nouvelle Ypsilon cultive l’air de famille avec la Delta notamment pour la partie arrière. De profil, le design est sympathique avec un pavillon flottant sans raccord marqué avec l’aile arrière.

Lancia Ypsilon

Lancia Ypsilon

La nouvelle calandre Lancia se retrouvera désormais sur tous les nouveaux modèles de la marque, et y compris sur la Delta qui vient d’être légèrement restylée.
Parmi les atouts de l’Ypsilon, on ne peut pas passer à côté des carrosseries bicolores. Déjà disponibles sur l’ancien modèle, le concept comprend également le capot avant qui reprend la teinte du toit et du hayon. De nombreuses possibilités permettent ainsi aux clients d’avoir une voiture relativement “unique” puisqu’il existe en tout 600 combinaisons d’Ypsilon !

Lancia Ypsilon

Lancia Ypsilon

Vie à bord
Au niveau finition, la Lancia Ypsilon ne cherche pas à rivaliser avec une Audi A1 ou une Mini. Affichée à des tarifs bien plus attractifs, elle ne joue pas dans la même cour. Les plastiques sont donc de qualité variable, avec des éléments moussés face au passager mais une coiffe rigide.

Lancia Ypsilon

Lancia Ypsilon

Cette Lancia Ypsilon est assemblée en Pologne sur les mêmes lignes que la Fiat 500.
Le dessin de la planche de bord est assez original, avec des compteurs analogiques regroupés au centre, et en hauteur ! Plutôt gênant au début, on finit par s’y habituer ensuite.

Lancia_Ypsilon_21
Même en finition haute, l’Ypsilon ne propose pas de GPS intégré. Il est possible d’opter pour la prédisposition navigateur TomTom à 60 euros qui fait à la fois office de support et de base de rechargement. C’est bien pour éviter des câbles disgracieux, mais il faudra impérativement rester sur un produit de cette marque, et le ranger quelque part lors du stationnement.
Les places arrière sont facilement accessibles, avec un espace aux jambes plutôt correct si les sièges avant ne sont pas trop reculés. La garde au toit pourra quand même manquer pour les personnes de grande taille.
Côté coffre en revanche, l’espace n’est pas énorme, notamment en profondeur. L’Ypsilon reste une citadine, d’un gabarit inférieur aux Peugeot 207 et Renault Clio, ce qui pourra restreindre son utilisation.

Lancia Ypsilon

Lancia Ypsilon

Parmi les aspects pratiques, la nouvelle Lancia Ypsilon bénéficie d’une trappe à carburants tout en un.

A conduire
Première proposition dans la gamme Ypsilon, le 4 cylindres 1.2 de 69 ch présent dans le groupe Fiat depuis plus de dix ans est une offre convaincante. Ce 4 cylindres est remis au goût du jour avec une consommation encore abaissée par la présence d’un Stop & Start et de pneumatiques à basse résistance au roulement GoodYear Efficient Grip.
Sur un parcours mixte, j’ai ainsi pu tomber à une consommation moyenne de 5,2 L !

Lancia Ypsilon

Lancia Ypsilon

Ce n’est certes pas un foudre de guerre, mais ce moteur est agréable et très discret au niveau sonore. Pour une utilisation essentiellement urbaine, il offre un rapport prix/prestations imbattable. Il faudra régulièrement jouer du levier de vitesses et tomber la seconde à chaque passage de rond point. En vitesse de pointe, Lancia annonce 163 km/h…
Au démarrage au feu rouge, il ne faudra pas passer la première trop rapidement, pour laisser le temps au moteur de démarrer. C’est moins réactif que le Stop & Start PSA.
Mais la Lancia Ypsilon est une citadine, et ce moteur devrait convenir à un grand nombre de clientes.

Second moteur, le nouveau TwinAir de 85 ch demande un supplément de 1500 euros ( prix tarif hors bonus ) et n’est pas proposé en finition Silver. Cet étonnant bicylindre est discret à vitesse stabilisée mais plutôt bruyant dans les montées en régime, avec une sonorité de voiturette qui ne sera pas du goût de tout le monde. Un peu plus dynamique que le bloc 1.2, le moteur TwinAir demande une conduite coulée pour parvenir à un chiffre de conso proche des 4,2L annoncées officiellement en mixte. Sur un parcours de 70 km avec un confrère, nous avons réalisé une moyenne pas très éloignée de 9 L /100, sans avoir cravaché outre mesure.
Malgré ce bémol l’homologation officielle permet de bénéficier d’un intéressant bonus écologique de 400 euros en France.

Lancia Ypsilon

Lancia Ypsilon

Et enfin dernier moteur : le diesel 1.3 Multijet de 95 ch. Au niveau budget, il réclame un effort de 1500 euros par rapport au TwinAir, et de 3000 euros comparé au petit 1.2 essence.
L’agrément de conduite franchit un cap avec des prestations routières bien différentes des moteurs essence. Plus coupleux, le 1.3 Mjt offre des reprises agréables; il est aussi plus silencieux que le 0.9 TwinAir lorsqu’on le sollicite.
Autre différence : l’amortissement. Montée sur des pneumatiques 16″ plus taille basse que les 15″ du TwinAir, la Lancia Ypsilon diesel a des réglages différents. Elle est plus raide, moins confortable mais plus précise à conduire.
La consommation de notre petit parcours aura été de 5,3 L, ce qui est tout à fait raisonnable. Comme le TwinAir, les rejets de Co2 limités à 99 g permettent de profiter d’un bonus écologique de 400 euros.

Parmi les équipements intéressants de l’Ypsilon au niveau conduite, le Magic Parking gère presque tout seul les créneaux. Le système n’était pas disponible à l’essai, mais il a encore été amélioré depuis la Delta et demande 40 cm de moins devant et derrière la voiture pour réaliser la manoeuvre. L’option est à 600 euros et devrait séduire les plus réfractaires aux créneaux !

Budget
Le prix d’attaque de la gamme Ypsilon est à 12500 euros pour une version essence 1.2 69 ch, en finition Silver. Cette motorisation rejette 115 g de CO2, il ne sera donc pas question de bonus écologique en France.

Lancia Ypsilon

Lancia Ypsilon

Ce premier niveau de finition comprend l’ESP, le Start & Stop, le service VIP, l’autoradio CD MP3, les vitres avant électriques, la condamnation centralisée, le siège conducteur réglable en hauteur et la banquette 50/50.
Juste au-dessus, la seconde finition des quatre niveaux appelée Gold ajoute la climatisation manuelle, les rétroviseurs électriques, un volant cuir avec commandes de l’autoradio, et une sellerie différente, pour un surcoût de 1600 euros.
Ce niveau de finition est très intéressant, et peut être complété par deux packs d’équipements tous deux à 700 euros. Le Pack Look groupe les jantes alliage 15″, la climatisation automatique et les phares anti-brouillard.
Second pack, le pack Dolce Vita avec radars de recul, kit mains libres bluetooth, régulateur de vitesse, et capteur de pluie et de luminosité.
En cumulant les deux packs, on arrive au prix d’une Ypsilon Platinum me direz-vous. Justement, Lancia laisse cette possibilité à ceux qui ne souhaitent pas les sièges en cuir mais recherchent certains équipements des packs qui restent en option sur la Platinum.

Lancia Ypsilon

Lancia Ypsilon

LIRE LA SUITE DE L’ESSAI :

Essai Lancia Ypsilon 1.2 69 ch, TwinAir 85 ch et 1.3 Multijet 95 ch : conclusion, galerie photos


Mots clés pour ce billet :