Essai Renault Mégane RS Trophy : la plus diabolique

Renault Mégane RS Trophy

Prévue au départ pour être commercialisée à 500 exemplaires, il y  aura finalement eu 1058 Renault Mégane RS Trophy cru 2011. J’ai pu disposer pour cet essai d’un exemplaire doté de la fameuse robe Jaune Sirius, place aux images, et à cet essai d’un des modèles les plus sympathiques de l’année 2011.

Style

Très réussie au niveau design en version RS avec ses ailes élargies, ses boucliers spécifiques et sa sortie d’échappement centrale, la Renault Mégane Renault Sport devient encore plus radicale en version Trophy. La teinte Jaune Sirius est de retour pour la première fois sur la Mégane RS de cette génération. Cette teinte spécifique facturée 1600 euros est réalisée à Palencia, l’usine qui assemble toutes les Renault Mégane. Cette sportive devient encore plus agressive avec un toit peint en noir et de nouvelles jantes alliage 19″ inédites Steev, anthracite avec un liseré rouge.

Renault Mégane RS Trophy

Renault Mégane RS Trophy

Notez aussi un becquet arrière spécifique, des stripping Trophy sur les portes avant et une inscription Trophy écrite en rouge sur la lame aérodynamique du bouclier avant. Les poignées de portes sont assorties au stripping de toit et aux rétroviseurs, elles sont peintes en noir brillant.

On trouve la Mégane RS Trophy avec d’autres teintes : Gris Cassiopée, Blanc glacier, et Noir étoilé.

A vivre

Très ouvertement dédiée au pilotage, la Mégane RS Trophy accueille les deux passagers avant dans de somptueux sièges bacquet Recaro recouvert de cuir noir ( option à 1000 euros ). Ne cherchez pas le GPS  TomTom : celui-ci n’est pas compatible avec le système RS Monitor, qui a été monté de série sur cette sportive. C’est un vrai système de télémétrie embarquée, qui compense l’instrumentation assez sommaire située derrière le volant ( cf galerie ). Le dispositif RS monitor doit être activé après le démarrage de la voiture avec une manipulation du commodo d’autoradio, et condamne l’affichage du système audio. Question ergonomie, ce n’est pas très intuitif. Avec ce système, les apprentis pilotes pourront chronométrer leurs accélérations sur circuit !

Renault Mégane RS Trophy

Renault Mégane RS Trophy

Juste à côté de la prise USB sous la console centrale, la plaque Trophy vous précise le numéro de cet exemplaire. Le numéro 559 de cette voiture prouve bien que les 500 exemplaires annoncés initialement ont bien été dépassés. La faute à la demande importante, qui réduit un peu le côté collector du véhicule.

Il ne faudra pas rechercher le confort au quotidien : la suspension est très raide, et les sièges avant sont davantage conçus pour un maintien exemplaire que pour réaliser de grandes distances. On se sent vraiment bien maintenu, et complètement à l’aise pour “attaquer”. A l’arrière la banquette recouverte de cuir accueille trois personnes, comme une Mégane Coupé diesel des familles.

Renault Mégane RS Trophy

Renault Mégane RS Trophy

Malgré l’orientation très sportive de cette version Trophy, les équipements de confort sont quand même au rendez-vous, comme la climatisation bizone automatique et le démarrage mains libres. Vous l’auriez préférée dépouillée et allégée ?

Renault Mégane RS Trophy

Renault Mégane RS Trophy

A conduire

Cette version Trophy se traduit par une évolution mécanique : la puissance du 4 cylindres 2.0 turbo passe de 250 à 265 ch. Dans le même temps, le couple grimpe de 340 Nm à 360 Nm. Au niveau des chronos, la Mégane RS Trophy réalise le 0 à 100 km/h en 6 s et le 1000 m départ arrêté en 25,4 s, soit 3 dixièmes de moins qu’une Mégane RS standard. Les motoristes ont revu la pression du turbo à 2,5 bar, et ont travaillé sur l’admission. D’ailleurs la Mégane RS Trophy a signé un temps de seulement 8’08″ au Nurburgring, le record de la Nordschleife pour les tractions de série. Elle a battu de 9 secondes le record qui avait été établi par la Mégane R26R en son temps !!

Renault Mégane RS Trophy

Ce moteur souffle fort, avec un couple constant de 3000 à 5000 tr/min. La sonorité n’a pas été modifiée par rapport à une RS classique. Le moteur est assez discret à bas régime, et la sportivité s’entend surtout au niveau de l’échappement. Déjà très performante au départ, la Mégane RS Trophy est diabolique et procure des sensations d’accélération incroyables.

La motricité est au diapason avec un différentiel à glissement limité : sur route ouverte il est quasiment impossible d’arriver aux limites de l’engin. Les accélérations en sortie de courbe ne générent pas de sous-virage. Le rayon de braquage la rend également très plaisante dans les enchaînements de virages serrés, comme le col de Bussang que j’ai pu emprunter.

On retrouve ici le châssis Cup avec les mêmes réglages que le pack disponible dès le lancement de la Mégane RS fin 2009. La barre anti-roulis avant est plus grosse, la raideur du train arrière est plus importante : avec la monte 19″, les qualités dynamiques du châssis sont tout simplement fabuleuses. Que demander de mieux ?

 

Renault Mégane RS Trophy

Renault Mégane RS Trophy

Renault Sport a en revanche sélectionné des pneumatiques spécifiques pour la Mégane RS Trophy : des Bridgestone Potenza RE050A 235/35 R19. Leur dessin asymétrique est inspiré des développements Bridgestone pour la Formule 1. La précision de conduite de la Mégane RS Trophy est excellente, et je n’ai pas non plus eu de problème d’adhérence malgré les températures négatives.

Contrairement à de nombreuses sportives de cette catégorie, la Mégane RS ne propose pas de boîte double embrayage. Il faudra se contenter de la boîte manuelle à 6 rapports, qui n’est pas un modèle de douceur.

Budget

Le prix annoncé pour cette série limitée était de 35500 euros. Aujourd’hui, il n’y en a plus en vente en neuf, mais on en trouve quelques dizaines à vendre en occasion pour des tarifs débutant à 29000 euros. Certains concessionnaires en proposent des exemplaires neufs à 34000 euros, ou à 35500 euros dans la même configuration que cette voiture d’essai qui était affichée à 38190 euros avec options.

Au niveau dotation, la version Trophy s’appuie sur une Mégane RS (non Luxe ) avec un supplément d’équipements : phares bi-xénon directionnels, carte mains libres, bluetooth, plug & Music, RS Monitor, sièges Recaro, châssis Cup, jantes 19″, badges Trophy, stripping de toit noir…

Renault Mégane RS Trophy

Renault Mégane RS Trophy

Malgré la baisse des émissions de Co2 de cette version, la Mégane RS Tophy est concernée par un malus écologique de 1300 euros.

Si la consommation mixte est annoncée à 8,2 L, ce chiffre semble réalisable à condition de ne pas trop solliciter la bête. En s’amusant un peu, il sera difficile de descendre sous la barre des 10 L.

LIRE LA CONCLUSION, VOIR LA GALERIE PHOTOS :

Essai Renault Mégane RS Trophy : conclusion, galerie photos

Une réflexion au sujet de « Essai Renault Mégane RS Trophy : la plus diabolique »

Les commentaires sont fermés.