208-GTI vs Ibiza Cupra-2_mini

Les deux marques Peugeot et Seat qualifient leurs nouvelles petites bombinettes comme sportives conçues pour un usage quotidien. La marque espagnole vante la polyvalence de la Seat Ibiza Cupra, la marque française vend sa 208 GTI comme une sportive chic. Au final, ces deux petites sportives sont vendues à la même sauce par leurs services marketing : un motif suffisant pour les confronter point par point !

Style : deux recettes opposées

Restylée en 2012, la Seat Ibiza entame déjà sa deuxième partie de carrière alors que la Peugeot 208 est encore une vraie nouveauté. Le style des deux voitures est assez opposé : l’Ibiza Cupra met en avant des arrêtes vives, avec des lignes saillantes. Sa calandre trapézoïdale met en avant un nouveau logo pour la marque espagnole. Les phares au xénon directionnels sont de série, tout comme les blocs arrière à LED. On sent l’inspiration d’une voiture appartenant au même groupe qu’Audi !

Le dessin de la Peugeot 208 a été plutôt bien inspiré au départ, et la version GTI part donc sur de bonnes bases. Les Peugeotistes peuvent se gausser d’avoir une déclinaison GTI basée sur une carrosserie 3 portes, alors que la nouvelle Clio RS est uniquement proposée en 5 portes. La nouvelle lionne se permet même de faire directement référence à la légendaire 205 GTI en reprenant son patronyme et en lui faisant hommage à travers plusieurs éléments, notamment les joncs de custode où est inscrit le logo GTI.

Dans les deux cas, les jantes alliage sont des 17″ pouces, alors que la nouvelle Clio RS est proposée avec des jantes 18″. Le traitement sportif de ces deux citadines est assez proche, avec un kit carrosserie dynamique mais pas trop tapageur.

Très différentes, les deux sportives attireront sans doute des publics aux goûts bien différents.

A conduire : des sportives du quotidien…ultra-efficaces !

L’Ibiza Cupra est la plus downsizée des deux, avec un petit 1.4 TSI développant 180 ch. Une puissance qui la relègue derrière les Clio RS 200 EDC et 208 GTI, mais également derrière l’Opel Corsa OPC qui dispose de 192 ch. Mais rassurez-vous ce moteur n’a rien d’un bloc paresseux, puisqu’il dispose même d’une double suralimentation ! Autant vous le dire tout de suite, j’ai même été très favorablement impressionné par le rendement de ce moteur, retravaillé pour l’occasion.

Chez Peugeot, la 208 GTI reprend le bloc 1.6 THP 200 des RCZ...et 308 GTI ! Ce moteur fait parler la poudre dans cette nouvelle GTI qui pèse 90 kg de moins que la 207 RC…tout en disposant de 25 ch de plus !

Les performances progressent, et à ce petit jeu la 208 GTI ne se contente pas de laisser derrière elle la 207 RC, mais aussi l’Ibiza Cupra. Entre autres !

Cela dit les deux autos sont dans un mouchoir de poche pour la vitesse de pointe ( 228 km/h pour la Cupra, 230 pour la GTI ), ainsi que pour le 0 à 100 km/h ( 6,9 secondes pour la Cupra et 6,8 secondes pour la 208 GTI ).

Sur le 1000 mètres départ arrêté, la 208 GTI se contente de 26,9 secondes, alors que l’Ibiza Cupra réclame 28,1 secondes.

Si elle doit rendre les armes côté puissance avec 20 ch de moins, l’Ibiza Cupra est plutôt coupleuse avec 250 Nm disponibles de 2000 à 4500 tr/min. Et elle avance aussi un argument de poids : la présence d’une boîte double embrayage DSG à 7 rapports. Les palettes au volant permettent au conducteur de se faire plaisir, notamment sur circuit ! Face à elle, la 208 GTI est uniquement proposée en boîte manuelle à 6 rapports. Une boîte heureusement plus précise et mieux guidée que les boîtes à 5 rapports PSA.

Le châssis de la nouvelle Peugeot 208 GTI est un régal avec un excellent amortissement, qui préserve le confort tout en permettant un guidage extrêmement précis de la voiture. Le compromis est nettement meilleur que celui de la DS3 Racing handicappée par sa monte 18 pouces. Equipée de pneumatiques Michelin Pilot Exalot, la Peugeot 208 GTI ne manque pas de grip, même sur des chaussées détrempées et en usage intensif. Nous avons même eu l’occasion de laisser le volant à un pilote Peugeot aguerri, j’ai nommé Gilles Panizzi, sur le départ d’une spéciale du Rallye Monte-Carlo.

Cette 208 GTI n’a pas le train baladeur d’une 206 de l’époque, elle rappelle plutôt le RCZ dont le train arrière est indéboulonnable. Autant dire qu’elle pardonne beaucoup, et permet de rouler à des vitesses inavouables sans être un as du volant. Alors quand c’est Panizzi qui fait office de chauffeur, on s’accroche bien volontiers à une poignée. D’ailleurs, pourquoi ne pas en avoir installée une côté passager ?



style="display:inline-block;width:728px;height:90px"
data-ad-client="ca-pub-5048123392386373"
data-ad-slot="8118127581">

Sur la route du col de Vence, la petite Peugeot est ultra-efficace mais certains pourront lui reprocher d’être un peu avare en sensations.

Le comportement de l’Ibiza Cupra n’est pas en reste, avec une belle agilité et des trains mieux réglés que ceux de sa cousine Skoda Fabia RS. Que ce soit sur route ou sur circuit, la Cupra est très plaisante. Son amortissement très sec ne sera pas un régal pour les vertèbres, mais elle est vraiment efficace et très joueuse. Au final les 20 ch de moins par rapport à la 208 GTI ne sont pas vraiment un handicap étant donné la fougue de son moteur, la rapidité de la boîte DSG et la compensation d’avoir une sonorité plus réussie et moins discrète que dans la Peugeot. Les freins optionnels Seat Racing sont très performants, mais je n’ai malheureusement pas pu tester l’efficacité des freins d’origine.

A vivre : la french touch bien présente

En revanche la vie à bord n’est pas particulièrement au top dans la Seat Ibiza, qui souffre d’une planche de bord un peu datée aux plastiques rigides peu flatteurs. ( sauf une partie mousse face au passager avant ).

Un système de navigation est présent, mais avec un GPS nomade qui se fixe sur un support au sommet du tableau de bord. Ce type d’installation avoue aujourd’hui ses limites, car transporter son GPS avec soi pour éviter un vol n’est pas très pratique au quotidien.

Dans la Peugeot 208 GTI, l’écran tactile est bien entendu de série, et il est parfaitement à portée de main.

Peugeot a été plutôt généreux avec sa nouvelle GTI, notamment avec une belle sellerie mi-cuir de série ( la Clio RS est en sellerie tissu d’origine ). Le volant en cuir pleine fleur avec méplat offre une prise en main idéale, avec une jante suffisamment large.

L’ambiance GTI met le rouge en avant, comme dans la 205 GTI des années 80 ! Mais Peugeot n’a pas installé de moquette rouge…

On retrouve cette couleur vive sur de nombreux élements, notamment le cerclage des aérateurs, les poignées sur les contre-portes, le pommeau de vitesses, les surpiqûres…

Alors que l’Ibiza souffre d’une présentation intérieure datée, la 208 GTI réplique avec une planche de bors très moderne, bien dessinée et mise en valeur par un habillage façon cuir ( TEP ) façon RCZ. Le conducteur se sent également valorisé par de nombreux détails soignés, comme le cerclage rouge des aérateurs rétro-éclairé.

Plus longue à l’extérieur, l’Ibiza ne prend pas l’avantage au niveau du coffre avec seulement 236 litres sous tablette, contre 285 pour la 208.

Budget

Côté prix, la Seat Ibiza Cupra prend nettement la première place avec un prix catalogue de 21950 euros, contre 24500 euros pour la Peugeot 208 GTI.

Et Seat communique déjà sur la possibilité pour les clients d’obtenir une remise d’environ 10%, qui baisse le ticket d’entrée de la Cupra à moins de 20000 euros !

Chez Peugeot, les remises sur la 208 ne dépassent pas les 7 à 8 % en concessions pour les particuliers. Chez les mandataires, les chiffres sont largement supérieurs…

Même malus écologique de 100 euros pour les deux voitures, qui sont situées dans la même tranche.

La consommation de ces deux autos peut très fortement varier suivant le type d’utilisation. En témoigne la moyenne supérieure à 18 L/100…après le départ d’une spéciale du Monte-Carlo sur route fermée, et Gilles Panizzi au volant !

En pratiquant l’éco-conduite sur une vingtaine de kilomètres, je suis parvenu à tourner à moins de 7L avec la 208 GTI.

A 24500 euros, la 208 GTI est plus chère mais l’équipement de série est très complet, et les rares options sont loin d’être indispensables : toit panoramique ( ça ajoute de la masse très mal placée ), alarme, accoudoir central.

L’Ibiza Cupra coûte 2550 euros de moins, mais facture le pack cuir 780 euros, le radar de recul 210 euros, et les freins Seat Racing 995 euros.


Mots clés pour ce billet :

2 réponses à Essai Peugeot 208 GTI face à la Seat Ibiza Cupra

  • on a envie d’en posséder une, 208.

  • Bien sur, les deux essais montrent une approche différente du concept mais à l’heure actuelle, la 208 semble mieux étudiée pour la conduite mixte (pilotage vs plaisir de conduire d’un quidam père de famille )