Essai Chevrolet Trax

Essai Chevrolet Trax

A mi-chemin entre un Captur et un Qashqai, le Chevrolet Trax s’annonce comme le SUV urbain et compact à même d’aider la marque américaine à poursuivre sur le chemin de la croissance.

Nous avons pu tester cette nouveauté en Croatie, avec les deux motorisations les plus puissantes disponibles : le 1.4 turbo essence de 140 ch et le 1.7 diesel de 130 ch.

 

Style

Les SUV plaisent de plus en plus en France et en Europe, et le look n’y est certainement pas pour rien. Chevrolet l’a bien compris, et le Trax mise beaucou plus sur la séduction qu’une Cruze ou un Orlando.

Joliment dessiné, le Trax évoque parfaitement l’ADN Chevrolet avec sa calandre à double étage, ses hanches marquées. De derrière, il rappelle un peu le Nissan Murano.

Le typage SUV se retrouve sur le tour de caisse avec un bouclier arrière, des protections d’ailes et des bas de caisse en plastique noir. Des protections façon inox sont placées sur les deux boucliers.

Essai Chevrolet Trax

Essai Chevrolet Trax

On peut s’étonner que le Trax ne cède pas à la mode des feux de jour à LED : à venir sur le restyling dans quelques années ?

Cette version d’essai est mise en valeur par une teinte bleu métallisé et des jantes alliage 18 pouces. Avouez qu’il a un look plus que sympathique !

 

Vie à bord

Le Chevrolet Trax mesure 4,25 m de long, ce qui lui permet d’offrir de l’espace et du coffre, en tout cas davantage qu’un Renault Captur ou un Peugeot 2008.

Aux places avant, les passagers ont l’embarras du choix pour ranger leur téléphone portable. Espaces de rangement près des aérateurs, à côté du levier de vitesses, ou dans la seconde boîte à gants : les concepteurs n’ont pas lésiné. On peut également citer des coffres sous les sièges avant.

Des objets de 2,30 m de long peuvent prendre place côté passager : bien utile pour acheter un meuble en kit ou pour déménager.

 

Essai Chevrolet Trax

Essai Chevrolet Trax

La qualité de finition est honnête mais pas non plus ébouriffante : c’est propre et sans bavures, de quoi concurrencer le Renault Captur mais pas le Peugeot 2008 mieux fini.

Comme l’Aveo, le Trax profite du nouveau système multimedia MyLink. Sur le papier, l’idée est excellente. Au lieu d’intégrer un système de navigation qui va prendre un coup de vieux au bout de quelques années, MyLink se repose sur des applications contenues dans le smartphone, qui fonctionnent même sans connection 3G pour la navigation. Malheureusement lors de notre essai, le système avait tendance à planter de temps en temps, et à revenir sur le système audio. La 3G de la Croatie n’est peut-être pas aussi efficace que la 3G française !

Etonnamment le Trax est livré dans toutes les versions avec une climatisation manuelle : la climatisation régulée arrivera sans doute plus tard dans la vie du modèle.

Essai Chevrolet Trax

Essai Chevrolet Trax

Aux places arrière, l’espace est convaincant, que ce soit en espace aux jambes ou en garde au toit. Il n’y a pas de sorties de climatisation réglables, mais les passagers seront heureux de disposer d’une prise 230 V pour charger leur smartphone ou leur console portable.

Sous tablette, le coffre affiche une contenance de 356 litres à même de convenir à une petite famille.

 

Essai Chevrolet Trax

Essai Chevrolet Trax

A conduire

Chevrolet ne propose que trois moteur sur son Trax : deux blocs essence et un bloc diesel. En essence, nous avons testé le 1.4 Turbo de 140 ch, commun avec de nombreux modèles Opel. Ce moteur est silencieux, et manque juste de couple pour rivaliser avec les performances du 1.7 VCDi 130. Il lui rend en effet 100 Nm ( 200 contre 300 ), mais le couple maximum est disponible en continu de 1850 à 4900 tr/min ce qui rend le Trax 1.4 T agréable.

En accélération de 0 à 100 km/h, le Trax 1.4 T est proche des versions diesel avec 9,8 s, contre 9,4 s pour le Trax VCDi 130 4X4. La vitesse de pointe de 194 km/h est la plus élevée de la gamme : le Trax 115 ch se contente de 173 km/h.

Mais même sans être trop porté sur l’accélérateur, le moteur turbo essence est assez gourmand, avec une consommation mixte de 10 L sur autoroute, et à peine moins sur route. On apprécie la présence du Stop & Start pour réduire la consommation en ville sur les deux versions essence et diesel.

 

Essai Chevrolet Trax

Essai Chevrolet Trax

Plus coupleux, le 1.7 VCDi est en revanche nettement plus bruyant que le moteur essence, avec une sonorité trop présente dans l’habitacle. Il compense avec une meilleure sobriété que le bloc turbo essence. Même en usage dynamique, la consommation ne dépasse jamais les 7L/100 km.

La boîte manuelle à 6 rapports n’est pas désagréable, avec un bon guidage. Ce n’est pas le cas de la direction, qui manque de consistance. Le Trax n’aime pas être malmené, il est clairement conçu pour être conduit de façon calme et non dynamique. Parmi les explications : un poids, qui en diesel est de 300 kg supérieur à celui d’un Peugeot 2008 e-HDI 115 ! Ce poids supérieur ne s’expliquera pas uniquement par le gabarit plus imposant, le travail sur la réduction de poids n’a pas été poussé comme pour un Captur ou un 2008.

Malgré ce poids élevé, le Trax 1.7 VCDi parvient à accélérer plus fort qu’un 2008 e-HDI 115 grâce à sa puissance supérieure de 15 ch.

Contrairement aux petits SUV français, le Chevrolet Trax est un vrai SUV et propose la transmission intégrale pour une utilisation tout chemins.

Il reste typé traction avant, et la transmission intégrale envoie du couple aux roues arrière seulement en cas de perte d’adhérence sur le train avant. L’angle d’attaque est faible : le bouclier avant descend assez bas, sans doute pour avant tout privilégier la consommation. Il faudra donc être très vigilant avant d’entamer une séance de hors piste.

Essai Chevrolet Trax

Essai Chevrolet Trax

Budget

Les prix du Chevrolet Trax attaquent plus fort que les Captur et 2008, à 17990 euros contre 15200 et 15500 euros pour les deux SUV français. Le cousin Opel Mokka attaque à 18990 euros, soit 1000 euros de plus pour des prestations très proches du Trax.

Plus grand et mieux équipé dès le premier niveau, le Trax d’entrée de gamme est également mieux motorisé que les SUV français avec le moteur 1.6 de 115 ch en entrée de gamme.

La dotation du premier niveau de finition LS comprend le système audio avec prise USB, le kit mains libres bluetooth, la prise électrique 230 V à l’arrière, la climatisation, la banquette 2-3/1-3, les barres de toit couleur aluminium, et le système de surveillance de pression des pneumatiques.

Le Trax LT  attaque ensuite à 19290 euros en essence 115 ch, et à 21290 euros avec le moteur VCDi 130. L’équipement s’enrichit des jantes alliage 16 pouces, des protections aluminium avant/arrière, du volant cuir, d’une sellerie mixte cuir-tissu, de l’ordinateur de bord, des vitres arrière électriques, de l’allumage automatique des feux, de l’aide au stationnement arrière, de l’accoudoir central avant, du siège avant rabattable, de la caméra de recul, du système multimédia MyLink, et du limiteur de vitesse en descente.

 

Essai Chevrolet Trax

Essai Chevrolet Trax

Spécificité de la version LT+ : la présence de la transmission intégrale et des jantes 18 pour un supplément de 2000 euros. Cette finition ne sera donc pas utile pour ceux qui réservent leur Trax à une utilisation urbaine !

On n’oubliera pas l’un des atouts de Chevrolet à l’achat : une garantie constructeur de 3 ans.

LIRE LA FIN DE L’ESSAI :

Essai Chevrolet Trax : conclusion, galerie photo


Mots clés pour ce billet :