Hyundai lance une assurance perte d’emploi

 

Assurance perte d'emploi Hyundai

Assurance perte d’emploi Hyundai

La marque coréenne Hyundai a fait le buzz cette semaine, en lançant une initiative inédite chez les constructeurs automobiles présents en France : une assurance perte d’emploi.
Depuis le 1er mai, le Pacte Hyundai qui comptait déjà une garantie constructeur de 5 ans kilométrage illimité, avec assistance gratuite et 5 ans de contrôles intermédiaires gratuits, le VIP service sur les Santa Fe et i40, le programme Map Care sur les Veloster Turbo et Santa Fe, s’enrichit d’une assurance perte d’emploi involontaire. Si vous achetez une Hyundai neuve et que vous démissionnez 6 mois après, l’assurance ne fonctionnera pas !
Hyundai travaille pour cette nouvelle assurance avec un courtier, Services Assurance Monétique.
Lorsque l’acheteur d’une Hyundai neuve est licencié, il pourra toucher une aide financière correspondant au montant de l’échéance s’il a acheté à crédit, avec un maximum de 300 euros par mois. S’il a acheté sa voiture comptant, il touchera la somme fixe de 300 euros par mois, et ce pendant un an maximum.

Comme chez Pôle Emploi, un délai de carence est appliqué. Cette assurance perte d’emploi couvre le client au bout du 31 ème jour. Elle fonctionne uniquement dans l’année qui suit l’acquisition de son véhicule neuf !

Le courtier compte sans doute sur le fait qu’un individu en passe de perdre son emploi ne va peut-être pas se lancer dans l’achat d’une voiture neuve !

Hyundai offre aussi une aide de coach pour retrouver un emploi, sous forme d’entretiens téléphoniques. Le client Hyundai pourra bénéficier de 5 séances téléphoniques d’une heure avec un consultant spécialisé dans le coaching et la recherche d’emploi.

Notre avis : Cette annonce d’assurance perte d’emploi a fait du buzz, mais est-elle vraiment rassurante pour les clients ? Une personne licenciée de son emploi aura en principe accès à une indemnisation de Pôle Emploi pendant 24 mois si elle travaillait sans interruption depuis plusieurs années. Ce n’est pas la première année qui sera difficile, mais la période au-delà de la période des 24 mois pour un chômeur longue durée !

Le crédit auto sur une durée de 3,4 ou 5 années pourra donc toujours poser problème.