Essai nouvelle Citroën C1 Airscape PureTech 82

Essai nouvelle Citroën C1

Essai nouvelle Citroën C1

La deuxième génération de Citroën C1 arrive sur le marché avec de nouveaux arguments : même si les primes à la casse ne sont plus au rendez-vous, elle compte bien conserver une bonne part du segment des citadines.

 

Design

 

La nouvelle C1 change radicalement de style avec une face avant qui fait un clin d’oeil aux C4 Picasso et C4 Cactus avec ses blocs optiques en deux parties.

De face, aucune chance de la confondre avec une Toyota Aygo ou une Peugeot 108. Les portières arrière sont communes avec la lionne, mais pas avec l’Aygo qui bénéficie d’un traitement à part.

Essai nouvelle Citroën C1

Essai nouvelle Citroën C1

Comme ses deux cousines, la nouvelle C1 met un pied dans le domaine de la personnalisation. Dès le lancement, une série spéciale permet de bénéficier d’un pavillon de toit d’une autre couleur, et de stickers sur les montants centraux.

Cette version d’essai C1 Airscape se démarque par son toit ouvrant électrique en toile, noir de série mais également disponible en rouge.

Et comme sur l’ancienne C1, les clients ont le choix entre trois et cinq portes.

 

A vivre

 

La C1 partage sa planche de bord avec les nouvelles Peugeot 108 et Toyota Aygo. Citroën la différencie au niveau des habillages, notamment avec des éléments rouge et une sellerie à motifs. La couleur de la carrosserie reste très visible avec des habillages de contre-portes réduits : on profite de la couleur de caisse dans l’habitacle. Il faudra donc bien réfléchir aux combinaisons…

Sur cette version d’essai haute Shine, de nombreux équipements inédits apparaissent : écran tactile, système bluetooth, caméra de recul, climatisation automatique : les nouvelles citadines ne se refusent rien.

Planche de bord nouvelle Citroën C1

Planche de bord nouvelle Citroën C1

Contrairement à l’Aygo, la C1 ne permet pas de cocher l’option navigation intégrée. Quand l’écran tactile est présent, il permet de retransmettre les applications de son smartphone via le système MirrorLink. Un bon moyen pour utiliser des applications mises à jour et même gratuites, comme Waze pour la navigation.

Ce type de solutions est en train de se répandre comme une trainée de poudre dans l’automobile, plusieurs constructeurs se sont lancés là dedans comme Opel. Seul bémol : il faut disposer d’un smartphone, et aussi d’une connexion internet. Pour faire du tourisme dans des coins perdus, ce ne sera pas idéal…

Toujours quatre places, la nouvelle C1 accueille sans problème les grands gabarits aux places avant avec des glissières qui font reculer les sièges avant presque jusqu’à la banquette arrière ! L’espace aux jambes devient alors inexistant pour d’éventuels passagers arrière…

Mais avec une longueur extérieure de 3,46 m, on ne peut pas faire de miracles.

Essai nouvelle Citroën C1

Essai nouvelle Citroën C1

Le coffre est toujours accessible depuis une vitre qui fait office de hayon. La contenance a progressé, mais l’accès n’est pas des plus pratiques avec un seuil élevé et une forme très creusée.

Heureusement le volume augmente facilement avec les dossiers de banquette arrière rabattables depuis des lanières accessibles depuis le coffre.

Coffre nouvelle Citroën C1

Coffre nouvelle Citroën C1

 

A conduire

Avec son nouveau moteur PureTech 82, la petite C1 dispose d’une aisance inconnue de sa devancière. Même si les performances ne sont pas le besoin premier dans une citadine, il est toujours plus sécurisant de disposer de chevaux supplémentaires pour s’insérer dans le trafic d’une autoroute ou pour doubler sur une nationale.

Et comme seulement 600 euros séparent le bloc 1.0 VTI 68 ch de ce 1.2 de 82 ch, autant opter pour le moteur le plus véloce. Le couple de 116 Nm est logiquement supérieur à celui du VTI 68, il est surtout disponible beaucoup plus tôt dans les tours : 2750 tr/min contre 4300 tr/min pour le 1.0 d’origine Toyota. Une souplesse forcément très appréciable en ville !

Essai nouvelle Citroën C1

Essai nouvelle Citroën C1

Toujours très agile avec son petit gabarit, la C1 est évidemment parfaitement à son aise en milieu urbain. Les créneaux sont encore plus faciles avec l’arrivée d’une caméra de recul : du jamais vu dans cette catégorie !

Assez confortable, la nouvelle C1 peut aussi s’aventurer sur route et autoroute avec un niveau sonore relativement contenu.

Les progrès sont donc au rendez-vous en matière d’agrément de conduite.

 

Budget

 

La nouvelle C1 attaque moins cher que ses cousines 108 et Aygo avec un prix de départ de 9950 euros. Mais à ce prix, l’équipement est limité puisque même la direction assistée n’est pas proposée. Le coeur de gamme est représenté par la Citroën C1 Feel, vendue 11850 euros en 3 portes avec le moteur VTI 68 et 12950 euros avec 5 portes et le moteur VTI 82.

La dotation est plus intéressante avec la climatisation manuelle, la banquette arrière fractionnable, la condamnation centralisée, les vitres avant électriques, le limiteur de vitesses, le système audio MP3, le volant en croûte de cuir et le siège conducteur réglable en hauteur.

Ceux qui souhaitent profiter du toit ouvrant en toile devront passer sur une C1 Airscape, vendue 1450 euros de plus ! On atteint alors les 15400 euros pour cette C1 Airscape 5 portes PureTech 82 avec la finition Shine. L’équipement est complet : caméra de recul, compte-tours, jantes alliage 15 pouces, volant en croûte de cuir, tablette tactile 7 pouces, système audio CD MP3 4 haut parleurs avec commandes au volant, connecting box, rétroviseurs électriques chauffants, lécheurs de vitres chromés et le fameux toit ouvrant électrique en toile.

LIRE LA FIN DE L’ESSAI NOUVELLE CITROEN C1