Essai Renault Kadjar TCe 130 : le trouble fête

Essai Renault Kadjar

Essai Renault Kadjar

 

L’année 2015 est exceptionnelle pour Renault avec le lancement du nouvel Espace, de la remplaçante de Laguna, et de ce SUV compact inédit, le Kadjar.

Le Renault Kadjar arrive avec un train de retard par rapport au boom des crossovers compacts, mais qu’à cela ne tienne. En arrivant au moment où les Peugeot 3008 et Volkswagen Tiguan sont en fin de vie, et plus d’un an après le Nissan Qashqai, le Renault Kadjar tombe finalement à une période propice.

 

Un SUV compact Renault, ce n’est pas totalement nouveau. Il y avait eu tout d’abord une déclinaison baroudeuse sur la base du premier Scénic, le RX4. Un monospace compact grimé pour l’occasion en baroudeur, avec une transmission intégrale, une porte pour le coffre avec roue de secours : malgré tout ce modèle n’aura pas connu de descendance en raison de soucis de fiabilité.

A suivi bien plus tard le Koleos, un SUV importé de Corée du sud, qui aura eu du mal à percer.

 

Renault est donc parti d’une page blanche, et c’est tant mieux. Depuis l’arrivée de Laurens van den Acker, le design Renault a connu une véritable révolution. Et ce n’est pas le carton des Clio 4 et Captur qui prouvera le contraire : le design est fondamental pour séduire.

 

Renault Kadjar Intens

Renault Kadjar Intens

La face avant semble construite autour du losange surdimensionné ! L’air de famille est indéniable avec les derniers modèles comme le Captur. Les blocs optiques empruntent leur signature lumineuse en forme de C au nouvel Espace, et s’offrent un fonctionnement entièrement à led sur cette finition haute Intens.

Passages de roues marqués, carrosserie galbée : le Kadjar est à la fois expressif et sensuel, à 1000 lieues des 4X4 à l’ancienne. La partie arrière donne aussi parfaitement le change avec des feux travaillés.

Quand on voit le succès du Peugeot 3008 qui n’aura jamais été reconnu pour son coup de crayon, on ne peut donc qu’augurer du meilleur pour le Kadjar.

 

Arriver en dernier peut avoir des avantages, notamment en scrutant les expériences menées par la concurrence.

 

Planche de bord Renault Kadjar

Planche de bord Renault Kadjar

Dans l’habitacle, on ne pourra s’empêcher de trouver des influences…françaises. La forme de la planche de bord, la console centrale surélevée et la poignée de maintien côté conducteur rappellent fortement le Peugeot 3008. On est bien loin de l’esprit d’un Scenic ! Ecran tactile 7 pouces, compteurs digitaux : le Kadjar vit avec son temps.

Si la qualité de finition se situe dans la moyenne du segment, elle semble nettement supérieure à celle du petit frère Captur, et plus flatteuse que celle du cousin Qashqai. Les places avant sont accueillantes, avec des sièges confortables.

Banquette arrière Renault Kadjar

Banquette arrière Renault Kadjar

Aux places arrière, ceux qui pensent trouver les mêmes fonctionnalités que sur un Scénic en seront pour leurs frais. Le Kadjar est un crossover, et se dispense de sièges arrière individuels au profit d’une banquette traditionnelle. Il n’y a pas de tablettes aviation, ni de pare-soleils latéraux, ni même de sorties de climatisation ! Voilà qui laisse de solides arguments au Scénic, et à son remplaçant annoncé pour 2016.

 

Le Kadjar se rattrape au niveau du coffre avec des aspects pratiques indéniables. Les dossiers de banquette se rabattent en deux parties directement depuis le coffre, à condition que les appuie-tête soient repliés et que le siège passager avant ne soit pas trop reculé. Un double plancher de coffre facilite le rangement de petits objets. Et côté volume, le Kadjar n’annonce pas moins de 527 litres. Voilà qui devrait séduire les familles.

Coffre Renault Kadjar

Coffre Renault Kadjar

Pour prendre la route des vacances, un diesel ne sera pas forcément nécessaire. La preuve avec l’unique moteur essence disponible au lancement : le 1.2 Energy TCe développant 130 ch. Silencieux et suffisamment souple, ce moteur offre un agrément étonnant malgré sa faible cylindrée. Il s’agit d’un quatre cylindres, contrairement au nouveau 1.2 Puretech 130 du Peugeot 3008 qui est un 3 cylindres. Associé exclusivement à une boîte manuelle à 6 rapports, ce bloc essence offre un couple inférieur au moteur dCi 130 mais s’en sort bien sur les accélérations avec 10,1 s au 0 à 100 km/h et 31,5 s au 1000 m départ arrêté ( pour le Kadjar dCi 130 BVM : 9,9 s et 31,9 s ).

 

Bien amorti, le Kadjar essence réalise un bon compromis entre confort et tenue de route. Il profite d’un poids inférieur de 100 kg par rapport aux versions diesel deux roues motrices, ce qui se ressent au volant avec un train avant plus vif.

La monte pneumatique 19 pouces Continental SportContact 5 aide certainement à obtenir cette précision de conduite, il n’empêche que le roulis est largement inférieur à celui du Scénic.

 

Une nouvelle version essence TCe 165 sera proposée dans quelques mois, on espère qu’elle sera compatible avec la boîte à double embrayage EDC.

 

On termine avec les prix, qui sont loin d’être une mauvaise surprise. Le Kadjar s’affiche avec ce moteur essence TCe 130 à partir de 22990 euros avec la finition d’entrée de gamme Life. Un prix canon, quand on sait que le 3008 Puretech 130 Access est facturé 24900 euros et se dispense des jantes alliage 17 pouces de série sur Kadjar.

Le Renault Kadjar et le Scénic

Le Renault Kadjar et le Scénic

En coeur de gamme, le Kadjar Zen devrait être très prisé avec son équipement de série complet : climatisation automatique bizone, aide au parking arrière, alerte au franchissement de ligne, vitres arrière électriques, reconnaissance des panneaux de signalisation, vitres arrière surteintées, feux de route automatiques, barres de toit chromées, capteurs de pluie et de luminosité, accès et démarrage mains libres, et rétroviseurs rabattables électriques. Voilà qui justifie le prix de 25600 euros, soit 2610 euros de plus. Cette finition haute Intens réclame encore 2500 euros supplémentaires, soit 28100 euros toujours en essence TCe 130 ch. Sellerie mi-cuir, jantes alliage 19 pouces, caméra de recul, détecteur d’angle mort, easy park assist, Renault R Link 2, projecteurs full LED, volant cuir nappa, freinage actif d’urgence : le niveau d’équipement est impressionnant. Il reste très peu d’options : peinture métallisée, sellerie cuir, Extended Grip et système son Bose.

 

Un Peugeot 3008 Allure Puretech vendu 29150 euros en propose nettement moins…

LIRE LA FIN DE L’ESSAI RENAULT KADJAR

Renault Kadjar Intens

Renault Kadjar Intens

Une réflexion au sujet de « Essai Renault Kadjar TCe 130 : le trouble fête »


  1. KADJAR CONSOMMATIONS
    Les consommations réelles du KADJAR selon l’étude Autoplus (cf : Autoplus n°1417)
    KADJAR 1.5Dci EDC (110ch) +53.8% de plus qu’annoncées
    KADJAR 1.5Dci (110ch) + 52.6% de plus qu’annoncées
    Que nous cache d’autre Renault ?

Les commentaires sont fermés.