Essai Audi A7 Sportback : vers une conduite automatisée

Essai Audi A7 Sportback

Essai Audi A7 Sportback

La conduite autonome, c’est pour demain, tout le monde le sait. Mais où en sommes-nous aujourd’hui ? Après avoir lu cet essai de la nouvelle Audi A7 Sportback, vous n’aurez plus de doute : nous sommes déjà au stade de la conduite automatisée !

Avec ses proportions imposantes et élancées à la fois, l’Audi A7 Sportback n’a pourtant aucun mal à trouver sa place dans la circulation parisienne. Le conducteur se félicite d’avoir choisi une voiture à boîte automatique, qui évite de se fatiguer la jambe gauche avec des débrayages incessants. Le bras droit lui, est débarrassé de la manipulation du levier de vitesses. Si les boîtes automatiques ne datent pas d’hier, de nombreux conducteurs ne sont pas encore prêts à franchir le pas car ils préfèrent “conduire”, et donc passer les vitesses. La boîte automatique est déjà un premier pas vers une automatisation de la conduite. Deuxième changement : le régulateur de vitesse. Là encore, de nombreux confrères journalistes automobiles détestent cet équipement, pourtant très confortable.

Un régulateur de vitesse classique soulage là encore le conducteur qui n’a plus à maintenir une pression sur l’accélérateur. Mais la première voiture qui déboîte devant vous impose de freiner, et désactive de fait le régulateur de vitesse.

Anneaux et sécurité de l'A7 Sportback

Anneaux et sécurité de l’A7 Sportback

Sur l’Audi A7 Sportback, le régulateur de vitesse est adaptatif, et beaucoup plus perfectionné. La voiture mesure la distance avec le véhicule qui précède, et va gérer automatiquement le ralentissement pour conserver la régulation tout en assurant un niveau de sécurité élevé. Contrairement au régulateur “actif” de Peugeot et Citroën qui n’est pas capable de faire face à un freinage trop prononcé, le régulateur adaptatif Audi sait freiner comme il faut et avec force si nécessaire.

C’est rassurant, et le niveau de sécurité de la voiture augmente du fait de l’absence du fameux temps de réaction d’un conducteur lambda. L’Audi A7 Sportback sait donc freiner et accélérer toute seule, mais ce n’est pas tout. Elle suit également de très près sa trajectoire grâce au marquage au sol. Lorsque l’A7 se déporte vers la ligne droite, elle ne se contente pas d’émettre un signal sonore ou de faire vibrer la ceinture du conducteur. Son système de maintien de trajectoire va jusqu’à faire tourner le volant tout seul pour remettre la voiture sur sa voie !

Le système fonctionne tellement bien qu’il est possible de tout lâcher, pour observer avec stupéfaction le volant tourner tout seul. Mais l’A7 n’est pas encore une voiture autonome : au bout de trois corrections de trajectoires, un bip et un message rappellent le conducteur à l’ordre : il doit reprendre le volant.

Si cet équipement est bluffant, le laisser activé peut parfois surprendre. Quand on conduit, on a parfois tendance à légèrement dévier, et sentir le coup de volant effectué par le système alors qu’on est conducteur est parfois déconcertant. Il ne faudra surtout pas oublier de clignoter pour prendre une bretelle de sortie ou pour doubler, car c’est ce qui permet au système de savoir que le changement de voie est une vraie volonté du conducteur. D’autres équipements facilitent aussi la conduite, comme le détecteur d’angle mort, l’affichage tête haute, et même la navigation reprise dans l’écran situé entre les compteurs.

Audi A7 Sportback S Line

Audi A7 Sportback S Line

Pour ou contre une voiture qui accélère, freine, et tourne le volant toute seule ? Nous sommes favorables à une voiture dotée de ces équipements, qui sont toujours entièrement désactivables. Le conducteur peut alors choisir de les mettre en marche par exemple sur un trajet autoroutier effectué seul, où le risque d’endormissement est la première cause de mortalité.

Audi est allé encore plus loin avec un prototype justement basé sur cette A7 Sportback, sous la forme la plus sportive : la RS7 “Piloted driving”. Ce proto est capable d’effectuer tout seul des tours de circuits comme le ferait un pilote professionnel ! La conduite autonome ne se limite pas à un maintien dans une trajectoire, et on peut ainsi imaginer les possibilités offertes pour sortir d’une situation d’urgence en effectuant une manoeuvre à la bonne vitesse, et au millimètre !

Planche de bord Audi A7 Sportback restylée

Planche de bord Audi A7 Sportback restylée

Une conduite de nuit beaucoup plus agréable

Tout le monde n’apprécie pas forcément la conduite de nuit, et principalement en raison d’une visibilité plus réduite. Là encore, l’Audi A7 Sportback a compris le message et sait régler tous vos problèmes. Il sera difficile de voir aussi bien de nuit que dans une A7 Sportback, qui profite des nouveaux phares Audi Matrix LED. Etrennés par l’Audi A8 restylée fin 2013, ces blocs optiques fonctionnent avec les LED pilotées individuellement. Plus besoin de revenir en feux de croisement en présence d’un autre usager de la route : le système va simplement éteindre les LED correspondant à la zone où se situe le véhicule ou le piéton. Vous pouvez donc rouler tout le temps plein phares ! C’est d’autant plus redoutable que les Matrix LED fonctionnent en cohésion avec le système de navigation pour anticiper les virages.

La prochaine étape est pourtant déjà écrite : il s’agit des phares laser, qu’Audi utilise sur les R18 e-tron Quattro aux 24 Heures du Mans.

Et si cela ne suffisait pas, un autre équipement embarqué apporte un cran de sécurité supplémentaire : le système de vision nocturne. Une caméra thermique détecte les piétons mais aussi les animaux, et avertit à la fois le conducteur et le piéton détecté en cas de risque de collision. Le piéton est interpellé par 3 flashs au niveau des phares, alors que le conducteur entendra un signal d’alarme.

Phare Audi Matrix LED sur A7

Phare Audi Matrix LED sur A7

Se reposer en partie sur les systèmes de sécurité embarqués ne réduit pas forcément la vigilance mais permet de conduire en étant plus détendu. A l’issue d’un trajet de 500 km dans cette A7 Sportback, vous pouvez descendre de la voiture sans ressentir de fatigue particulière. Car le confort est particulièrement soigné dans un tel vaisseau.

Presque aussi longue qu’une A8 courte, cette A7 Sportback est un coupé quatre portes conçu pour quatre passagers. A l’avant, on retrouve la planche de bord de l’A6 avec laquelle l’A7 partage ses soubassements. Très bien présentée, la planche de bord de notre voiture d’essai était embellie par des inserts en bois sombre traversés de traits d’aluminium : à la fois classe et original. Au démarrage, les tweeters du système Bang&Olufsen optionnels se soulèvent. Ce système Hifi est tout autant diabolique par ses performances que par son prix, supérieur à 8000 euros !

Parlons justement de performances, car l’A7 Sportback restylée conserve le fameux V6 3.0 TDI à bi-injection, parfois appelé BI-TDI. La puissance passe de 313 à 320 ch, pour un agrément qui reste bien entendu au top niveau. Il s’agit du bloc diesel 6 cylindres le plus puissant de la marque, seule l’A8 a droit à mieux avec le gros V8 4.2 TDI et ses 385 ch. Avec cette motorisation, on peut traverser le pays en consommant à peine plus de 7 L/100 km,  et profiter d’accélérations de sportive avec un 0 à 100 km/h effectué en seulement 5,2 secondes.

 

Audi A7 Sportback restylée

Audi A7 Sportback restylée

Un budget conséquent

On termine avec le sujet qui fâche : le prix d’achat. Si l’Audi A7 Sportback V6 TDI 320 S Line est vendue 76680 euros, il faudra piocher dans la longue liste d’options pour obtenir une voiture aussi équipée que ce modèle d’essai.

Pour les équipements de sécurité cités plus haut, il faut compter 1690 euros pour l’affichage tête haute, 1855 euros pour le régulateur adaptatif, 740 euros pour l’assistant de maintien de trajectoire, 1170 euros pour les phares Matrix LED, 680 euros pour le détecteur angle mort Audi side assist, 190 euros pour l’indicateur de limitation de vitesse, 555 euros pour la caméra de recul, et 2420 euros pour la vision nocturne.

Je vous fais grâce des applications décoratives en bois Beaufort noir et aluminium à 3155 euros, ou du système Bang & Olufsen à 7280 euros. Pour configurer une telle voiture, il faudra prévoir autant de temps chez le concessionnaire que pour concevoir une cuisine équipée…

 

LIRE LA FIN DE L’ESSAI AUDI A7 SPORTBACK

Essai Audi A7 Sportback

Essai Audi A7 Sportback

Une réflexion au sujet de « Essai Audi A7 Sportback : vers une conduite automatisée »


  1. A 766800 EUR elle est vraiment chère :-)

Les commentaires sont fermés.