Essai nouveau Mazda MX-5 : yesss !!

 

nouveau Mazda MX-5

nouveau Mazda MX-5

La quatrième génération du roadster Mazda MX-5, nom de code ND, nous arrive en pleine dégringolade du marché des cabriolets. Alors que de nombreux constructeurs généralistes abandonnent les découvrables pour se concentrer sur des segments plus en vogue, Mazda n’abandonne pas le segment des petits roadsters, et c’est tant mieux ! Il faut dire que depuis le premier MX-5 de 1989, les acheteurs ne manquent pas. En 2016, Mazda a prévu de célébrer le million de roadsters MX-5 produits. Peu de constructeurs ont finalement trouvé la bonne recette du roadster, et voici celle du MX-5 cru 2015.

 Un style renouvelé pour le nouveau Mazda MX-5

Avec quelques centimètres en moins, le nouveau Mazda MX-5 ne tombe pas dans le piège du toujours plus grand. Ce petit roadster nippon conserve donc ses proportions de jouet, avec seulement 3,91 m de longueur : parfait pour la ville ! Mais sa vocation est avant tout vouée à la promenade, pour voir défiler le paysage tout en s’offrant un vrai moment de plaisir. Comme toujours, le MX-5 ne couvre pas la tête de ses passagers avec une baie de pare-brise bien droite. Ceux qui roulent en Peugeot 308 CC par exemple, pourront découvrir ce que c’est que de rouler en cabriolet…

Réinventé sans pour autant renier ses prédécesseurs, le MX-5 signé par le chef designer Masashi Nakayama privilégie l’équilibre avec des proportions bien pensées. Aucun artifice : les différentes pièces de carrosserie jouent la modernité sans pour autant tomber dans le piège de lignes de force torturées.

Seule la finition Sélection 2.0 L Skyactiv-G bénéficie des jantes alliage 17 pouces. Cette version d’essai est aussi équipée d’un pack aero optionnel.

 

Mazda MX-5 Sélection 2015

Mazda MX-5 Sélection 2015

Bonne surprise en s’installant à bord : tout a changé. On oubliera l’ancienne planche de bord tristounette avec un plastique gris façon Ford. Le nouveau MX-5 grimpe en qualité perçue avec une finition plus valorisante, dans l’esprit des derniers modèles Mazda comme le CX-3. Inserts métalliques, revêtement simili-cuir avec surpiqûres rouges sur la planche de bord, écran tactile : on passe dans une autre dimension. Les designers ont également travaillé les contre-portes en reprenant la couleur de la carrosserie, pour une continuité qui n’avait jusqu’à présent pas été exploitée sur ce modèle.

Cette évolution permettra sans doute à Mazda d’aller toucher une clientèle qui roule dans des Audi A1 ou des Mini dans les mêmes sphères de prix.

Tableau de bord nouveau Mazda MX-5

Tableau de bord nouveau Mazda MX-5

Le décapotage d’un MX-5 demeure ultra-simple, et très rapide. Ici pas de mécanisme électrique compliqué à mettre en oeuvre à l’arrêt uniquement comme dans un coupé cabriolet : il suffit de déverrouiller deux fermetures avant de pouvoir repousser la capote dans son logement. La manipulation nécessite de se tourner, surtout pour bien verrouiller la capote dans son logement : le conducteur aura donc tout intérêt à l’effectuer à l’arrêt pour ne pas se démettre l’épaule. Entre les petits arceaux de protection qui s’enroulent au-dessus des appuie-tête, un petit coupe-vent est installé. Réduire les turbulences passera aussi par le fait de remonter les vitres latérales.

Il faudra être rationnel au moment de la préparation des bagages : la malle n’embarque que 130 litres. Suffisant pour un week-end en amoureux, qui ne sera certainement pas le seul de l’année…

Mazda MX-5 génération MD décapotée

Mazda MX-5 génération ND décapotée

 

Et sous le capot, ça se passe comment ? Mazda a relégué l’ancien moteur 1. 8 de 120 ch aux oubliettes pour laisser la place à un nouveau moteur plus efficient. Le nouveau petit bloc d’entrée de gamme est un 4 cylindres 1.5 Skyactiv-G et développe 131 ch. Dépourvu de turbo, ce petit moteur atmo réclame donc de jouer du levier de vitesses et de grimper dans les tours pour faire parler la poudre. Cela tombe plutôt bien, car la boîte de vitesses est très bien guidée et le maniement du levier de vitesses n’a rien d’une punition. La boite de vitesses automatique n’a d’ailleurs pas encore été confirmée pour ce nouveau MX-5.

Bien plus véloce que l’ancien modèle, le MX-5 1.5 réalise le 0 à 100 km/h en seulement 8,3 s, contre 9,9 s pour l’ancien MX-5 NC 1.8. La sonorité moteur est sympathique, la conduite agréable avec un châssis équilibré : un vrai bonheur.

 

Pour ceux qui remplacent leur ancien MX-5 2.0, pas de panique, le catalogue comprend toujours un bloc de la même cylindrée, avec une puissance de 160 ch. Les 29 ch supplémentaires permettent de gagner une seconde au 0 à 100 km/h, avec temps de 7,3 s. Mais la puissance n’est pas tout : cette version 2.0 L est chaussée en 17 pouces, et s’équipe aussi d’une suspension sport Bilstein et d’un différentiel à glissement limité. Voilà qui devrait clarifier les choses : cette version est clairement affichée comme sportive, même si l’écart de perfs avec le 1.5 n’est pas aussi grand que ça.

Mazda est resté fidèle à la propulsion arrière pour ce nouveau MX-5, qui est bien traité niveau suspensions avec des doubles triangles à l’avant et un essieu multibras à l’arrière. Confortable, le MX-5 reste précis à conduire avec un survirage jamais violent et une tenue de cap qui rassure.

Avec seulement 1 petite tonne sur la balance, la MX-5 2.0 L fait le poids d’une citadine ! C’est ce qui permet d’obtenir des performances convaincantes, malgré l’absence de turbo. Pour ses moteurs essence, les ingénieurs Mazda restent braqués sur des moteurs atmosphériques, ce qui plaira aux amateurs de belles montées en régime.

Plus puissant, le moteur 2.0 L nécessite moins de jouer du levier de vitesses mais déçoit un peu au niveau sonorité. La version 1.5 L est donc tout à fait recommandable, avec un tempérament finalement amusant et qui colle bien avec l’esprit de l’auto.

Feu arrière nouveau Mazda MX-5

Feu arrière nouveau Mazda MX-5

Budget : des prix canon pour le nouveau Mazda MX-5

 

Mazda n’est pas connu pour afficher des prix canon, car l’équipement de série fait en général grimper l’addition. Mais avec une gamme débutant à 24800 euros, le Mazda MX-5 reste très bien positionné. Et je ne parle pas de rapport prix/plaisir, domaine dans lequel il peut enterrer de nombreux modèles….

Le MX-5 Elegance d’entrée de gamme n’est pas dépouillé avec de série les phares avant à LED, les jantes alliage 16 pouces, la climatisation manuelle, le démarrage sans clé, le système MZD Connect avec écran couleur 7 pouces, le système bluetooth, le régulateur-limiteur de vitesse, le volant gainé cuir….

Il faut ajouter 2100 euros pour s’offrir la finition Dynamique, qui apporte la climatisation automatique, le système de navigation, le rétroviseur intérieur électrochrome, l’allumage automatique des feux, les essuies-glace automatiques, l’avertisseur de franchissement de ligne, les jantes alliage 16 peintes en “Gunmetal”, les sièges cuir noir et chauffants, la décoration de planche de bord en vinyle et les rétros extérieur “piano black”. De quoi rendre la vie plus agréable…

Détail sièges Mazda MX-5 Sélection

Détail sièges Mazda MX-5 Sélection

 

Le moteur 2.0 L Skyactiv-G  est uniquement proposé avec la finition Sélection photographiée ici. Affiché à 29650 euros avec le moteur 1.5 de 131 ch, et à 32050 euros avec le moteur 2.0 de 160 ch, le MX-5 Sélection progresse au niveau sécurité avec les phares directionnels adaptatifs, la gestion automatique des feux de route, la reconnaissance active d’obstacles mobiles en marche arrière et le système d’alerte de véhicule en approche.

La Hifi gagne des haut-parleurs pour en afficher fièrement 9, tout en profitant d’un système audio d’origine Bose. Mais ce n’est pas tout, avec des sièges cuir-alcantara d’origine Recaro et l’aide au stationnement arrière.

 

Reste qu’avec des options comme le pack aero, le prix peut sérieusement grimper. Autre supplément: le malus écologique de 1600 euros dont est frappée cette version 2.0 L essence. Homologuée à 139 g contre 154 g pour la 2.0 L, la MX-5 1.5 Skyactiv-G se contente d’un malus de 250 euros !

Sur la finition Sélection, cela porte l’écart de prix clés en mains entre les deux moteurs à 3750 euros. Au final, la version idéale au niveau rapport prix/prestations est le MX-5 Dynamique 1.5 L 131 ch vendu 26900 euros.

Nouveau Mazda MX-5 avec toit souple fermé

Nouveau Mazda MX-5 avec toit souple fermé

LIRE LA FIN DE L’ESSAI NOUVEAU MAZDA MX-5

 

Mazda MX-5 2015

Mazda MX-5 2015

Une réflexion au sujet de « Essai nouveau Mazda MX-5 : yesss !! »

Les commentaires sont fermés.