Faut-il succomber à la mode des SUV ?

Nouveau Peugeot 3008

Nouveau Peugeot 3008

Il y a quelques années, on ne parlait pas de SUV ou de crossovers. Les berlines régnaient sur la France, concurrencées par les monospaces en plein essor depuis l’arrivée du premier Scénic au milieu des années 90. Renault lançait alors son Modus, une sorte de monospace basé sur la Clio, Citroën misait sur son C3 Picasso toujours au catalogue, même les constructeurs coréens suivaient la tendance avec les Kia Venga et Hyundai i20.

On avait alors 3 catégories de monospaces : les citadins, les compacts et les grands monospaces comme les Renault Espace, Peugeot 807 et Volkswagen Sharan.

C3 Picasso Sélection

Le Citroën C3 Picasso ne sera pas remplacé par un monospace, mais par….un SUV !

Pour résumer, la mode des monospaces a donné un certain nombre de protagonistes dont un certain nombre a depuis été arrêté : l’effet de mode est passé. Désormais, la mode est aux SUV.

Qu’ont-ils vraiment apporté à l’automobile ?

Un SUV est une version grand public des vrais 4X4 baroudeurs : ici, pas question d’angles d’attaque et de sortie, de passages de gué ou de blocage de pont. D’ailleurs la grande majorité des SUV vendus en Europe sont des DEUX ROUES MOTRICES.

Les constructeurs proposent un certain nombre de SUV en 4X4, mais pas tous. Et les versions à transmission intégrale sont généralement les plus chères, et les moins sobres : de quoi dissuader les acheteurs.

Mais alors, pourquoi acheter un faux 4X4 ? Car finalement, ce serait un peu comme acheter un coupé avec un toit recouvert de toile pour faire semblant d’avoir un cabriolet….

Vous l’avez compris, on touche du doigt le principal argument des SUV : le look. Un look qui ne s’accompagne pas forcément des prestations qui vont avec….

Renault Captur

Le Renault Captur mise sur son look et cela fonctionne : premier SUV le plus vendu, il talonne les Clio et 208 sans vraiment apporter davantage en termes de prestations.

Autre argument pour les SUV : une position de conduite surélevée. Précisons tout de même que l’agrément de conduite d’une auto est plus favorable quand la position de conduite est basse, ce qui est le cas des sportives et des GT. Une conduite en hauteur est donc plutôt recommandée pour ceux…qui n’aiment pas particulièrement conduire, ou qui ont peur des sensations. La hauteur atténue l’effet de vitesse.

Cette position en hauteur n’a en tout cas rien à envier à celle des monospaces.

On arrive au dernier argument des SUV : l’espace à bord. Les SUV sont-ils vraiment plus grands ? Par rapport à des berlines, la réponse est généralement oui, du fait d’un habitacle plus haut qui permet de gagner de l’espace à bord et dans le coffre. Mais l’habitabilité est très rarement aussi élevée que dans un monospace.

Et au niveau du coffre, le seuil est haut, avec des systèmes de double plancher conçus pour faire oublier la profondeur du coffre comparée à la hauteur du seuil. On est très loin de la praticité et des fonctionnalités d’un vrai break !

LES SUV : LE FRUIT DU MARKETING ?

Beaucoup attribuent l’essor des SUV au marketing. En période de crise, toute nouveauté est bonne à prendre, et la croissance du segment des SUV aiguise les appétits de tous les constructeurs. Le lancement de nouveaux SUV est basé sur des études qui tendent à prouver que le segment des SUV va littéralement exploser au détriment des berlines et des monospaces.

Mais n’est-ce pas l’offre qui crée la demande ? N’est-ce pas les publicités axées sur des SUV qui finissent par convaincre les acheteurs ? Une chose est sûre : une mode finit toujours par passer. Les berlines et les breaks poursuivent leur route : des valeurs sûres, et au final indémodables.

Alors finalement, faut-il écouter le marketing ? Un constructeur automobile a comme principal objectif de vous vendre des voitures neuves. Son second objectif est ensuite de vous pousser à DEPENSER PLUS. Voilà pourquoi bon nombre d’équipements intéressants ne se retrouvent que sur les modèles haut de gamme, même en option. Les publicités présentent toujours les finitions les plus chères, afin de vous faire saliver. Même en concession, les modèles d’entrée de gamme ne sont pas toujours présents.

Dans cette perspective de vous faire dépenser plus, les SUV sont un vrai bonheur pour les constructeurs et les vendeurs de voitures. Plus chers, les SUV poussent à la consommation. En ayant l’impression d’acheter une voiture plus imposante et capable de faire plus de choses, l’acheteur mord à l’hameçon et dépense beaucoup plus que pour la berline acquise précédemment.

Construits sur les même plate-formes que les berlines, avec les mêmes moteurs, les SUV ne font souvent pas mieux que les berlines. Plus lourds, ils consomment davantage et accélèrent moins bien. Leur tenue de route est moins précise, leur tarif d’assurance est supérieur…

nouveau Volkswagen Tiguan avec pack R Line

Volkswagen préfère vous vendre un Tiguan qu’une Golf. Même plate-forme, mêmes moteurs et mêmes équipements, avec des marges bien supérieures…

Bilan

Beaucoup achètent des SUV pour parader, se montrer, et se sentir au-dessus de la masse avec une position de conduite en hauteur. Capots allongés et bien horizontaux, position haute : l’Ego du conducteur est chouchouté dans une telle voiture.

Est-ce raisonnable ? Faut-il dépenser des milliers d’euros en plus pour circuler en SUV ? Dans la majorité des cas, je vous répondrais non. Mais si votre utilisation le justifie par la nécessité d’une garde au sol surélevée, d’une capacité de tracter des remorques lourdes ou d’une transmission intégrale, alors pourquoi pas.

Une chose est sûre cependant : cette orientation du marché vers les SUV leur permet de moins décôter sur le marché de l’occasion. De quoi récupérer en partie la mise supérieure et pas forcément justifiable…