Ford B-Max : à 5 ans il disparait déjà !

Ford B-Max au salon de Genève 2012

Le Ford B-Max au salon de Genève 2012

Les stratèges de Ford n’auront pas été très visionnaires en commercialisant le B-Max en 2012. L’objectif d’investir sur le segment des minispaces qui n’avait jamais explosé, et allait même complètement disparaître, à peine 5 ans plus tard.

En 2012 donc, le Ford B-Max s’annonce comme un monospace urbain très innovant avec ses portes arrière coulissantes et son absence de pied milieu. On se souvient de la publicité où un B-Max est positionné latéralement, grand ouvert au-dessus d’une piscine, juste en-dessous du plongeoir. La scène avait été tournée à la piscine olympique qui surplombe Barcelone : des lieux qui avaient d’ailleurs dévasté les comptes de la cité catalane.

Le naufrage financier aura donc été également au rendez-vous avec le Ford B-Max, qui sera arrêté au terme de seulement 5 années de carrière, sans remplaçant direct ! L’usine roumaine qui l’assemblait se chargera désormais des SUV Ecosport destinés à l’Europe. Pendant ces dernières années, les interruptions de production auront été nécessaires car les ventes du B-Max n’ont jamais atteint les objectifs de départ.

Ford n’avait pas anticipé à temps la vague des SUV urbains : le B-Max est lancé un avant seulement avant que Renault remplace son Modus par le Captur. Et quand le B-Max a profité d’investissements importants avec sa conception inédite et un assemblage en Europe de l’est, le Ford Ecosport est commercialisé à la hâte en Europe. Au départ, il s’agissait d’un produit conçu pour les pays émergents, avec deux usines au Brésil et en Inde. Voilà qui imposait aux acheteurs européens une gamme réduite et presque pas d’options, mais aussi un produit qui n’était pas au niveau des exigences du marché avec des exemplaires importés d’Inde et mal finis.

Même avec des modifications l’Ecosport est à la peine : classé depuis le début de l’année en 72 ème position dans le classement des ventes de voitures particulières, il est loin derrière les Peugeot 2008 et Renault Captur. Avec 3999 immatriculations en 6 mois, face aux 38705 Peugeot 2008 et 37479 Captur. Le Toyota C-HR s’est écoulé à 9635 exemplaires, l’Opel Mokka à 10198 exemplaires, le Fiat 500X à 7519 exemplaires, le Nissan Juke à 7663 exemplaires, le Jeep Renegade à 5037 exemplaires, l’Audi Q2 à 5023 exemplaires.

La réussite de l’Ecosport peut même se mesurer au fait qu’il se vende moins bien en 2017 que le B-Max, lui même en pleine déconfiture.

2017 sera retenue comme l’année de disparition massive de l’espèce des minispaces avec les arrêts des Citroën C3 Picasso, Kia Venga, Hyundai ix20, Opel Meriva et Ford B-Max.