Permis de conduire : comment se déroulent les examens théorique et pratique

Permis de conduire : comment se déroulent les examens théorique et pratique

Permis de conduire : comment se déroulent les examens théorique et pratique

Chaque année, quasiment un candidat sur 2 échoue à l’examen du permis de conduire. L’examen pratique est celui qui accueille le plus d’échecs. Cela s’explique en partie par un manque de préparation et par une situation stressante mal expliquée par les moniteurs, qui engendre une montée de stress le jour J. Pour ces raisons, nous allons détailler ensemble le déroulement de l’examen du permis de conduire en partant du début, c’est-à-dire de l’examen théorique ( code de la route ) à l’examen pratique tant redouté !

Le Code de la route : différentes modalités

Avant de penser à l’examen pratique, vous devez réussir l’examen du Code de la route. Le but de cet examen est de contrôler votre aptitude à comprendre les règles qui régissent la conduite et surtout évaluer votre capacité à les respecter. Pour vous préparer à cela, plusieurs solutions existent.

Code la route : auto-école ou candidat libre ?

La première solution est tout simplement de se rendre dans une auto-école agréée. Vous aurez le choix entre une formule globale, incluant les heures de conduites et l’inscription à l’examen pratique. Certaines d’entre elles proposent aussi une formule à la carte, en différenciant bien l’examen théorique de l’examen pratique.

La seconde solution est de passer votre Code de la route en candidat libre. Une fois obtenu, il vous suffira de vous inscrire pour un forfait de conduite ( 20 heures pour la plupart ) auprès de l’auto-école de votre choix.

Quelles différences ?

Les différences entre ces deux solutions se situent principalement au niveau du prix.

Permis de conduire : comment se déroulent les examens théorique et pratique

Permis de conduire : comment se déroulent les examens théorique et pratique

Se rendre dans une auto-école sera plus onéreux, comptez en moyenne 350 euros ( Livret, frais administratifs, formation et inscription à l’examen inclus ).

En revanche, si vous optez pour la partie théorique en candidat libre, votre investissement se limitera à l’inscription à l’examen ( 30 euros ) et à sa préparation. Pour préparer votre code en toute autonomie, la solution la plus viable est sans conteste le Pass Rousseau sur Preparation-code.fr.

Ce logiciel à jour des réformes délivre plus de 2 500 questions avec des corrections illustrées et commentées. Au total, plus de 100 séries disponibles avec des conditions d’examen proches de la réalité. Accessible à la fois sur smartphone, tablette et ordinateur, il vous offre une grande flexibilité dans les horaires et vous permet d’agencer vos révisions en fonction de vos disponibilités.

Comment s’organise l’examen théorique du Code de la route ?

Au moment opportun, il vous faudra vous inscrire afin d’obtenir une date dans un centre agréé. N’arrivez pas en retard, auquel cas la session débutera sans vous. L’examen dure à peu près une heure et compte une série de 40 questions à choix multiples. Un boitier électronique est transmis à tous les candidats, sur lequel vous trouverez les touches A, B, C, D suivies des touches pour corriger et valider les réponses.

Pour être admis, il vous faut réussir 35 questions sur 40 soit une tolérance de 5 fautes maximum. Notez qu’il n’y a aucune question piège et que toutes les questions posées sont issues des thématiques que vous avez eues à apprendre lors de votre préparation au code. Soyez rassurés, il n’y a pas de nombres de tentatives imposées pour passer son Code, néanmoins sa validité dure 5 ans. À l’issue de ce délai, vous devrez tout reprendre à zéro.

L’examen pratique en détail

Permis de conduire : comment se déroulent les examens théorique et pratique

Permis de conduire : comment se déroulent les examens théorique et pratique

Tout d’abord, n’oubliez pas votre convocation et votre carte d’identité, sans quoi vous ne pourrez pas participer à l’examen.

L’examen de la conduite consiste à vérifier votre aptitude à vous adapter à différents contextes : conduite en et hors agglomération ( autoroute, rocade, etc. ). Pour cela, de simples consignes directionnelles vous seront données. Soyez attentif et n’oubliez pas que l’examinateur n’est pas là pour vous piéger. Si une instruction est mal comprise, n’hésitez pas à la lui faire répéter au risque de commettre une faute.

C’est aussi l’occasion pour lui d’évaluer votre aisance, votre assurance au volant d’un véhicule. Vous devez donc vous détendre, les tensions, les émotions jouent en notre défaveur lorsque nous conduisons. Roulez toujours à une allure modérée, en anticipant les risques éventuels.

Quelles sont les épreuves de l’examen pratique ?

L’examen dure entre 25 et 32 minutes maximum. Durant ce temps imparti, vous devrez passer des tests :

  • Un test de vue assez simple qui valide une acuité visuelle suffisante pour prendre le volant. Au choix, il faudra soit lire une plaque d’immatriculation, soit un panneau quelconque.
  • Auparavant, il y avait 2 vérifications (intérieures et extérieures) à réaliser, suivies d’une question. Depuis le 1er janvier 2018, ce sont trois nouvelles questions qui seront posées. La première concernera, au choix, une vérification intérieure ou extérieure. La seconde sera sur le thème de la sécurité routière et la troisième sur les premiers secours. Chaque bonne réponse rapporte 1 point.
  • Réaliser un freinage de précision.
  • Réaliser une manœuvre en marche arrière. Au total 6 manœuvres sont possibles, ne vous concentrez pas uniquement sur la technicité, la sécurité est tout aussi importante, sinon plus.

Combien de points obtenir pour avoir son permis de conduire ?

L’examen pratique est évalué sur 31 points. Pour être reçu, il faut obtenir 20 points à condition de ne pas avoir commis de faute éliminatoire lors de votre conduite. Est considérée comme faute éliminatoire une intervention de l’examinateur sur le volant ou les pédales en raison d’un danger pour les passagers du véhicule et pour les conducteurs environnants. (risques de collision, refus de priorité à droite, franchissement d’une ligne continue, un stop glissé,etc.)

Toutefois, si l’examinateur vous fait une remarque, sachez que cela n’est pas forcément une faute éliminatoire. Certaines fautes sont tolérées et les remarques sont dites à bon escient. Apprenez à les accepter pour rester concentré sur votre examen.

Sachez que votre attitude, votre maturité et votre capacité à vous rendre compte des risques associés à la conduite sont des points sur lesquels l’examinateur sera particulièrement attentif. Les exigences actuelles tendent à une véritable prise de conscience du conducteur et des responsabilités qui lui incombent une fois engagé sur la route.