Test Assassin's Creed Odyssey sur PS4

Test Assassin’s Creed Odyssey sur PS4

La saga des Assassin’s Creed ne faiblit pas chez Ubisoft ! Après un excellent épisode Origins il y a moins d’un an, l’éditeur nous propose de quitter l’Egypte pour se rendre dans la Grèce Antique.

Conçu par Ubisoft Québec, ce nouvel épisode intitulé Assassin’s Creed Odyssey doit donc prendre la relève après un épisode qui aura séduit les gamers et la presse spécialisée.

La pression devait donc être assez fort outre-Atlantique pour faire encore mieux !

Difficile de prendre la relève d’un épisode dédié à l’Egypte. Mais rassurez-vous, même si la Grèce semble moins exotique de prime abord, cela ne manque pas d’intérêt à l’époque de l’antiquité. La mythologie grecque est elle aussi un vaste sujet source d’inspiration.

Test Assassin's Creed Odyssey sur PS4

Test Assassin’s Creed Odyssey sur PS4

 

Spartiates VS athéniens

 

Au niveau du pitch, vous incarnez l’un des enfants du Loup de Sparte. Et oui vous aurez le choix entre un personnage masculin ou féminin au départ de l’aventure. Sans possibilité de changer ensuite, attention de ne pas se tromper !

Votre personnage a été séparé de sa famille et a grandi sous la protection d’un escroc qui l’a utilisé pour ses larcins. L’histoire débute sur une petite île qui deviendra rapidement trop petite pour les ambitions de notre héros, qui n’a qu’une envie : partir à la rencontre de son père.Cette quête vous conduit en tant que mercenaire à devenir un renfort des spartiates dans leur lutte contre les athéniens.

Entre ces deux camps, vous croiserez également des bandits qui comptent bien profiter de la situation pour s’enrichir sur le dos des habitants en déroute.

Deux changements qui peuvent sembler opportunistes mais ont au final toute leur importance, on peut désormais éviter d’avoir l’impression d’être un pantin qui se dirige d’un point A à un point B de façon continue. L’exploration du dernier Zelda a inspiré Ubisoft, qui avait également été critiqué sur ce mécanisme de jeu beaucoup trop répétitif et mécanique. Vous avez donc le choix entre un mode de jeu guidé comme les anciens épisodes, et le nouveau mode exploration que nous nous sommes empressés d’activer.

Autre nouveauté, sans doute inspirée cette fois-ci davantage des jeux de Quantic Dreams : les dialogues ne sont plus en lecture seule. Vous avez droit au chapitre, ce qui vous permet de choisir l’orientation d’un dialogue, mais va jusqu’au choix de sacrifier des PNJ ou de les sauver. Ou encore de courtiser un personnage au lieu de l’envoyer promener. Ces choix sont annoncés comme avoir des conséquences sur la suite de l’histoire. Une affirmation relativement dure à confirmer au bout de dix heures de jeu. Mais l’initiative est louable, avec le sentiment d’être davantage maître de la destinée de son personnage.

 

Test Assassin's Creed Odyssey sur PS4

Test Assassin’s Creed Odyssey sur PS4

Un monde ouvert qui privilégie l’exploration

Le fait de pouvoir activer le jeu en mode exploration au lieu de guidé change la façon de percevoir les choses et l’enchaînement des actions. L’acceptation d’une quête peut par exemple vous indiquer le fort à attaquer, mais il ne sera pas placé sur la carte !

Il faudra alors prendre le temps d’aller explorer toutes les zones inconnues, ce qui permet de parcourir la map en long et en large, de découvrir des surprises et aussi de se ravitailler en bois d’olivier et en peaux de bêtes.

 

Esthétiquement ce nouvel épisode d’Assassins Creed nous en met plein la vue. Origins était déjà très beau, et celui-ci semble aller encore plus loin dans les détails.

La lumière par exemple est juste une tuerie : les jours ne se ressemblent pas forcément, avec des variations de météo qui donnent l’impression de voir certains décors où vous êtes pourtant déjà passé pour la première fois.

 

Test Assassin's Creed Odyssey sur PS4

Test Assassin’s Creed Odyssey sur PS4

Une faune encore plus développée

Dans AC Origins, la faune sauvage rendait déjà les paysages très vivants. Dans Odyssey, ces PNJ semblent avoir des réactions moins mécaniques. Que dire par exemple d’une meute de loups qui hurle à la mort dans la montagne en pleine nuit ? L’ambiance en profite pleinement.

Chaque animal semble plus sauvage, vous pouvez par exemple vous faire attaquer par un simple coq ! On apprécie aussi la présence d’une nuée de corbeaux qui va venir occuper certains lieux et s’envoler à votre approche.

L’aigle apprivoisé qui permet d’effectuer des repérages des ennemis, coffres et escaliers cachés est toujours présent.

Et pour terminer avec les animaux, le comportement et les bruits des chevaux semblent un cran au-dessus d’Origins en termes de réalisme.

 

Les autres nouveautés apportées par Odyssey

 

Ubisoft Québec est donc loin d’avoir seulement repris le concept d’Origins adapté à la Grèce Antique. De nombreux éléments de jeu sont nouveaux, avec principalement des évolutions allant dans le bon sens.

Commençons par les armes et les éléments de protection du héros, qui ont leur importance pour se sortir des nombreux combats. On récupère comme d’habitude de nombreux objets dans les coffres, mais aussi sur les cadavres venant tout juste d’être occis. L’inventaire permet ensuite de faire un choix entre tel ou tel arc, telle ou telle tunique, etc. Dans cet épisode, il nous semble que les armes sont trouvées à un rythme moins effréné que dans Origins. On ne se retrouve pas à vendre 15 lances à chaque passage chez un forgeron. Les éléments peuvent toujours être améliorés, mais plus difficilement là encore avec certaines ressources comme l’obsidienne qui se font plus rares.

Un ajustement de difficulté qui n’a rien de choquant et ne pourra que pousser le joueur à explorer davantage son environnement. Les combats sont travaillés et sanglants comme on les aime ( les éclaboussures d’hémoglobine peuvent être désactivées dans un menu )

Autre grande nouveauté : le recrutement de recrues pour son navire. Une partie du jeu est axée sur le combat naval, un classique des Assassins Creed. Cette fois-ci, vous pourrez jouer sur la composition de l’équipage en recrutant dans les forts ennemis de futurs capitaines. Au lieu de les assassiner discrètement, on les assomme avant de les recruter.

Test Assassin's Creed Odyssey sur PS4

Test Assassin’s Creed Odyssey sur PS4

 

 

Conclusion

 

Pour tout dire au départ du jeu, j’étais un peu sceptique sur les nouveautés qui me semblaient un peu minces pour me donner envie de refaire un nouvel Assasin’s Creed si peu de temps après le précédent. J’avais adoré Origins qui sur lequel j’avais passé plus d’une soixantaine d’heures, et récolté 3/4 des trophées.

Mais cette impression a ensuite disparu dans Odyssey en découvrant l’univers proposé et en profitant de tous les changements apportés à la façon de jouer. Difficile ne pas admirer le travail réalisé sur ce jeu qui est sublime  et permet de jouer là encore pendant des dizaines d’heures, voire une centaine pour celui qui voudrait absolument ne rien manquer !

Test Assassin's Creed Odyssey sur PS4

Test Assassin’s Creed Odyssey sur PS4

Test Assassin's Creed Odyssey sur PS4

Test Assassin’s Creed Odyssey sur PS4

Test Assassin's Creed Odyssey sur PS4

Test Assassin’s Creed Odyssey sur PS4


Mots clés pour ce billet :

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

6 − 1 =

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>