Essai Alfa Romeo MiTo 1.4 TB MultiAir 170 QV : à conduire, budget

A conduire

Le bloc essence de 170 ch et d’une cylindrée de 1 368 litres est associé au système MultiAir. Le principe de fonctionnement de cette technologie est la possibilité de régler en permanence les principaux composants du mélange, et en particulier de l’air admis, pour garantir une combustion optimale pour n’importe quel régime suivant les conditions. De plus, un système électro-hydraulique s’occupe de la gestion des soupapes afin de réduire les consommations et les émissions.
alfa-romeo-mito-qv-67
Ce 1.4 MultiAir affiche ainsi un très bon rendement de puissance avec 124 ch par litre et son rapport poids/puissance est de 6,7kg/ch ! Les performances sont au rendez-vous avec 7,5 secondes au 0 à 100 km/h, et une vitesse maximale atteignant 219 km/h.
Avec un couple disponible plus tôt, la souplesse est de mise. Même en sixième la voiture ne broute pas à bas régime ! Lorsque l’on monte dans les tours le moteur se montre très disponible et sur toute la plage d’utilisation où il émet une sonorité rauque agréable. Les reprises sont quand à elles franches.
alfa-romeo-mito-qv-42t
Le système DNA (Dynamic, Normal, All Weather) permet l’alliance entre sobriété et sportivité ! Situé sous la console de climatisation un sélecteur offre au conducteur trois modes de conduite différents. En position « Normal », les commandes sont douces et le confort de roulage plus important. Dans cette configuration on pourrait même se demander où sont passés les 170 ch ! On observe une certaine douceur au démarrage, les montées en régimes se font alors très progressivement. Mais lorsque l’on enclenche le mode « Dynamic » on est tout de suite rassuré. Ce dernier procure de meilleures accélérations à bas régime et beaucoup plus franches, la direction est plus dure et plus précise. La différence entre les modes « Normal » et « Dynamic » est donc très bien marquée. Enfin, la position « All Weather » augmente le niveau de sécurité grâce à l’interaction renforcée entre l’ESP, la direction et les suspensions, utile sur la neige où route humide, nous n’avons malheureusement pas pu essayer la MiTo dans ces conditions.

La transmission s’effectue via une boîte de vitesse manuelle à six rapports. Elle se montre rapide mais elle manque cruellement de précision, un point important pourtant sur une sportive !
alfa-romeo-mito-qv-41t
Le moteur se veut respectueux de l’environnement. Avec 10% de consommation en moins pour 10% de puissance en plus par rapport à l’ancienne version de 155 ch, il est tout à fait possible de réaliser des moyennes correctes. Pendant notre essai nous avons réalisé des moyennes oscillant entre 7 et 8 l/100km. En conduite sportive nous n’avons pas dépassé les 13 l/100 km.
Notons la présence d’un Start&Stop de série, et du Gear Shift Indicator, autrement dit l’indicateur de passage de vitesse.
alfa-romeo-mito-qv-55
La MiTo repose sur la plateforme de la Fiat Punto, et son comportement routier est bon. Elle se place assez bien et enchaîne les courbes avec aisance. Il faudra tout de même se mettre en position « Dynamic » pour obtenir une direction plus précise. Avec un très bon mordant, le freinage ne souffre d’aucun reproche.

Budget & Equipements

Ce bloc réussit l’exploit de ne rejeter que 139 g, ce qui pour 170ch est tout à fait raisonnable, et donc aucun malus ne vous sera demandé lors de l’achat.
Vendue à partir de 22 200€ l’Alfa Romeo MiTo QV est tout à fait abordable. Pour comparaison c’est 2 000€ de moins qu’une Mini Cooper S.
alfa-romeo-mito-qv-23t
En terme d’équipements, la finition Quadrifoglio Verde est basée sur le niveau « Sélective » auquel s’ajoute le Pack Sport et les jantes 17 pouces. Au programme on retrouve donc de série l’ESP, le DNA, la climatisation manuelle, les jantes alliages 17 pouces, la sellerie cuir, un autoradio CD MP3 et c’est tout. Il faudra donc opter pour la case options si vous souhaitez disposer d’une climatisation automatique, du régulateur ou de l’allumage automatique des feux par exemple. Facturé 850€ le pack confort vous ajoutera le capteur de pluie, l’allumage automatique des feux, l’accoudoir avant, la climatisation automatique, le rétroviseur intérieur photochromatique, le réglage lombaire du siège passager, le radar de recul, et une prise 12V.

LIRE LA SUITE DE L’ESSAI :

Essai Alfa Romeo MiTo 1.4 TB MultiAir 170 QV : bilan, photos

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

4 × 3 =

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>