A conduire

Notre A5 Sportback d’essai est une configuration assez étonnante : son V6 TDI est associé non pas à la boîte automatique Multitronic mais à une boîte manuelle à 6 rapports. Ce petit V6 2.7 TDI délivre 190 ch de puissance et un couple de 400 Nm.

Essai Audi A5 Sportback

Essai Audi A5 Sportback

Malgré sa puissance proche de 200 ch, le punch n’est pas exceptionnel. L’A5 Sportback équipée de ce bloc pèse 1620 kg. Par rapport à une A5 Sportback 2.0 TDI 170, le gain en accélérations est de -0,5s pour le 0 à 100 km/h ( 8,2s au lieu de 8,6 s), +5 km/h en pointe ( 235 km/h au lieu de 228 km/h ). C’est mince, mais logique car le V6 TDi pèse 90 kg de plus pour seulement 20 ch de gain. En revanche le couple de 400 Nm est accessible plus rapidement que les 350 Nm du 2.0 TDI, ce qui autorise une souplesse appréciable à bas régime, sans trou désagréable fréquent sur les moteurs diesel.

Les amateurs de 6 cylindres seront également aux anges avec une sonorité nettement plus valorisante qu’un vulgaire 4 cylindres !

Au volant de cette A5 en traction, il nous est arrivé de ressentir un glissement du train arrière lors de fortes pluies. La dimension imposante des pneumatiques 19″ Pirelli P-Zéro explique ce phénomène et invite donc à la prudence ! Et malheureusement la transmission Quattro n’est disponible qu’avec les 2.0 TDI 170 et 3.0 TDI 240.

La direction assistée asservie à la vitesse Servotronic est agréable. Lors des manoeuvres ni le poids ni l’encombrement ne sont gênants, et la présence des radars avant et arrière ( option ) est une assistance bénéfique.

Le régulateur de vitesse adaptatif optionnel ( 1240 € ) est un atout pour le confort de conduite et la sécurité, mais il s’accommode mal avec la transmission manuelle. S’il gère tout seul la vitesse de croisière et freine l’A5 lorsqu’un camion s’insère devant vous sur la voie de gauche de l’autoroute, cela n’empêchera pas le moteur de se retrouver alors en sous-régime en 6ème. Sans transmission automatique, il faudra alors rétrograder manuellement. A quoi bon ne pas gérer le frein dans ces conditions ? Cette option est donc intéressante pour la sécurité, mais avec une boîte Multitronic.

Essai Audi A5 Sportback

Essai Audi A5 Sportback

Budget

Point fort de ce bloc V6 2.7 TDI : la consommation étonnamment basse, qui est descendue à 6,5 L en mixte sur de longs parcours. Avec des rejets de 159 g de Co2, ce 6 cylindres se dispense de malus écologique, preuve de son très bon rendement.

A finition égale, ce V6 TDI 190 est facturé 2800 € de plus que le 4 cylindres TDI 170. Pour accéder au V6 TDI 240 BVM uniquement livré en transmission Quattro, l’écart grimpe à 5750 €, une somme considérable !

Essai Audi A5 Sportback

Essai Audi A5 Sportback

L’équipement de la version Ambition Luxe de cette A5 Sportback comprend sellerie cuir, sièges à réglage électrique, radar de recul, jantes alliage 18″, GPS Advanced, lecteur DVD, préparation Bluetooth, rétroviseur intérieur jour/nuit automatique, feux arrière à LED, Xénon plus, indicateur de perte de pression des pneus, pack éclairage, seuils de portes avec insert aluminium, tapis de sol, réglages lombaires électriques..

Il faudra passer par la liste des options pour les rétroviseurs rabattables électriquement, le châssis sport ou les sièges chauffants.

Pour 2100 € de plus, nous conseillons vivement de choisir la transmission automatique Multitronic, qui semble tout indiquée pour profiter de ce coupleux mais paisible V6 2.7 TDI.

LIRE LA SUITE DE L’ESSAI :

Essai Audi A5 Sportback 2.7 TDI 190 : bilan, galerie photos, caractéristiques techniques

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

two − one =

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>