Essai Audi Q5 Ambition luxe 2.0 TDI 170 : à conduire, budget

A CONDUIRE :

TENUE DE ROUTE :

Particulièrement confortable sur la route, le Q5 profite de sa transmission intégrale et de sa suspension rigoureuse pour offrir un comportement dynamique.

En dépit de la configuration paramétrable de la direction, le retour d’information dans le volant n’est pas toujours optimum.

Cependant, sur les grands axes comme sur les départementales, on prend plaisir à placer le train avant dans les cordes. De même le châssis nous a paru équilibré et maitrise relativement bien les mouvements de caisse.

Malgré une masse élevée, le Q5 fait montre d’un comportement neutre et demeure agréable à mener. Il saura en outre rester prévenant aux limites, ce qui devrait rassurer le bon père de famille.

Mention particulière pour le confort de suspension : avec sa garde au sol importante, l’Audi Q5 avale sans sourciller les ralentisseurs et autres nids de poules.

Enfin, la transmission « Quattro » permet de s’offrir quelques escapades hors bitume.

Audi Q5 2.0 TDI 170

Audi Q5 2.0 TDI 170

Cette technologie assure une transmission permanente de la force motrice aux quatre roues et une répartition optimale du couple entre les essieux avant et arrière. Cette distribution permet de réduire la quantité de puissance requise tout en conservant un excellent équilibre de conduite.

Le dispositif de freinage à double circuit à l’avant (disques ventilés et disques à l’arrière) apporte facilité de dosage et de progressivité. Les distances d’arrêt sont par conséquent sécurisantes.

LE MOTEUR :

Le Q5 lorsqu’il est animé du bloc de deux litres de cylindrée, le Q5 dispose de deux variantes diesel déployant respectivement une puissance de 143 ch et de 170 ch.

Notre Q5 à l’essai est animé par le bloc 2.0 L TDI 170 délivrant une puissance de 125 kW soit 170 ch à 4 200 tr/min et un couple maximal de 350 Nm (constant entre 1 750 et 2 500 tr/min).

Ce moteur dispose du système Common Rail et d’injecteurs Piézo.

Audi Q5 2.0 TDI 170

Audi Q5 2.0 TDI 170

La technologie Common garantit un rendement et un agrément de conduite de haut niveau.

Cette technologie combinée au convertisseur catalytique et au filtre particules (DPF) permet d’atteindre des niveaux des émissions polluantes maitrisées (163 g/km).

Le 0 à 100 est atteint en 9,5 secondes et la vitesse maximale est communiquée pour 204 km/h.

Dans la réalité, nous n’avons pas retrouvé, dans ce Q5, la santé que l’on connaît au TDI 170.

Il faut dire que ce bloc doit composer avec deux handicaps de taille à savoir : le poids conséquent de l’auto (près de 1,8 tonnes) et le système « quattro ».

Si bien que pour réaliser des dépassements dans de bonnes conditions, il vous faudra tomber un à deux rapports et enfoncer la pédale de droite au plancher.

Heureusement l’étagement de la transmission manuelle à 6 rapports ne souffre d’aucune critique.

A titre de comparaison, la Mercedes GLK 220 Cdi de même puissance s’est montrée bien plus performante, mais dispose il est vrai d’un couple bien supérieur (400 Nm).

Du point de vue acoustique, le Tdi grogne légèrement à l’accélération, mais se montre très discret à régime stabilisé.

Le TDI 170 est pour le moins frugal, nous avons réalisé une consommation de 6,4 L sur parcours extra urbain, une valeur très respectable à l’égard du poids de l’auto.

Audi Q5

Audi Q5

BUDGET :

La version Ambition Luxe est facturée à partir de 47 680 euros et intègre un niveau d’équipement complet. En revanche le Q5 TDI 170 écope d’un malus de 750 euros avec son rejet de Co2 situé à 179 g/km.

L’odomètre regroupe toutes les indications nécessaires afin de maîtriser votre consommation comme le rapport de vitesse enclenché et vous incite également à rétrograder ou passer une vitesse.

Notre version d’essai disposait également d’un système « Stop/start » qui arrête et redémarre automatiquement le moteur lors des arrêts. Si le système peut surprendre au départ, il se montre par contre réactif aussitôt que vous appuyez sur la pédale d’embrayage.

Sur un parcours extra urbain nous avons signé une consommation moyenne de 6,4 L/100 km et 7,6 L/100 km en conduite mixte, ce qui situe le Q5 parmi les meilleurs de la catégorie.

Le réservoir de 75 litres est conséquent et autorise une autonomie très intéressante, avec une autonomie annoncée pour plus de 1 000 km par l’ordinateur de bord.

Audi Q5 2.0 TDI 170

Audi Q5 2.0 TDI 170

LIRE LA SUITE DE L’ESSAI :

Essai Audi Q5 Ambition luxe 2.0 TDI170 (BV6) : bilan, galerie photos, caractéristiques techniques

Une réflexion au sujet de « Essai Audi Q5 Ambition luxe 2.0 TDI 170 : à conduire, budget »


  1. Bonjour
    Bientôt deux ans et 50 000 km avec un Q5 TDI finition AVUS et que du bonheur de conduire . Puissance suffisante pour une conduite normal avec respect des limitations de vitesse.
    Confort de conduite et d’amortissement trés correct pour quatre personnes.Consommation de 7,5l au 100 de moyenne malgré 80% sur autoroute et 20% nationales et ville .Quatres pneus changés à 48 000 km avec encore 2 mm au dessus des témoins.Seul probléme mais je pense valable pour les SUV en descente sur de la neige les 2 tonnes du Q5 sont pénalisant avec des pneus été.Révision 30 000 pour 300€ en province chez AUDI.Donc si besoin je reprendrais un Q5 même si le délai d’attente tourne entre 10 et 12 mois .

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

1 × three =

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>