A conduire

La nouvelle Kia Picanto est très facile à prendre en main, et on se sent rapidement à son aise.

Kia propose deux motorisations essence sur sa nouvelle Picanto. En entrée de gamme, le petit 3 cylindres 1.0 développe 69 ch. Ce bloc n’est pas un foudre de guerre mais est tout à fait adapté à une utilisation urbaine. Volontaire, il est assez discret à vitesse stabilisée.

Kia Picanto

Kia Picanto

Le moteur suivant est un 4 cylindres 1.2 de 85 ch. Moins sonore lors des accélérations, ce bloc est plus alerte que le premier. Logique, il possède un cylindre, 200 cm3 et 16 ch de plus ! Pas indispensable pour une utilisation en ville, ce moteur sera un choix nécessaire pour faire de la route. Les relances sont plus franches et les dépassements seront plus sécurisants. L’accélération de 0 à 100 km/ est réalisée en 11,4 secondes, c’est 3 secondes de moins que pour la Picanto 1.0.
Autre atout : pour 200 euros ce moteur peut être équipé du système stop & go. Désactivable, cet équipement coupe le moteur lors des arrêts au feu rouge et le redémarre assez rapidement. Il permet de réduire la consommation d’un demi-litre en ville.
Dans les deux cas, la boîte de vitesse est manuelle avec 5 rapports dont le guidage est satisfaisant.

Saine, la tenue de route est également en progrès avec des mouvements de caisse mieux maîtrisés. A tel point que le contrôle de trajectoire qui était en série sur toute la gamme Picanto 1 devient une option sur la Picanto 2 ! Il est de plus uniquement disponible sur les versions supérieures.
Le contrôle de trajectoire ESC est en option à 500 euros dans un pack sérénité qui comprend aussi l’allumage automatique des phares, l’assistance au démarrage en côté et les appuie-tête actifs à l’avant. Les distances d’arrêt ne seront pas les mêmes, car l’option remplace également les tambours arrière par des disques.
Nous n’avons pas trouvé la direction très convaincante, avec un point milieu flou, façon Clio 2.
Fabriquée en Corée, la Picanto hérite de pneumatiques Hankook qui n’ont pas toujours une excellente réputation en Europe. Sur notre essai l’adhérence aura été maîtrisée, sauf sur un chemin de terre où la stabilité n’était pas de mise, obligeant à rouler à allure réduite.

Kia Picanto

Kia Picanto

Budget

En entrée de gamme, le tarif débute à 9490 euros pour la Kia Motion 1.0. Avec 99 g, elle est éligible au bonus écologique de 400 euros. Le tarif enfle donc sérieusement, puisque la version précédente débutait à 8390 euros, avec le contrôle de trajectoire ESC de série ! Ce tarif risque de la desservir face à certaines rivales comme la Nissan Pixo, affichée à partir de 8290 euros.
Troisième niveau de finition, la version Active photographiée sur cet essai est facturée 11390 euros. L’équipement comprend la climatisation manuelle, la radio commandée au volant, les projecteurs avant antibrouillard, la prise auxiliaire iPod, le volant cuir, le système téléphone mains libres bluetooth, et les poignées de porte chromées. L’écart de 1100 euros avec la version Style est donc tout à fait justifié.

Cette version est intéressante : à titre de comparaison une Twingo Yahoo! 1.2 16V 75 ch avec option climatisation est à 12000 euros, avec 4 places et 3 portes seulement.

Au niveau maintenance bonne nouvelle : les deux moteurs de la Picanto n’ont pas de courroie de distribution mais une chaîne.

Et enfin énorme cerise sur le gâteau : comme tous les autres modèles Kia, la Picanto est assortie d’une garantie constructeur de 7 ans, un argument imparable.

Kia Picanto

Kia Picanto

LIRE LA SUITE DE L’ESSAI :

Essai Kia Picanto 2 Premium 1.2 85 ch & Active 1.0 69 ch Active : bilan, galerie photos

Une réponse à Essai Kia Picanto 2011 essence 1.2 85 ch & 1.0 69 ch : à conduire, budget

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

3 + 1 =

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>