Essai Opel Insignia 2.0 CDTI 160 BVA : à conduire, budget

A conduire

Sous le capot se cache le 2.0 CDTi de 160 ch également proposés sur l’Insignia Sport Tourer ainsi que sur les Astra. Ce dernier développe une puissance de 160ch à 4000 tr/min ce qui à l’usage se traduit par un allonge dans les tours très appréciable. En revanche, son couple de 350 Nm situé un peu trop bas entre 1750 et 2500 tr/min se révèle assez gênant à bas régime dans la version en boite manuelle. Dans cette version automatique, ce point faible est moins marqué ou du moins est occulté par les défauts de la boite de vitesses. Enfin, notez que l’Insignia est disponible en transmission quatre roues motrices pour un supplément de seulement 2250 euros.

opel-insignia-bva-moteur

Notre modèle est équipée d’une boite de vitesses automatique à six rapports. Les habitués de ce genre de transmission ne seront pas dépaysés. Celle-ci dispose d’un fonctionnement traditionnel avec un mode auto classique et un mode séquentielle permettant de changer les rapports manuellement. A l’usage, nous trouvons que cette boite de vitesses manque cruellement de dynamisme avec des rapports qui tardent à monter au démarrage. Le convertisseur de couple est trop souvent sollicité ce qui engendre un patinage excessif en particulier sur les premiers rapports. Globalement, la réactivité est perfectible avec des temps de passage de vitesses un peu longs, ceci même en mode séquentiel. En revanche, si les montées de rapport sont un peu lentes, le frein moteur quant à lui est très bien géré ce qui n’est pas toujours le cas avec ce type de transmission. Enfin nous avons apprécié la commande de boite bien dessinée et agréable à utiliser.

opel-insignia-bva-bva

Au cours de notre précédent essai, nous avions été agréable surpris par les progrès effectués sur les liaisons sol. Que de chemin parcouru depuis l’Opel Vectra et son châssis raide comme la justice ! Sans aller jusqu’au moelleux d’une Citroën C5, l’Insignia est assez confortable. Les suspensions assurent leur rôle d’isolation avec la route atténuant efficacement toutes les irrégularités de la chaussée. Les longs trajets peuvent être abordés sans appréhension, l’Insignia est une grande routière !

Même satisfaction concernant le comportement routier. Malgré ses près de 1600 kg, l’Insignia est plutôt agile avec un train avant précis desservi par une direction bien calibrée. Lorsque l’on hausse le rythme, une tendance au sous virage apparaît, très vite jugulée par le contrôle de trajectoire électronique. Lors de notre essai, nous avons pu tester le châssis FlexRide qui améliore la stabilité et inclus un amortissement à pilotage électronique en temps réel. FlexRide offre au conducteur le choix entre trois définitions de comportement. En plus du mode par défaut, le conducteur peut opter pour deux autres choix. Le mode Tour privilégie le confort mais accentue sensiblement le roulis et autres phénomènes de pompage. Le mode Sport quant à lui rend la conduite de l’Insignia plus dynamique avec une suspension et une direction plus fermes, une commande d’accélérateur plus sensible et un éclairage rouge du combiné. Sans pour autant transformer le comportement de l’Insignia cette configuration permet de tirer toute la quintessence du châssis, déjà très efficace dans le mode par défaut.

La caméra « Opel Eyes » lit et mémorise certains panneaux de signalisation, et avertit le conducteur quand il dévie involontairement de sa file de circulation. Autant l’alerte de franchissement involontaire de file est un équipement de sécurité indéniable autant la mémorisation des panneaux ne nous est pas paru indispensable. Le système aurait gagné à être associé à une alerte en cas d’excès de vitesse.

Notre modèle est équipé de nombreuses innovations technologiques telles que les phares AFL+ de nouvelle génération qui s’adaptent aux conditions de circulation rencontrées avec neuf fonctions différentes d’éclairage. Le dispositif régule le faisceau en fonction de la vitesse, plus large en ville pour éclairer les carrefours et les piétons et plus étroit sur autoroute pour privilégier la portée. Testé de nuit, par temps de brouillard, sous la pluie et même la neige, nous avons beaucoup apprécié les projecteurs xénon qui assurent toujours un éclairage remarquable. Sur ce point, il s’agit sans aucun doute d’un des meilleurs de la catégorie !

Budget

Abordons maintenant le rapport prix/équipement, il s’agit là d’un point fort de l’Insignia. Notre version dotée d’une transmission automatique et d’une motorisation diesel de 160ch est richessement doté dans cette finition Cosmo pack. Elle inclut les principales aides à la conduite telle que capteur de pluie, rétroviseur électrochromatique, allumage automatique des phares, l’aide au stationnement avant/arrière ou encore les phares adaptatifs directionnels bi-xénon. A bord, l’habitacle bénéficie d’une sellerie cuir et d’un système de navigation avec écran couleur. Compte tenu de ses équipements, le tarif de 33.750 euros est plus que raisonnable par rapport à ses concurrentes allemandes. Enfin à l’usage, la consommation reste raisonnable pour une version automatique avec une moyenne de 7,1 L/100 sur l’ensemble de notre essai.

LIRE LA SUITE DE L’ESSAI :

Essai Opel Insignia 2.0 CDTI 160 BVA : bilan, galerie photos, caractéristiques techniques

LIRE L’ESSAI DE L’INSIGNIA CDTI 160 BVM :

Essai Opel Insignia 2.0 CDTI 160 5 portes

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

16 + 18 =

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>