Essai Citroën DS5 hybride : nouveau vaisseau amiral

Essai Citroën DS5 Hybrid4

Essai DS5 hybride

Après avoir testé la Citroën DS5 HDI 160 et THP 200, nous vous proposons l’essai de la DS5 hybride.

Citroën a frappé fort avec sa gamme DS, qui lui a permis d’attaquer les constructeurs premium avec des voitures très désirables. La marque française a déjà commercialisé trois modèles DS. En attendant une  limousine en version de série préfigurée par le concept-car Numéro 9, et suite à l’arrêt de production de la grande C6, la DS5 représente le sommet de la gamme Citroën. C’est d’autant plus vrai dans cette version Hybrid4 Sport Chic, la plus puissante et la mieux équipée de toutes les DS5. Le nouveau haut de gamme Citroën méritait bien un essai détaillé !

Un style qui se démarque

En matière de style, la DS5 est la plus étonnante de toutes les nouvelles Citroën DS. La DS5 mixe les genres, avec un profil qui fait référence à un break de chasse et une hauteur digne d’un SUV. Les designers n’ont pas été bridés dans leur création, avec par exemple des arches chromées qui vont du pare-brise jusqu’au bout du capot : du jamais vu.

Vue de derrière, avec un bouclier qui fait semblant d’avoir deux sorties d’échappement latérales, on a l’impression d’avoir affaire à une sportive.

Cette version HYbrid 4 ne se démarque pas beaucoup des versions thermiques. Extérieurement un petit H noir est apposé au dessus du logo DS5 sur le hayon arrière.

Citroën DS5 Hybrid4 Sport Chic

Les jantes 18 pouces Canaveral diamantées noir s’associent bien à la teinte blanc nacré de la carrosserie.

Vie à bord : ambiance cockpit

En ouvrant la portière conducteur on découvre immédiatement un seuil de porte en aluminium marqué HYbrid4 et éclairé en blanc.

L’intérieur a de quoi impressionner le chaland avec une planche de bord façon cockpit d’avion, et une qualité de finition très soignée. Volant recouvert de cuir nappa, casquette de compteurs recouverte de cuir, montre analogique design, là encore les concepteurs ont soigné les détails comme le font les constructeurs premium.

Citroën DS5 Hybrid4 Sport Chic

Le conducteur se sent très à l’aise avec une position de conduite qui s’ajuste précisemment, et une vue dominante sur le macadam. L’ergonomie nécessite un apprentissage : les touches sont très nombreuses sur la console centrale, ainsi que sur le pavillon de toit entre les deux toits en verre fixe. Ca en jette, ok, mais à l’usage la simplicité n’est pas au rendez-vous. Les commandes de vitres par exemple, auraient plus leur place sur les contre-portes…

Assemblée dans la même usine PSA que le Peugeot 3008 et fabriquée à partir de la même plate-forme, la Citroën DS5 reprend au SUV un certain nombre d’équipements. L’affichage tête haute sur lamelle translucide escamotable est par exemple disponible sur le 3008. La DS5 a ajouté d’autres équipements, comme la caméra de recul.

Essai DS5 hybride : les sièges avant

Essai DS5 hybride : les sièges avant

Le niveau de confort est plutôt bon avec un niveau sonore réduit grâce au système hybride, et à des sièges bien dessinés. Les suspensions classiques à ressort ne pourront malgré tout pas rivaliser avec une suspension Hydractive de C5 II.

En point faible, un volume de coffre amputé par la présence des batteries, avec seulement 325 litres contre 468 litres pour une DS5 classique. Les 140 litres seront vraiment un handicap lors des départs en vacances !

Citroën DS5 Hybrid4 Sport Chic

Essai DS5 hybride : à conduire

Avec une puissance cumulée annoncée à 200 ch, le système hybride s’annonce tout de suite comme très prometteur en performances.

Dans la pratique, le brio mécanique n’est pas un point fort de l’auto. Pour preuve, les 30 secondes nécessaires pour réaliser le 1000 mètres départ arrêté, contre 28,3 secondes pour la DS5 THP 200. Au 0 à 100 km/h, la DS5 Hybrid4 s’accroche un peu mieux avec 8,3 s, contre 8,2 s pour le THP 200. En vitesse de pointe la version essence peut monter à 235 km/h, contre 211 km/h seulement pour l’hybride. Inutile me direz-vous ? En France, sans doute, mais pas en Allemagne…

Ce qui pénalise cette DS5, c’est un poids évidemment supérieur en raison des batteries et du moteur électrique, ainsi que la boîte de vitesses manuelle pilotée BMP6 qui n’jamais été connue pour sa rapidité.

Citroën DS5 Hybrid4 Sport Chic

Cette DS5 Hybrid4 réclame donc de la douceur, surtout pour profiter au maximum du potentiel électrique de l’engin. Il ne faut pas oublier que le système hybride PSA permet de rouler en tout électrique sur 4 km, quand les batteries sont chargées, et ce sans dépasser 50 km/h. Dans les faits, j’ai pu traverser une agglomération à 60 km/h en mode électrique, sans faire repartir le moteur HDI. J’étais en excès, mea culpa. Mais 60 km/h compteur, ce n’est pas 60 km/h en vitesse réelle !

Au niveau de la sécurité, la DS5 ne fait pas le plein de technologies embarquées puisqu’il manque les détecteurs d’angle mort ( pourtant présents sur C4-DS4 ), le régulateur de vitesse adaptatif ou un détecteur de somnolence.

On profite tout de même du franchissement de ligne AFIL, et la commutation automatique des feux de route – feux de croisement bien utile pour la conduite de nuit. Le système est efficace et a même parfois tendance à remettre les feux de croisement quand la route est déserte.

Pour un vaisseau amiral, c’est donc malgré tout une déception puisque l’agrément de conduite sur route est inférieur à celui procuré par les C5 2.2 HDI 200, C5 V6 HDI 240 et C6 V6 HDI 240. Cet essai de la DS5 hybride nous laisse donc un peut sur notre faim. A quand une DS5 hybride plus puissante ?

Citroën DS5 Hybrid4 Sport Chic

Budget  : prix fort mais gros bonus

Citroën propose deux finitions pour sa DS5 HYbrid4 : So Chic ou Sport Chic. Le niveau So Chic est proposé à 40200 euros avec un équipement bien, mais pas top. Surtout insuffisant pour une voiture qui vise le sommet !

Pour 4000 euros de plus, la finition Sport Chic gagne la sellerie cuir, les projecteurs directionnels bi-fonction, l’aide au stationnement avant, l’affichage tête haute couleur, et le système de navigation eMyWay avec caméra de recul.

De quoi transformer une sympathique familiale ou routière luxueuse !

Les acheteurs français auront le sourire grâce au nouveau bonus écologique instauré à l’été 2012 qui a fait grimper le montant attribué à 4000 euros pour un véhicule vendu 40000 euros.

Cette version Hybrid4 Sport Chic est donc affichée à 40200 euros bonus écologique déduit, contre 40750 euros pour une version HDI 160 BVA Sport Chic pénalisée par le malus écologique de 1500 euros de 2013.

Sur un parcours mixte, la consommation s’est établie à 6,5 L/100 km sur plus de 2000 km. Une valeur qui n’a rien d’exceptionnel en soi : l’économie par rapport à un 2.0 HDI 160 BVM est seulement de 0,7 L. Sur autoroute en effet, les statistiques d’utilisation hybride ne mentent pas et m’ont gratifié d’un mauvais 4% sur 500 km. Dans les bouchons du Tunnel de Fourvière à Lyon, l’hybride prend sa revanche avec un taux supérieur à 50 % et une consommation mixte qui se permet de descendre vers les 6 L/100 km !

Citroën DS5 Hybrid4 Sport Chic

Dans ces conditions, le gain en consommation par rapport à une DS5 HDI 160 BVA sans Stop & Start peut sans doute dépasser les 3L/100.

LIRE LA FIN DE L’ESSAI :

Essai Citroën DS5 Sport Chic Hybrid4 : conclusion, galerie photos