Essai Audi S1 Sportback

Essai Audi S1 Sportback

A l’occasion du restyling de l’A1, l’Audi S1 va désormais chapeauter la gamme qui se terminait en essence avec le “petit” 1.4 TFSI de 185 ch.

Il y avait bien eu la fameuse A1 Quattro, mais cette série très limitée à 333 exemplaires n’avait pas pu contenter tout le monde….

Le Salon de Genève est à peine clôturé que nous avons déjà pu tester cette nouveauté sur les routes verglacées du nord de la Suède.

Un S-tyle 

 

Comme souvent chez Audi, un restyling s’opère par petites touches. Tout est porté sur les détails, ce qui est également le cas de cette déclinaison S1 par rapport à une A1 S-Line. Sans être exubérante extérieurement, cette petite Audi S1 se démarque avec sa calandre singleframe noire ( en option ), des blocs optiques avec insert rouge, des boucliers spécifiques, des jantes alliage 18 pouces, des bas de caisse prononcés, et les fameux rétroviseurs à coque aluminium bien connus de toutes les Audi S.

Essai Audi S1 Sportback

Essai Audi S1 Sportback

De profil, un monogramme Quattro est fièrement apposé sur les portes arrière de la S1 Sportback. Il faut dire que ses rivales généralistes doivent se contenter de deux roues motrices !

La partie arrière reste dans le ton avec les quatre sorties d’échappement, le becquet de toit généreux et la partie basse du hayon peinte en noir.

Comme sur une S3, les acheteurs auront le choix parmi l’ensemble des carrosseries de la gamme.

Une S1 sera commercialisée en 3 portes ou en Sportback. Il y a évidemment plus de choix dans la gamme S3 qui accueillera bientôt le cabriolet en plus des berlines 4 portes, 3 portes et Sportback 5 portes.

Comme sur une A1 normale, les acheteurs pourront personnaliser leur voiture en optant pour des arches d’une couleur différente, comme ici avec du noir qui contraste avec le “Viper Green” qui ne sera pas commercialisé en France.

 

Feu avant Audi S1

Feu avant Audi S1

A conduire 

C’est évidemment le chapitre conduite qui nous intéresse le plus sur cette nouvelle S1. Le modèle d’entrée de la marque aux anneaux combine à nouveau un bloc 2.0 TFSI et la transmission intégrale Quattro, comme sur l’A1 Quattro.

Cette fois-ci, la puissance du bloc 2.0 TFSI est fixée à 231 ch. De quoi en faire un belle petite bombe qui domine l’ensemble de ses rivales. Jusqu’à présent, seule une Mini JCW était proposée à 218 ch. Les françaises tournent toutes autour de la barre des 200 ch, ce qui est déjà en soi pas si mal sur une citadine de 4 m de long.

Il n’y a pas si longtemps, la première S3 proposait 210 puis 225 ch. La S1 est donc plutôt bien lotie !

Moteur Audi S1 Sportback

Moteur Audi S1 Sportback

Mais revenons à la nouvelle Audi S1. Audi n’a pas fait les choses à moitié dans la préparation du châssis, puisqu’elle reçoit un nouveau train arrière à quatre bras en lieu et place du train arrière à bras combinés des autres S1. L’amortissement régulé est de série, et pilotable via le programme Audi Drive Select qui agit également sur le fonctionnement du moteur et de la climatisation régulée.

Beaucoup de composants sont même repris de la S3.

Facile à prendre en main, la S1 semble moins radicale que l’A1 Quattro. La direction est moins ferme, la sonorité est plus discrète : pas de doute, on est dans une petite sportive polyvalente dans l’esprit d’une 208 GTI. Avec un peu plus de puissance, et une transmission intégrale !

Bien suspendue, cette S1 préserve les vertèbres de ses passagers. Ce qui était moins le cas d’une A1 Quattro nettement plus raide. Plus axée sur la polyvalence que la radicalité, la S1 n’est pas très démonstrative au niveau de la sonorité.

Audi S1 Sportback Viper Green

Audi S1 Sportback Viper Green

Les adeptes de petites sportives authentiques seront ravis d’apprendre que c’est une boîte mécanique à 6 rapports qui est montée en série, et non une boîte S-Tronic. Cette dernière n’aurait pas trouvé sa place et ne sera donc pas proposée.

Avec 5,9 s au 0 à 100 km/h, cette Audi S1 Sportback en a sous la pédale. De quoi aller taquiner le rupteur tranquillement, et faire parler la poudre.Elle se permet même d’atteindre les 250 km/h en vitesse de pointe. Les acheteurs outre-Rhin apprécieront.

Avec 370 Nm de couple ( 380 Nm sur une S3 ) les reprises sont excellentes, en témoignent les 6,5 s pour passer de 80 à 120 km/h en 6 ème.

Comme tout modèle Audi S, la transmission intégrale permanente Quattro ne manque pas à l’appel. Ce qui en faisait une voiture tout à fait à l’aise pour aller drifter sur un lac gelé en Suède…Notre frelon vert était chaussé en pneumatiques hiver cloutés.

Essai Audi S1 Sportback

Essai Audi S1 Sportback

L’ESP est déconnectable entièrement, mais semble nous rappeler à l’ordre de temps à autre en clignotant. Dans ces conditions extrêmes, la S1 est un régal, et glisse avec aisance d’un virage à l’autre. Elle sera sans aucun doute plus difficile à faire glisser sur sol sec, en raison de sa transmission Quattro. Et sera donc à l’opposé du caractère joueur d’une Ford Fiesta ST.

Petite et maniable, la S1 est un vrai régal sur la neige et la glace. Sur route, son agilité et sa vélocité en font une vraie petite bombe comme on les aime. Efficace, performante, mais peut-être un brin trop sérieuse.

 

Vie à bord

 

Peu de surprises dans l’habitacle, qui rappelle un peu celui de l’A1 Quattro avec son volant à jante épaisse avec un méplat, un levier de vitesses en aluminium et un monogramme Quattro sur la planche de bord. L’ensemble respire le sérieux et la qualité est au rendez-vous avec de beaux inserts métalliques et des plastiques qui font de la S1 la petite sportive la mieux finie de sa catégorie.

Planche de bord Audi S1 Sportback

Planche de bord Audi S1 Sportback

L’essentiel est de trouver rapidement ses marques, ce qui est le cas avec une position de conduite agréable. L’ergonomie est plutôt bonne, avec un volant multifonctions et des commandes qui tombent bien sous la main.

Avec ses 5 portes, la S1 Sportback est une des rares sportives 5 portes du segment. L’accès à bord est donc facilité pour la vie de tous les jours. Avec 210 L, le coffre ne fait pas des miracles.

En option, les sièges S avec appuie-tête intégré et cache dossier peint en noir, jaune ou rouge apportent une jolie touche de personnalisation.

 

Budget

 

Cette S1 devient désormais l’entrée de gamme des modèles S, avec un prix qui pourra rappeler celui de la première S3.

La S1 3 portes est facturée 33900 euros, et la S1 Sportback 34800 euros. Des prix qui prennent eux aussi la tête de la catégorie ! Comparativement, une Mégane RS 265 est proposée à partir de 32050 euros…

Heureusement l’équipement de série de cette S1 est complet avec la navigation, le système radio concert, les projecteurs Xénon Plus, les jantes alliage 18 pouces, les rétroviseurs escamotables électriquement, Cobra Track by Audi ou encore le régulateur de vitesse.

Même avec un Start/Stop et un système de récupération d’énergie, cette nouvelle S1 se situe comme une S3 au niveau des rejets de CO2, ce qui la pénalise en France d’un malus écologique de 2200 euros.

Audi S1 Sportback : démarrage sans clé en option ( 475 euros )

Audi S1 Sportback : démarrage sans clé en option ( 475 euros )

 

LIRE LA FIN DE L’ESSAI AUDI S1


Mots clés pour ce billet :

Une réponse à Essai Audi S1 Sportback : green hornet on ice