Rouler en hybride, la solution pour réduire votre impact environnemental ?

Le système full hybrid d’une Suzuki Swace

Alors que l’électrification globale est actée pour l’automobile en Europe en 2035, les automobilistes ne sont pas encore tous prêts à passer à l’électrique. On peut effectivement les comprendre, car les freins sont encore nombreux : les prix des voitures électriques ne sont pas plus avantageux que les thermiques, les niveaux d’autonomie doivent encore progresser, et la possibilité de recharger facilement n’est pas encore actée pour tous, notamment dans les copropriétés. L’alternative au tout électrique est claire : ce sont les voitures hybrides. Celles-ci permettent en effet de réduire sa consommation et ses émissions de CO2, tout en offrant une autonomie intéressante qui permet de voyager sans stress. En France, elles sont aussi compatibles avec la fameuse vignette Crit’Air 1, de quoi circuler dans toutes les agglomérations concernées par une ZFE-m sans restriction aucune. Nous allons voir quels sont les atouts des voitures hybrides, et aussi comment il faut les conduire ou ne pas trop les utiliser pour réduire au maximum l’impact environnemental.

La conduite en hybride, un geste écoresponsable ?

Classé parmi les voitures thermiques en raison du moteur à combustion, de nombreux automobilistes choisissent pourtant un véhicule hybride pour une conduite éco-responsable, car ces voitures sont moins polluantes que les modèles essence et diesel.

Le fait que les voitures hybrides puissent rouler en ville sans utiliser constamment leur moteur thermique leur permet d’être clairement plus respectueuses de l’environnement que des modèles thermiques classiques. Elles peuvent en effet rouler en électrique sur des distances plus ou moins longues selon les technologies employées.

Conduire une voiture hybride, et surtout en ville où les émissions polluantes sont plus élevées, peut être considéré comme un acte éco-responsable. Il faudra cependant l’utiliser de la meilleure manière possible, comme nous allons le voir ensuite.

Les autres avantages de l’achat d’un véhicule hybride

En dehors des avantages en matière de pollution, une voiture hybride est donc plus économique à l’usage. Elle permet de réduire la consommation de carburants fossiles, et donc de réduire son budget automobile mensuel.

Et enfin, un dernier avantage et non des moindres : une revente facilitée, car les voitures hybrides sont de plus en plus demandées. Ceux qui achètent leur voiture au lieu de la louer peuvent donc prendre cet élément en compte. Une revente plus facile et plus rapide est aussi un gage d’une perte financière réduite.

Comment bien utiliser votre véhicule hybride pour une conduite dans le respect de l’environnement ?

Quitte à conduire une voiture hybride, il serait dommage de rouler de manière sportive ou dynamique et de générer une surconsommation…

Idéalement, il sera donc préférable de pratiquer l’écoconduite pour optimiser au mieux sa consommation. Anticiper, maintenir des distances de sécurité suffisante, ou privilégier une conduite en souplesse, de nombreuses méthodes permettent de pratiquer une écoconduite qui fera encore baisser la consommation.

Sur de nombreux modèles, même hybrides, il ne faudra pas non plus oublier d’activer le mode de conduite Eco, qui va favoriser la baisse de la consommation, en limitant les montées en régime avec une réponse à l’accélérateur moins sensible, entre autres.

Un enjeu qui séduit d’ailleurs les entreprises est de former les salariés d’une entreprise à l’écoconduite. Cela permet de réduire la consommation, les coûts d’entretien, tout en diminuant les risques d’accident. Un automobiliste particulier a donc également tout à gagner, et ce sera aussi très bénéfique pour l’environnement.

Quelle technologie de voiture hybride choisir ?

Plusieurs technologies d’hybridation sont proposées sur le marché : l’hybridation légère, dite MHEV, les motorisations full hybrid ( HEV ), ainsi que les hybrides rechargeables, ou PHEV.

L’hybridation légère (MHEV)

L’hybridation légère est généralement intégrée par les constructeurs sur une motorisation essence moderne, la techno SHVS, présente sur plusieurs modèles comme la Suzuki Swift par exemple.

Un alterno-démarreur est alors accompagné d’une petite batterie lithium-ion.

L’énergie cinétique est ainsi récupérée lors des phases de décélération et de freinage. Elle sera ensuite restituée par l’alterno-démarreur, en apportant un surcroît de couple qui pourra aider à moins solliciter la mécanique essence, et ainsi à réduire la consommation.

Les motorisations full hybrid (HEV)

La deuxième technologie correspond aux voitures full hybrid : celles-ci vont alors être capables de rouler en électrique sur quelques centaines de mètres, voire davantage si la vitesse ne dépasse pas les 30 km/h. Ces modèles également dits hybrides auto-rechargeables disposent d’une capacité supérieure au niveau du moteur électrique ainsi que de la batterie associée. Il s’agit du système qui se développe le plus, mais tous les constructeurs ne l’ont pas pour autant adopté.

En hybride rechargeable, une voiture concilie un peu le meilleur des deux mondes : la douceur de conduite d’une voiture électrique au quotidien, tout en conservant la polyvalence et la facilité d’utilisation d’une voiture thermique. Cette combinaison permet souvent de proposer quatre roues motrices, lorsque le moteur électrique est implanté à l’arrière, comme par exemple sur un Suzuki Across. Dans le cas d’une voiture compacte, le moteur électrique est plus généralement directement intégré à la boîte de vitesses à double embrayage. La voiture PHEV demeure dans ce cas une deux roues motrices. Les modèles hybrides rechargeables continuent à se développer, même s’ils augmentent le coût de production et donc le prix de vente final. Les dernières générations de voitures PHEV peuvent afficher jusqu’à 100 km d’autonomie en électrique. Il devient donc possible de rouler exclusivement en électrique toute la semaine, sauf pour les gros rouleurs. Avec un vrai moteur électrique, ce type de véhicule peut même circuler sans émissions sur autoroute, et selon les modèles jusqu’à des vitesses qui peuvent dépasser les 130 km/h.

Ces trois systèmes permettent aux constructeurs de proposer des véhicules hybrides à des prix variés, et adaptés aux différents besoins des automobilistes.


D’autres façons de réduire votre impact environnemental en roulant

Pour encore améliorer son score environnemental, il sera également bon à un moment donné de privilégier d’autres moyens de transports complémentaires à la voiture hybride. L’écomobilité favorise ainsi l’utilisation de différents modes de transports selon les parcours. Il peut par exemple s’agir de laisser sa voiture sur un parking relais avant d’emprunter les transports en commun. Mais il ne faut pas oublier l’utilisation des vélo électriques et des trottinettes, là aussi complémentaires à la voiture hybride ! Il est en effet recommandé de n’utiliser sa voiture que pour des trajets supérieurs à 2 km. Pour réduire son impact environnemental, il faut donc opter pour un modèle de voiture sobre comme une hybride, et aussi limiter son utilisation autant que possible.

Alors oui, les voitures hybrides sont une solution temporaire car elles ne seront plus autorisées à la vente en 2035 en Europe. Mais en attendant cette échéance, elles représentent pour les automobilistes une solution de mobilité intéressante, à la fois pour l’agrément de conduite, le budget mensuel et aussi pour la planète. Disponibles sur toutes les catégories de modèles, de la citadine au SUV familial, en passant par les sportives, les voitures hybrides ont encore de beaux jours devant elles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *