Essai Citroën C-Crosser HDI 160 DCS Exclusive : à conduire, budget

A conduire

Le C-Crosser dispose d’une seule motorisation : le 2.2 HDI dans une variante simple turbo de 156 ch. La dernière évolution a permis de le coupler à la boîte japonaise à double embrayage batpisée chez Citroën DCS pour Dual Clutch System. Il s’agit d’une boîte mécanique pilotée. Elle propose le phénomène de rampage lorsqu’on lève le pied de la pédale de frein.

Deux modes sont proposés : Normal et Sport. En outre, des palettes au volant permettent de passer les vitesses manuellement, opération également réalisable avec le levier de vitesses gainé de cuir.

La puissance est inférieure à la version 170 ch vue sur la C5 II. Ce bloc ne possède qu’un seul turbo, mais son couple généreux correspond à ce que l’on attend d’un SUV tel que le C-Crosser. Celui-ci est de 380 Nm à 2000 tr/min, grâce à l’adoption d’un turbo à géométrie variable. Il est même de 300 Nm dès 1500 tr/min.

Citroen_C-Crosser_DCS_Exclusive

Citroen_C-Crosser_DCS_Exclusive

Malgré le poids conséquent de 1750 kg, les relances sur route sont suffisamment vigoureuses. La boîte DCS se révèle réactive, beaucoup plus que la boite mécanique pilotée BMP6 du C4 Picasso.

Le caractère du C-Crosser est sous-vireur, et ne prend pas trop de roulis, en partie grâce à la monte 18″ de cette version. Comme toujours chez Citroën, la présence de pneumatiques Michelin est un plus en matière de sécurité active.

Le 2.2 HDI ne répond actuellement qu’aux normes Euro IV, et sera sans doute revu ou remplacé d’ici la fin de l’année.

Le Citroën C-Crosser bénéficie également d’une aide au démarrage en côte, bien que son frein à main soit manuel.

En ville la direction est un peu lourde lors des manoeuvres. Avec des étriers à double piston à l’avant, le freinage est puissant.

Comme un vrai SUV, le Citroën C-Crosser n’est livré qu’en version 4 roues motrices.

La transmission intégrale dispose d’un sélecteur de mode. On peut manuellement la régler en 2WD, 4WD ou en mode Lock. Ce dernier envoie 1,5 X plus de couple sur les roues arrière que le mode 4WD. Le mode traction sera suffisant en ville, pour économiser du carburant, alors que le mode 4 roues motrices apportera une motricité plus favorable dans des conditions climatiques dégradées et sur certaines portions de route glissantes.

Au final le C-Crosser est agréable à mener avec une très bonne association moteur-boîte et un châssis apportant un bon compromis entre confort et tenue de route. Il ne rechigne pas à prendre la route, et permettra de réaliser des escapades hors des sentiers battus, dans la limite du raisonnable. Le SUV Citroën n’est pas doté de gamme de vitesses courtes et ne pourra rivaliser avec un Pajero ou un Land Cruiser qui sont de vrais franchisseurs.

Citroen_C-Crosser_DCS_Exclusive

Citroen_C-Crosser_DCS_Exclusive

Budget :

Le C-Crosser HDI 160 DCS est proposé en deux finitions : Rossignol et Exclusive. La seconde est très richement dotée, avec sellerie-cuir, siège conducteur électrique, sièges chauffants, système hifi Rockford Fosgate, phares au xénon, jantes alliage 18″, vitres surteintées…

Seule option exceptée la peinture métallisée : le GPS groupé avec la caméra de recul est facturé 2480 €, tout de même ! Le Citroën C-Crosser se positionne comme un véhicule haut de gamme pour la marque, avec un tarif proche de 40000 € pour cette version. Un prix négociable en concession, ou chez les mandataires !

Citroen_C-Crosser_DCS_Exclusive

Citroen_C-Crosser_DCS_Exclusive

La consommation mixte de cette version 2.2 HDI DCS est donnée pour 7,3L, mais nous avons lors de notre essai tutoyé les 8,5L. Un chiffre correct au vu du poids du véhicule, mais relativement décevant. Un moteur aux normes Euro V permettra sans doute de progresser dans ce domaine.

Avec des rejets de 192 g de Co2 / km, le C-Crosser DCS est éligible au malus écologique de 750 €. Une somme à ajouter aux 10 chevaux fiscaux de la carte grise.

Le C-Crosser HDI 160 DCS Exclusive est cher pour un modèle Citroën, et cela ne l’aidera pas à compenser la future décôte. La marque faisant ses débuts dans la catégorie des SUV, la revente en occasion se fera avec une perte forcément conséquente, faute de réputation.

A LIRE EGALEMENT :

Essai Citroën C-Crosser HDI 160 DCS Exclusive : bilan, galerie photos, caractéristiques

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

thirteen − twelve =

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>