Essai Renault Mégane Coupé 1.5 dCi 110 EDC : à conduire, budget

A conduire

« Enfin ! ». Certains ont du prononcer ce mot lors de l’annonce faite par Renault quand à la commercialisation d’une boîte à double embrayage. Effectivement c’est une première pour un constructeur français, rappelons que Volkswagen a sorti sa DSG il y a six ans et Ford sa PowerShift il y a trois ans…

Tout d’abord EDC signifie « Efficient Dual Clutch », techniquement le passage des vitesses s’effectue en passant d’un embrayage à l’autre. Le premier s’ouvre lorsque le second se ferme. Le premier embrayage est dédié aux rapports impairs, alors que le second se charge des rapports pairs et de la marche arrière.
Les  rapports s’enchainent en dessous des 2 000 tr/mn et effectivement tout en douceur, sans à-coups, et rapidement, les temps de passage étant annoncés pour 290 ms, soit moins que les boîtes automatiques à convertisseur. Ces dernières entraînent d’ailleurs une surconsommation par rapport aux boites mécaniques, ce qui n’est pas le cas de la EDC. Lorsqu’on lève le pied de l’accélérateur ou lors d’un freinage, elle semble aussi rétrograder assez vite.
Il est possible de piloter également en mode séquentiel, toujours rapide et assez doux, mais uniquement à partir du levier de commande. Nous regrettons donc la présence de palettes au volant.
Autre atout, lorsque vous relâchez la pédale de frein, la voiture avance puisque la boîte dispose d’un système de rampage, généralement absent sur ce type de transmission. Pratique dans les embouteillages ! A noter aussi, la présence de l’aide au démarrage en côte, fort utile.
renault-megane-coupe-edc-33
Nous ne reviendrons pas sur le quatre cylindres dCi qui, encore une fois, nous a prouvé qu’il était à l’aise et offre toujours un bon agrément de conduite tout en étant silencieux.

En ville la Mégane se conduit aisément, et les manœuvres sont facilitées grâce à l’assistance de la direction. La visibilité arrière est réduite à cause de la faible surface vitrée.

Avec la finition GT Line, le confort est légèrement en retrait avec des suspensions plus fermes par rapport au modèle de base. Son châssis offre de ce fait un très bon comportement routier, la voiture reste dans le rang. Le freinage ne manque pas d’endurance, son efficacité nous a satisfait, tout comme l’ESP livré de série.
renault-megane-coupe-edc-40
Budget

La nouvelle boîte EDC est facturée 1 200€ de plus qu’une boîte mécanique à l’achat ce qui reste raisonnable. La Mégane Coupé est ainsi proposée à partir de  25 050 €.
Avec aucune surconsommation, les moyennes enregistrées lors de notre essai ne dépassaient pas les 6,5l/100 km, même avec une conduite dynamique par moment.
Bien évidement aucun malus ne vous sera demandé à l’achat puisque Renault annonce seulement 114 g d’émissions de CO². , Les adeptes des boîtes automatiques peuvent ainsi s’y retrouver, puisque ces dernières ont souvent été critiquées pour leur manque de sobriété, et leur coût.
renault-megane-coupe-edc-39

LIRE LA SUITE DE L’ESSAI :

Essai Renault Mégane Coupé 1.5 dCi 110 EDC : bilan, photos

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

seventeen − two =

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>