Essai Mercedes Classe GLK 220 CDI 4 MATIC 2/3 : à conduire

TENUE DE ROUTE :

Bonne surprise !

Avec ses pneus relativement haut et son centre de gravité relativement haut on pouvait craindre un comportement routier pour le moins pataud. Eh bien non !
Sur ce chapitre le GLK nous a carrément bluffés. Ses suspensions sont dotées d’une étonnante capacité d’absorption des différentes irrégularités de la route.

La rigidité de ses trains roulants procure une bonne réactivité de l’avant. Même dans les virages serrés le GLK ne prend pas de roulis.

Mercedes GLK 220 CDI

Mercedes GLK 220 CDI

Si la direction peut laisser à basse vitesse un sentiment de volant trop assisté qui réduit quelque peu le retour d’information dicté par le train avant.  Ce sentiment disparait dès que la vitesse augmente. La direction se montre d’une belle précision sur les grands axes et petites routes départementales où le GLK relève une belle agilité lors d’un lever de pied en appui. La direction se montre joueuse et conciliante à défaut d’être agile sur les tracés tortueux mais néanmoins sereine et équilibrée lors des enchainements rapides.

Les suspensions incontestablement l’un des points fort du GLK offrent un confort d’amortissement étonnant pour un SUV de cette trempe.
Quel que soit le type de parcours emprunté, les suspensions préservent les occupants dans un confort royal.

AGILITY CONTROL :

Le GLK dispose du système d’amortissement sélectif « AGILITY CONTROL » qui permet d’adapter automatiquement le réglage du train de roulement selon l’état de la chaussée.
Sur les chemins en terre que nous avons empruntés, ce système nous a donné entière satisfaction.

Mercedes GLK 220 CDI

Mercedes GLK 220 CDI

FREINAGE :

Les disques de freins aux dimensions généreuses se sont montrés particulièrement efficaces lors des décélérations progressives, franches et facilement dosables.
Nous émettrons cependant un petit bémol à l’attention de la progressivité en début de course mais rien de rédhibitoire. Il convient de rappeler que le système de freinage doit composer avec les quelques 1 845 kg de l’engin.

MOTORISATION :

Nous sommes en présence du 4 cylindres 220 CDI de 2 143 cm3 qui développe une puissance de 170 Ch et un couple de 400 Nm dès 1 400 tr/min.

Mention particulière à ce dernier pour son agrément, sa discrétion et ses performances honorables quels que soient les terrains.

Ce moteur associé à l’excellente transmission automatique distille un réel agrément de fonctionnement alliant douceur et performances.
La transmission automatique 7G-Tronic à 7 rapports ne mérite que des éloges : douce et réactive, elle dispose même de palettes au volant permettant au conducteur de passer les vitesses promptement.

Mercedes GLK 220 CDI

Mercedes GLK 220 CDI

Les performances sont d’ailleurs sont tout à fait honorables au regard du poids de l’auto. Le constructeur annonce une vitesse de pointe de 205 km/h et le 0 à 100 km/h réalisé en 8,8 secondes.

Sous le capot du GLK le bloc 220 CDI étale de sérieuses qualités. Il fait preuve de bonne volonté, tandis que sa souplesse tout comme sa disponibilité sont des plus réjouissantes. Grâce à un système de suralimentation à double étage le couple du 220 CDI atteint 400 Nm dès 1 400 tr/min privilégiant une conduite tout en souplesse et une réserve d’énergie suffisante pour réaliser des dépassements dans de bonnes conditions.

Enfin le bilan acoustique est d’un très bon niveau, avec une quasi absence de vibration. L’isolation du moteur est très soigné, par conséquent les longues distances à bord du GLK se réalisent en toute quiétude.

LIRE LA SUITE :

ESSAI Mercedes GLK 220 CDI : bilan et photos  3/3

REVENIR AU DEBUT :

ESSAI Mercedes GLK 220 CDI : Design, vie à bord 1/3

4 réflexions au sujet de « Essai Mercedes Classe GLK 220 CDI 4 MATIC 2/3 : à conduire »


  1. Possésseur d’un GLK CDI 220 4matic depuis fev 2010 j’ai fait 12000 KM à ce jour. Les vrais plus : confort, accoustique, reprise, souplesse, boite automatique. Les moins: volume du coffre, la place à l’arrière au niveau des jambes de passagé, la position du régulateur de vitesse.
    consomations constatées : Sur autoroute à 130 : 8,2 L, ville 10l, route 7,6 L.
    A revoir le système d’avetissement arrière pour ce garer. Il faut se pencher en avant pour l’apercevoir.


  2. Etant propriétaire du GLK 220 CDI 4matic depuis 11mois(le 20/07/2O1O) j’ai signalé PAR COURRIER après l’essai du véhicule un bruit de roulement sourd excessif!MB a bien recu le message confirmé par retour courrier et j’attends tj le remède de la part du distributeur. CERTAINS PENSENT QUE LA MARQUE DES PNEUS EST LA SOLUTION ( du CONTINENTAL 4X4 CONTACT) D’AUTRES QUE LES AMORTISSEURS SERAIENT EUX AUSSI DANS LE REMEDE.Je suis MB depuis 18 Ans 8voitures la dernière un ML.A noter que dans la série de mon GLK ce dernier a été rappelé pour le système d’injection.MB le Chesnay service relations clientéle je ne doute pas du suivi
    favorable.


  3. Tiens tiens j’ai pris possession le 28 jan 2011. Le soir même je décide de partir sur l’autoroute et voilà qu’à environ 100km un bruit sourd apparait, déception, amère. Il y a des Dunlop grandeur 20 pouces, 50 cm. Concessionnaire le 7 février, test sur la route. C’est la première fois que quelqu’un rapporte ce problème ici. Nous testons un second GLK 350 chaussé sur du Pirelli cette fois et v’lan même problème. Selon moi ce n’est pas un problème de pneu. Ici il fait sous zéro en ce temps de l’années. Je vais donc téléphoner Benz Canada. Mon santa fe 2007 est bruyant mais il n’y a pas de bruit sourd et au canada tout équipé il coute 38,500 comparativement à 50,000 pas tout équipé pour le GLK!!!!!!!


  4. Mon GLK 2010 est bruyant à partir de 100 km heure. Je pense qu’il y a deux causes :
    Un soufle aérodynamique permanent dès qu’on atteint 100 km heure, et le bruit de roulement des pneus qui peut être assourdissant sur mauvais revêtement.
    Ce véhicule a d’énormes qualités, maniable, vif, confortable, moteur silencieux, mais l’insonorisation de l’habitacle est ratée en ce qui concerne les bruits aérodynamiques et de roulement.
    Je suis très déçu, venant d’un ML 2006 six cylindres qui reste une référence de confort et de silence. Et je ne vais pas garder ce GLK bien longtemps.
    C’est indigne de Mercedes.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

three + 16 =

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>