Essai nouveau Kia Sorento : sérieux outsider

Essai nouveau Kia Sorento

Essai nouveau Kia Sorento

Toujours plus grand, toujours plus qualitatif, le Kia Sorento revient avec la volonté de se positionner face à des concurrents premium. Résolument haut de gamme, le nouveau SUV 7 places de Kia s’affiche à près de 50.000 euros dans cette version supérieure. Peut-il s’imposer face à la concurrence allemande ?

 

Style

 

Cousin du Hyundai Santa Fe, le Kia Sorento est un grand SUV de 4,78 m de long. Un gabarit imposant qui lui permet d’accueillir jusqu’à 7 personnes. Voilà une contrainte de taille pour les designers avec des volumes qui ne permettent pas de jouer sur la ligne de toit ou l’inclinaison du hayon par exemple.

Nouveau Kia Sorento

Le nouveau Kia Sorento est exclusivement livré avec une transmission intégrale. La disponibilité d’une version deux roues motrices est à l’étude.

Tout se joue sur la face avant ou presque, taillée pour évoquer le regard d’un loup ! Les blocs optiques effilés encadrent une calandre Tiger nose rectangulaire et surdimensionnée. Un motif de losange dit tridimensionnel habille ce grand espace, à la manière du concept car Kia Cross GT de 2013. Mais cela nous rappelle aussi la calandre d’une Classe A façon diamant de 2012.

Le design n’est pas signé de l’équipe allemande, mais du bureau Kia de Namyang en Corée du sud. Consensuel, le nouveau Sorento est plus séduisant que la précédente génération.

A l’arrière, le style est plus classique, dans l’esprit d’un Jeep Grand Cherokee. Il ne choquera pas dans la circulation, mais un peu plus d’audace aurait été la bienvenue de la part d’un outsider.

 

Vie à bord

 

Typé haut de gamme pour Kia, le Sorento présente un intérieur bien dessiné et globalement très agréable. La qualité de finition présente bien, et l’ergonomie est intuitive. Les sièges avant offrent un très bon maintien et de nombreuses fonctions : réglages électriques, chauffage et même climatisation !

 

Planche de bord nouveau Kia Sorento

Planche de bord nouveau Kia Sorento

Plus long de 95 mm et plus large de 5 mm, le troisième Sorento dans l’histoire de Kia perd cependant 5 mm en hauteur. On retiendra surtout l’empattement qui progresse de 8 cm : voilà un atout majeur pour l’habitabilité. On se sent tout autant à l’aise aux places avant qu’au second rang, avec des mensurations flatteuses.

Le nouveau Kia Sorento conserve sa configuration 7 places de série, avec deux sièges qui s’escamotent dans le plancher du coffre. Ces places seront logiquement réservées à des enfants, ou pourront dépanner pour des adultes sur de courts trajets.

 

En configuration 5 places, le volume du coffre affiche désormais 605 litres contre 500 litres pour la version précédente. La longueur du plancher prend au passage 87 mm ! Le dessin du coffre est en effet davantage porté sur la longueur que sur la hauteur.

 

Coffre du Kia Sorento

Coffre du Kia Sorento

A conduire

 

Les acheteurs du nouveau Kia Sorento ne passeront pas des nuits blanches pour choisir la bonne motorisation : il n’y en a qu’une. Elle est heureusement parfaitement taillée pour ce SUV 4X4 de près de deux tonnes. Le Sorento partage son moteur 2.2 CRDi de 200 ch avec le Hyundai Santa Fe. Ce moteur est désormais conforme aux normes Euro 6 et s’équipe d’un stop-start ISG.

Sans être un foudre de guerre ce moteur 2.2 est taillé pour le Sorento et permet d’établir des moyennes très dynamiques sur la route. Une fois lancé le Sorento profite de sa masse généreuse pour conserver un bel élan, et aucun dépassement ne lui fait peur.

Un V6 diesel aurait eu tout à fait sa place sous le capot du Sorento, et aurait apporté plus de couple et une sonorité certainement plus flatteuse que celle du 4 cylindres.

Essai nouveau Kia Sorento

Essai nouveau Kia Sorento

La transmission intégrale est de série, et possède un mode de verrouillage du différentiel. Même en pneumatiques été, nous avons eu l’occasion de rouler sur des chemins en gravier et sur la neige sans rencontrer de difficultés d’adhérence. En temps normal, le Sorento est une traction avant. Il est d’ailleurs envisagé par Kia d’ajouter une version deux roues motrices au catalogue.

 

Sur cette version Ultimate, la boîte de vitesses automatique est de série. Elle se dispense de palettes au volant et se caractérise surtout par sa douceur. Le Sorento peut être bousculé mais n’a pas le mordant d’un BMW X5. L’activation du mode Sport est nécessaire pour durcir l’assistance de direction.

 

Le conducteur bénéficie en plus d’un véritable arsenal d’équipement de sécurité, avec détecteur d’angle mort, détecteur de trafic arrière, assistant au maintien de voie, affichage des panneaux de vitesses, mais aussi caméras à 360 degrés pour manoeuvrer en toute sécurité.

 

Budget

 

La gamme du Kia Sorento est on ne peut plus simple, avec un seul moteur, deux transmissions et deux finitions, pour trois versions en tout.

A 43900 euros, le Sorento Premium boîte manuelle offre déjà les jantes alliage 18 pouces, la sellerie en cuir noir, le siège conducteur électrique, la roue de secours en alliage, l’ouverture du coffre mains libres, le toit panoramique vitré, le volant chauffant, l’ouverture et démarrage sans clé, l’écran tactile 7 pouces, et le système de navigation avec cartographie Europe.

 

Caméra de recul et vision 360 sur le Kia Sorento

Caméra de recul et vision 360 sur le Kia Sorento

La finition Ultimate ajoute le régulateur de vitesse adaptatif, les projecteurs au xénon directionnels, le détecteur d’angle mort, la caméra 360 degrés, l’aide au stationnement active, les jantes alliage 19 pouces, les pare-soleil latéraux pour la deuxième rangée, les sièges avant ventilés, le siège passager électrique et la mémorisation pour le siège conducteur. Tout cela a un prix : il faut ajouter 4000 euros, soit 49900 euros exclusivement en boîte automatique.

 

Un BMW X3 xDrive 20d 190 ch Lounge Plus est vendu 49400 euros sans les options. Mais à équipement similaire, il faut ajouter environ 10000 euros d’options sur le X3.

 

Parmi les atouts du nouveau Sorento, la fameuse garantie constructeur Kia de 7 ans, et une distribution par chaîne.

LIRE LA FIN DE L’ESSAI NOUVEAU KIA SORENTO