Connectez-vous avec nous

ESSAIS

Premier essai Volvo V40 D3 150 BVM Summum & D2 115 BVM : la guerre est déclarée

Volvo V40 Summum D3 150 BVM

Volvo renouvelle deux modèles avec sa compacte V40 : les V50 et S40 disparaissent du catalogue. Et ce n’est pas tout, puisque la C30 sera arrêtée dès 2013. La Volvo V40 devrait devenir en France le modèle suédois le plus diffusé, avec environ 5000 ventes annuelles. Cette ambitieuse compacte a-t-elle tout ce qu’il faut pour y parvenir ? Première prise de contact, dans la région de Lorient.

Style : ‘’Dieu est dans les détails’’

La nouvelle Volvo V40 pose fièrement près du sous-marin La Flore, à l’ancienne base militaire de Lorient. Ce lieu de passage sur cet essai n’est pas un hasard : il s’agit d’une étape de la course nautique Volvo Ocean Race !
Les stylistes Volvo le disent : ‘’Dieu est dans les détails’’. De trois quarts avant, la nouvelle Volvo V40 rappelle fortement une S60 ou une V60, avec de légères évolutions de style. Les blocs de feux déportés entre les phares et la calandre ont disparu, remplacés par des feux de jour à LED très fin placés dans la prise d’air inférieure du bouclier. ( de série sur V40 Summum et Xénium )

Volvo V40 Summum D3 150 BVM
La forme des phares s’inspire de larmes, avec un dessin différent de ses grandes sœurs.
A l’arrière, le décrochement évoque la Volvo P1800ES. Le dynamisme est suggéré par la présence d’un diffuseur arrière et d’embouts d’échappement chromés.
Cette version Summum est livrée en série avec les projecteurs bixénon et les jantes aluminium 17 pouces.

Globalement, en plus de respecter l’air de famille, la V40 pourra donc compter sur son physique pour séduire.

A vivre

A bord, les conducteurs des modèles actuels Volvo ne seront pas dépaysés. L’environnement s’inspire fortement des dernières créations, avec une console centrale flottante, et un volant multifonctions recouvert de cuir nappa avec des inserts chromés.
Les détails sont soignés, avec un rétroviseur intérieur sans cadre, et un levier de vitesses qui peut même être rétro-éclairé.

Volvo V40 Summum D3 150 BVM
L’ambiance est premium, et on apprécie la qualité du revêtement en cuir des sièges de cette V40 Premium.

Plutôt massive, la planche de bord est à 1000 lieues de celle d’une nouvelle Audi A3. Elle est plus fine de profil, grâce à sa console centrale flottante qui cache un espace de rangement.
L’ergonomie manque de simplicité, et les menus sont trop nombreux : on pourra vite s’y perdre.

Les deux passagers avant sont à l’aise dans cette V40, qui semble davantage vouée à avaler les kilomètres que la petite C30.

Aux places arrière, la garde au toit sera un peu juste pour les grands gabarits. La place centrale n’est pas accueillante : elle comprend le tunnel de transmission qui réduit l’espace aux jambes, et un dossier particulièrement raide.
Cette Volvo V40 semble conçue pour quatre passagers.

Volvo V40 Summum D3 150 BVM

Avec 335 dm3, le coffre ne sera pas une des références du segment, et pâtit aussi d’un seuil de chargement élevé. Pour un plancher plat lorsqu’on rabat les dossiers de la banquette arrière, il faudra impérativement cocher l’option double plancher de coffre.

Volvo V40 Summum D3 150 BVM

A conduire
La nouvelle Volvo V40 reprend la plate-forme de la C30 commune avec Ford, mais le train avant est issu de la S60.
Lors de ce premier essai j’ai pu prendre en main les deux versions diesel D2 et D3 en boîte manuelle, qui seront sans aucun doute le cœur des ventes en France.
Avec ses 115 ch, le moteur D2 d’origine Ford-PSA est un quatre cylindres bien connu. Ce 1.6 offre un bon compromis entre agrément et consommation réduite. La consommation de notre parcours s’est établie à seulement 6,0 L.

Volvo V40 Summum D3 150 BVM
Plus discret à bas régime que le moteur D3, ce bloc D2 est suffisant en ville et sur voies rapides. Son couple de 270 Nm passe à 285 Nm avec l’overboost : pas mal pour un moteur 1.6 !
La V40 D3 dispose d’un cinq cylindres, en attendant la nouvelle génération de moteurs diesel 4 cylindres Volvo qui sera conforme aux futures normes Euro 6. Plus bruyant à bas régime que le 4 cylindres, ce moteur 2.0 offre une puissance de 150 ch et un couple de 350 Nm. Les reprises sont plus efficaces qu’avec le moteur D2, et imposent moins souvent de rétrograder. Le moteur D3 ne s’imposera donc que pour ceux qui roulent fréquemment sur départementales et nationales avec des besoins en termes de dépassements.

La sécurité au diapason

La Volvo V40 aurait pu se contenter de reprendre l’arsenal sécuritaire de ses grandes sœurs, mais elle va plus loin avec des innovations comme le premier airbag piéton au monde. Cet airbag se déclenche sur la partie haute du capot lorsque le City Safety a été sollicité, avec un freinage d’urgence géré par l’électronique.

Sur toutes les versions, le pack d’aide à la conduite est facturé 1990 euros. Il comprend le régulateur de vitesse adaptatif avec fonction embouteillage, l’indicateur de limitation de vitesse, l’alerte de franchissement de ligne, l’alerte vigilance conducteur, les feux de route adaptatifs, et le système BLIS de surveillance d’angle mort. Ce dernier équipement n’est pas un luxe, dans la mesure où la vue trois quarts arrière est assez limitée.

Le BLIS est disponible tout seul au prix de 540 euros : c’est une option fortement recommandée et qui pourrait même être de série sur une Volvo. Elle me semble en tout cas plus utile qu’un airbag supplémentaire…

Volvo V40 Summum D3 150 BVM

Budget

En diesel, une Volvo V40 D2 débute à 24980 euros en finition Kinetic.
La V40 Summum correspond au troisième niveau de finition, avec un équipement particulièrement riche : sellerie cuir, jantes 17, phares directionnels double xénon, feux de jour à LED intégrés dans le bouclier avant, accoudoir central coulissant, et pack éclairage d’ambiance à LED.
Les autres équipements sont communs à la V40 Momentum vendue 2150 euros de moins : régulateur de vitesse, démarrage sans clé, détecteur de pluie, allumage automatique des feux, seuils de portes avant chromés, contour des vitres latérales chromé, incrustations chromées dans l’habitacle, siège passager avant réglable en hauteur avec supports lombaires réglables.

Restent malgré tout quelques lacunes, puisque l’aide au stationnement arrière reste une option sur Summum, facturée 450 euros. Le système navigation est facturé 1590 euros, et n’est pas particulièrement pratique à utiliser ni très efficace : ce n’est pas une option que nous conseillons.

Les deux modèles essayés sont placés à 28630 euros pour la V40 D2 Summum, et à 30250 euros pour la V40 D3 Summum. Des prix qui deviennent conséquents : on est loin des marques généralistes ! La guerre aux allemandes premium est clairement déclarée.
La V40 D2 s’offre un bonus écologique de 100 euros avec des rejets de CO2 de 94 g ( ou 99 g en monte 17 et 18 pouces )

LIRE LA FIN DE L’ESSAI, VOIR LA GALERIE PHOTOS :

Essai Volvo V40 D2 115 ch et D3 150 ch Summum : bilan, galerie photos

Publicité

Facebook

Publicité

Offre LLD sur Ford Ka+ Offre LLD sur Ford Ka+

Les 10 voitures les moins chères en location longue durée LLD ou LOA sans apport

ACTUS

Fiat 500 X : 149 euros par mois avec apport de 1900 euros - LLD 37 mois = 200 euros X 37 mois Fiat 500 X : 149 euros par mois avec apport de 1900 euros - LLD 37 mois = 200 euros X 37 mois

Les 10 SUV les moins chers en LOA ou LLD

ACTUS

Michelin CrossClimate+ le pneumatique toutes saisons Michelin CrossClimate+ le pneumatique toutes saisons

Test Michelin CrossClimate+ : le pneu toutes saisons

ACTUS

Essai Mercedes Classe E Coupé 350 CDI : haut standing

ESSAIS

Publicité
Connection