Connectez-vous avec nous

ACTUS

Quels sont les différents niveaux de conduite autonome ?

DRIVE PILOT, le premier système certifié au niveau international est disponible en option sur la Classe S et l’EQS en Allemagne

D’un scénario de science-fiction, les voitures autopilotées passent de plus en plus à la réalité et appartiennent désormais à un avenir proche. La plupart des voitures commercialisées aujourd’hui sont équipées de divers systèmes de conduite assistée et autonome, conçus pour offrir au conducteur plus de détente et, surtout, accroître la sécurité.

Conduite autonome : quand et comment c’est déjà possible

Les modes les plus connus et les plus populaires de la conduite autonome sont le régulateur de vitesse, qui permet aux conducteurs de maintenir une certaine vitesse, et l’alerte de franchissement de ligne. Mais il existe des systèmes d’assistance intégrés qui offrent au conducteur un soutien encore plus complet.

Conduite assistée et autonome : quels niveaux ?

D’une manière générale, selon le classement établi en Allemagne par l’Institut fédéral de recherche sur la mobilité et les transports, il est possible de distinguer cinq niveaux de conduite autonome, en fonction du degré plus ou moins élevé d’interférence des systèmes automatiques dans le contrôle de la voiture. Voici les niveaux qui régissent la conduite assistée et autonome.

Conduite autonome de niveau 1 : conduite assistée

Au premier niveau, nous pouvons considérer les mécanismes de régulation de vitesse, désormais présents dans de nombreuses voitures de nouvelle génération, et le système plus avancé de régulation de vitesse adaptative. Ceux-ci permettent au conducteur de maintenir la vitesse de croisière fixée et, si nécessaire, de l’adapter aux limites de vitesse grâce à un système de reconnaissance des panneaux. Il peut également y avoir des dispositifs optiques et acoustiques de signalisation des dangers et des mécanismes qui déclenchent un freinage d’urgence automatique.

À ce niveau, le contrôle de la voiture reste entre les mains du conducteur, tandis que l’outil de conduite assistée lui permet de reposer la jambe et le pied normalement impliqués dans l’utilisation de l’accélérateur.

Conduite autonome de niveau 2 : Conduite semi-autonome

Le deuxième niveau de conduite assistée est également déjà présent dans les modèles disponibles sur le marché. Il s’agit de systèmes qui permettent au conducteur de reposer ses jambes et ses bras. Les voitures qui en sont équipées peuvent, dans des circonstances particulières telles que la conduite sur une autoroute ou lors d’un ralentissement, maintenir une vitesse appropriée, la bonne voie et la bonne distance de sécurité avec les véhicules qui les précèdent. L’exécution de manœuvres et le stationnement à distance (via un smartphone) relèvent également de la conduite semi-autonome. Il est clair que, même à ce niveau, l’attention du conducteur doit toujours être présente au cas où des situations dangereuses ou imprévues surviendraient et nécessiteraient une intervention humaine.

Conduite autonome de niveau 3 : conduite hautement automatisée

Là encore, le véhicule roule toujours avec un conducteur humain qui en garde la responsabilité. Mais c’est un véritable pas en avant vers la mobilité de l’avenir. Déjà présents sur certains modèles, mais autorisés seulement par certaines législations nationales, les systèmes de conduite hautement automatisée permettent au conducteur de se consacrer à autre chose tout en conduisant.

Les voitures équipées de ce type de matériel peuvent accélérer, freiner, se diriger et effectuer des manœuvres de dépassement de manière entièrement automatique. Ces véhicules peuvent également communiquer entre eux via une connexion de voiture à voiture. Le conducteur doit toutefois être capable de diriger le véhicule si nécessaire.

Conduite autonome de niveau 4 : conduite entièrement automatisée

Encore au stade de prototype, il s’agit de véhicules qui, dans des contextes particuliers et dans des zones limitées, peuvent tout faire eux-mêmes, même gérer des situations complexes. Le conducteur et les passagers, quant à eux, peuvent même dormir.

Niveau 5 : Conduite autonome tout court

Ce niveau représente le couronnement idéal du système de conduite autonome. Les voitures intelligentes du futur pourraient même être dépourvues de volant et de pédales, et ne transporter que des passagers, comme des robots-taxis. Grâce à une connexion permanente, ils pourront communiquer à la fois avec les autres véhicules et avec l’infrastructure, et circuler sans limites dans n’importe quel contexte routier.

DRIVE PILOT Mercedes

Penser à l’avenir…

Nous avons vu un bref aperçu de ce que les voitures peuvent et pourront faire sans intervention humaine. En attendant l’arrivée de ces voitures qui pourraient nous décharger de nos responsabilités de conducteur, en évitant et en prévenant les dangers et les désagréments, essayons de choisir une police d’assurance automobile qui nous protégera au mieux.

Quels sont les avantages et les inconvénients de la conduite autonome ?

AVANTAGES :

  1. Sécurité accrue : Les systèmes de conduite autonome sont conçus pour éliminer l’erreur humaine, qui est la principale cause d’accidents.
  2. Une plus grande efficacité : les véhicules autonomes peuvent communiquer entre eux et avec les infrastructures pour optimiser les itinéraires et éviter les embouteillages. Cela pourrait permettre de réduire considérablement la durée des trajets et la consommation de carburant.
  3. Une meilleure mobilité pour tous : Les personnes qui ne peuvent pas conduire en raison de leur âge, d’un handicap ou d’une intoxication pourraient utiliser des véhicules autonomes, ce qui augmenterait leur indépendance et leur inclusion sociale.

INCONVÉNIENTS :

  1. Pertes d’emplois : À mesure que les véhicules autonomes deviendront plus courants, il faudra moins de conducteurs humains, ce qui entraînera des pertes d’emplois dans le secteur des transports.
  2. Des coûts plus élevés : Le développement et la mise en œuvre de la technologie de conduite autonome sont actuellement assez coûteux. Ce coût sera probablement répercuté sur les consommateurs sous la forme de prix plus élevés pour les véhicules autonomes.
  3. Préoccupations éthiques : L’un des plus grands défis auxquels sont confrontés les véhicules autonomes est le dilemme éthique lié à la façon de les programmer pour qu’ils prennent des décisions de vie ou de mort dans des situations d’urgence. Il n’y a pas de réponse facile à cette question, et il faudra probablement de nombreuses années d’essais et d’erreurs pour y parvenir.

Comment les véhicules autonomes vont-ils changer notre façon de vivre et de travailler ?

L’avènement des véhicules autonomes aura probablement un impact profond sur notre façon de vivre et de travailler. D’une part, le besoin de conducteurs humains sera fortement réduit, ce qui pourrait entraîner d’importantes pertes d’emplois dans le secteur des transports. En outre, les véhicules autonomes permettront aux gens de travailler tout en faisant la navette, ce qui pourrait entraîner des changements dans la façon dont nous structurons nos journées de travail.

Redundante Systemarchitektur DRIVE PILOT: Bremse, Lenkung, Bordnetz, Positionsbestimmung, Stereo-Multi-Purpose-Kamera Redundant System Architecture DRIVE PILOT: Braking, Steering, Electrical System, Positioning, Stereo-Multi-Purpose-Camera

Facebook

Offre LLD sur Ford Ka+ Offre LLD sur Ford Ka+

Les 10 voitures les moins chères en location longue durée LLD ou LOA sans apport

Conseils & Services

Quels sites utiliser pour acheter une voiture en Allemagne ?

Acheter une voiture d'occasion

Fiat 500 X : 149 euros par mois avec apport de 1900 euros - LLD 37 mois = 200 euros X 37 mois Fiat 500 X : 149 euros par mois avec apport de 1900 euros - LLD 37 mois = 200 euros X 37 mois

Les 10 SUV les moins chers en LOA ou LLD

Conseils & Services

Michelin CrossClimate+ le pneumatique toutes saisons Michelin CrossClimate+ le pneumatique toutes saisons

Test Michelin CrossClimate+ : le pneu toutes saisons

Conseils & Services

Connection