Essai Renault Scénic dCi 110 vs Peugeot 3008 HDi 110

Essai face à face Renault Scénic dCi 110 FAP contre Peugeot 3008 HDi 110 FAP
renault-scenic-peugeot-3008-t01

Dans le segment des crossover, le Peugeot 3008 est rapidement devenu une référence, et a dépassé les chiffres de vente du Nissan Quashqai. Ses qualités telles que son habitabilité et sa modularité font que le 3008 marche également sur les plates-bandes des monospaces compacts… en particulier le Renault Scenic. Ce face à face est l’occasion rêvée de tenter de départager ces deux best-sellers !
Design

Le 3008 se distingue du Scénic par son aspect baroudeur, suscité par ses généreuses protections. Sa garde au sol élevée et sa position de conduite dominante vont séduire les inconditionnels du SUV. D’un point de vue esthétique, 3008 se démarque nettement des monospaces compacts que ce soit à l’extérieur comme à l’intérieur.
Chez Renault, la philosophie est très différente. Le Scenic est une référence depuis la sortie de la première génération en 1995. Sa silhouette est fluide et son style très consensuel afin de plaire au plus grand nombre. La version présentée en 5 places, à empattement court, possède un arrière spécifique avec des feux arrière en boomerang qui reviennent sur le hayon. Sur le Scénic long 7 places, les feux mordent sur les ailes.

La ligne de ce Scénic est homogène et assez réussi mais manque peut-être un peu d’audace. La partie avant rappelle de très près celle de la Clio restylée.

A bord
A bord du 3008, le conducteur découvre un univers qui rompt totalement avec celui du monospace. La planche de bord enveloppante, la ceinture de caisse élevée et la position de conduite semi haute confèrent un sentiment de sécurité. La partie centrale de la planche de bord et la console centrale donnent au conducteur l’impression d’être dans un cockpit. Sensation accentuée par le système d’affichage tête haute qui indique la vitesse, la distance de sécurité et le limiteur/régulation de vitesse.
Nous apprécions particulièrement la position de conduite proche de celle d’une berline tout en offrant les avantages d’un véhicule haut. L’ergonomie nous a également pleinement satisfaits. Les commandes sont facilement accessibles et les différents réglages du volant et du siège permettent aisément de trouver sa position idéale. Nous avons trouvé l’affichage très lisible que ce soit le combiné d’instrumentation ou l’écran couleur du WIPCOM 3D. Les seuls griefs concernent l’accoudoir central non réglable en hauteur et le couvercle de la boite à gants qui, une fois ouvert, gêne les jambes du passager.
A l’intérieur du nouveau Scenic, on retrouve l’esprit des monospaces du losange. La planche de bord en forme de vague reprend l’esprit de celle de la Mégane. Contrairement au 3008, Scenic offre un espace aux places avant plus dégagé avec les informations de conduite orientées vers tous les occupants. Au centre, sous une niche, un écran couleur haute résolution affiche la vitesse, l’état du limiteur/régulateur de vitesse, le dépassement de la vitesse de consigne, l’alerte des ouvrants, la pression des pneumatiques, l’aide au parking et la température. L’ensemble peut être personnalisé par le conducteur à l’aide d’un menu accessible par le biais d’une commande devant le tableau de bord.
Ce dispositif d’affichage des informations de conduite, nous a agréablement surpris. Il se montre lisible en toutes circonstances et très réactif notamment l’affichage du compte-tours. Nous avons également apprécié la richesse des fonctionnalités tel que la personnalisation de l’affichage, la fonction de streaming audio Bluetooth, la compatibilité avec l’iPod ou encore la carte mains libres. Mention spéciale pour le système de navigation GPS Carminat TomTom. Celui-ci se révèle extrêmement intuitif et offre une ergonomie parfaite grâce à la commande située à l’extrémité de l’accoudoir. Enfin son tarif est très attractif avec seulement 300€ contre 960€ pour le Wip Nav chez Peugeot.

Malheureusement tout n’est pas parfait sur Scenic. La position de conduite nous a un peu déçus. L’angle du volant est toujours aussi incliné comme sur les premières générations. Les sièges semblent plus fermes que sur 3008 en particulier le dossier des sièges avant. De plus, ils n’offrent pas un bon maintien latéral.

Les occupants du Peugeot 3008 disposent de nombreux rangements totalisant un volume de 50 litres. Sous l’accoudoir avant se situe un volume réfrigéré de 13,5 litres dans lequel il est possible de loger une bouteille d’Evian de 2 litres. La capacité modeste de la boite à gant (4,1 litres) est compensée par un second rangement de 3,7 litres situé sous le volant. Notez la présence des classiques vide-poches dans les portes avant et arrière mais aussi de deux logements avec un couvercle aux pieds des passagers offrant un volume de 7 litres.
Passons maintenant au coffre. La modularité de celui-ci a été très bien étudiée afin d’offrir une grande facilité d’utilisation au quotidien. Grâce à l’ouverture en deux parties, le chargement est extrêmement simple. Les objets peu encombrants et légers peuvent être déposés dans le coffre en ouvrant seulement le volet supérieur. Pour les valises et autres colis plus lourds, il suffit de rabattre le volet inférieur « hobby ». Notez que le plancher est réglable sur trois positions permettant de disposer soit un plancher haut hobby fermé, un plancher plat hobby ouvert ou un volume de chargement maximum de 512 litres. Enfin, les sièges se rabattent très facilement grâce aux gâchettes situées de part à d’autres du hayon. Au niveau du coffre, c’est un sans faute.

Renault Scenic affiche un volume de chargement plus important avec 522 litres mais n’offre pas une modularité du coffre similaire au 3008. Malgré tout, il se distingue par ses trois sièges arrière indépendants, coulissants et de largeur identique pouvant se rabattre indépendamment voire être retirés de l’habitacle. Mais la majorité des utilisateurs renonceront très vide à extraire les sièges qui pèsent près de 16 kg chacun.
Le monospace du losange fait également mieux en ce qui concerne les rangements à bord avec un volume total impressionnant de 92 litres. Gare aux étourdis qui égareraient un objet car la liste des emplacements est longue. Quatre trappes sous plancher, deux tiroirs sous sièges à l’avant, 2 tiroirs aux places latérales arrière, une boîte à gants réfrigérée de plus de 11 litres, un rangement ouvert sur la console centrale et une console centrale de 9 litres de rangement en deux parties. Sans oublier les poches aumônières au dos des sièges et deux autres rangements dans le coffre.

Note globale “A leur bord”

Confort : Peugeot 3008

Habitabilité : Renault Scenic

Finition : Peugeot 3008

LIRE LA SUITE DE L’ESSAI :

Essai Renault Scénic dCi 110 FAP contre Peugeot 3008 HDi 110 FAP : sur route, à conduire

Essai face à face Renault Scénic dCi 110 FAP contre Peugeot 3008 HDi 110 FAP : bilan, galerie photos, caractéristiques