Essai Mercedes Classe E 220 CDI Break : une valeur sûre

mercedes-e220cdi-break-intro

Depuis les années soixante-dix, les modèles break Mercedes jouissent d’une excellente réputation. Incarnant sécurité, fiabilité et confort, ces versions volumiques sont toujours très prisées comme en témoigne les chiffres de vente. Aujourd’hui, nous nous intéressons au modèle offrant la plus grande capacité du segment « Premium » à savoir la Mercedes Classe E break.

Design

Esthétiquement, la Mercedes Classe E break reprend en grande partie les lignes de la berline. La partie avant affiche les nouveaux codes stylistiques de la marque à l’étoile avec ses doubles optiques aux lignes dynamiques et sa large grille de calandre.

De profil, les lignes tendues, les montants de portes noirs laquées et les joncs chromés confèrent à l’ensemble une impression de solidité sans pour autant trop alourdir le style. Les flancs bénéficient d’un traitement sculpté dans le prolongement des ailes musclés. Il en est de même pour le dessin de la partie arrière agrémenté de subtiles touches accentuant les lignes des poupes telles que les feux arrière à LED et la poignée de coffre chromée. Globalement, l’ensemble est plutôt réussi. Malgré tout, force est de constater que ses rivales Audi A6 Avant et BMW Série 5 Touring offrent un profil moins typé « déménageur » certes plus séduisant mais au détriment du volume de chargement.

A bord

mercedes-e220cdi-break-finition

Une fois installé dans le large siège conducteur, on découvre en détail le travail des stylistes sur le traitement de l’habitacle. Mercedes a adopté des lignes anguleuses qui ne sont pas sans rappeler le design de la calandre de la Classe E. Alternant des zones sombres avec la partie supérieure de la planche de bord et des zones claires matérialisées par un axe en aluminium ceinturant l’habitacle, le design intérieur suscite la modernité. Ce jeu de contraste est repris sur la console centrale noire partiellement recouverte de véritable aluminium brossé.

Le combiné d’instrumentation à cinq cadrans tubulaires est visuellement très réussi mais manque un peu de lisibilité notamment pour une lecture précise de la vitesse. Autre détail d’ergonomie assez gênant, les commandes derrière le volant sont trop proches l’une de l’autre. Cela se traduit à l’usage par une confusion, on actionne par exemple le régulateur de vitesse en voulant activer le clignotant et vice versa. A part ces deux reproches, cela serait un sans-faute d‘autant plus que la position de conduite est parfaite. Le volant recouvert de cuir nappa comporte deux boutons elliptiques multifonction qui permettent un accès facile à diverses fonctions tel que l’ESP, le pré-SAFE, ou l’avertisseur d’angle mort. De même, l’utilisation du système audio navigation est très intuitive grâce à l’utilisation d’une molette située près de l’accoudoir. Nous reviendrons en détails dessus un peu plus loin dans l’article.

mercedes-e220cdi-break-32

Passons maintenant aux places arrière. Premier constat, l’habitabilité est très généreuse sur cette Classe E. Les adultes se sentiront à leur aise que ce soit à niveau de l’espace aux jambes ou de la garde au toit. Curieusement, nous avons trouvé la sensation d’espace moins marqué à l’avant en particulier au niveau de la largeur au coude. La planche de bord peu profonde accentue cette impression de confinement. Heureusement, le double toit ouvrant offre une grande luminosité à l’habitacle.

La finition est fidèle à la réputation de la Marque avec des ajustements parfaits et des matériaux de qualité. Seule la partie supérieure des panneaux de porte aurait mérité un traitement plus flatteur au toucher.

Signalons que les sièges cuir nous ont paru un peu fermes ce qui nous pousse à vous recommander l’option cuir Nappa.

Spécificité de quelques modèles allemands ou américains, le frein de parking à pédale est repris sur notre Classe E break. Celui-ci ne dépaysera les inconditionnels de la marque mais déroutera les nouveaux clients. Nous aurions préféré que Mercedes implante une commande de frein de parking électrique comme certains de ses concurrents.

Avec une capacité maximale de chargement de 1950 litres, Mercedes fixe un nouveau record dans la catégorie. La Classe E écrase ses concurrentes BMW Série 5 Touring et autre Audi A6 Avant avec leurs « modestes » 1600 litres. La marque ne s’est pas arrêté là et propose un bon nombre de fonctionnalités regroupés sous le terme Easy Pack.

mercedes-e220cdi-break-coffre

De série, toutes les versions bénéficient de l’ouverture automatique du hayon soit au moyen de la clé de contact ou bien à l’aide de la poignée du coffre. De même, le cache bagage se relève automatiquement. Au quotidien, cette aide facilite énormément l’accès au coffre mais peu dans certains cas se révéler encore insuffisante. Dommage que Mercedes n’ait pas innover un peu plus sur ce système par exemple en proposant une commande « main libre » à l’image de ce que propose Volkswagen avec son Easy Open sur la nouvelle Passat.

Autre dispositif très pratique : le « Quickfold ». Derrière cet anglicisme se cache deux gâchettes permettant de rabattre les dossiers des sièges arrière depuis le compartiment à bagage. Une fois rabattu, on obtient une surface parfaitement plane offrant jusqu’à 1950 litres de chargement, cache bagage retiré.

Notre modèle est équipé du système de gestion de l’espace arrière optionnel. Ce dernier se compose de deux rails dans le plancher, de quatre supports coulissants, d’une double tige télescopique en aluminium et d’une sangle à enrouleur (voir nos photos). L’ensemble est rangé sous le plancher dont une partie dans une sacoche intégrant le mode d’emploi. Place à la pratique ! La mise en œuvre de ces accessoires se révèle très facile même sans avoir lu attentivement le manuel. Ainsi, il est possible très rapidement de personnaliser l’agencement du coffre en fonction de ses besoins. Nous avons pu par exemple utiliser la sangle sur le rail droit afin d’y accueillir un sac à dos et les deux barres télescopique pour maintenir des cartons au fond du coffre. Le système est simple et efficace, un exemple à suivre !

mercedes-e220cdi-break-37

Notez qu’une banquette deux places « dos à la route » installée dans le coffre est disponible en option ce qui porte ainsi le nombre de place assise à sept.

Enfin pour terminer ce chapitre, quelques mots sur le système audio et navigation. Notre modèle d’essai est équipe du COMAND APS qui se distingue de l’Audio 50 de série par la présence d’un disque dur intégré. Les fonctions sont très complètes avec la radio, la navigation, l’info trafic TMC, la téléphonie Bluetooth et un chargeur six CD ou DVD avec support mp3/wma. En option, un jeu de câbles situé dans la boite à gant permet de connecter un baladeur de type ipod ou un iphone mais aussi une clé USB. Ici aussi l’ergonomie est très soignée avec une commande via une molette située près de l’accoudoir central. La navigation dans les différents menus est simple et intuitive.

LIRE LA SUITE DE L’ESSAI :

Essai Mercedes Classe E 220 CDI Break : à conduire, budget

Essai Mercedes Classe E 220 CDI Break : bilan, photos