Essai Volvo C70 restylé D5 Summum Geartronic

Essai Volvo C70 D5 Summum Geartronic

Volvo C70 D5

Volvo C70 D5

Après une période hivernale 2009/2010 pour le moins interminable, rien de tel que les premiers rayons du soleil pour se remonter le moral au volant du coupé cabriolet C70 D5 fraîchement restylé.
Arrivé à maturité après ses quatre années de commercialisation, le C70 s’offre un restyling bien mérité qui amorce un avant-goût de S60.  Ce dernier affiche désormais un design plus moderne et bénéficie d’une remise à niveau de son intérieur.
Dès lors avec de telles modifications, le C70 remplit-il son cahier des charges ?

DESIGN :

Esthétiquement, le C70 se distingue toujours par sa ligne parfaitement équilibrée tant en version coupé qu’en configuration cabriolet grâce à l’utilisation de son toit rétractable en trois parties.

La face avant a été profondément retravaillée, avec un spoiler qui reprend les formes dynamique de la nouvelle S60 dont l’arrivée est désormais imminente. La face avant affiche désormais une profondeur tridimensionnelle plus marquée.

Volvo C70 D5

Volvo C70 D5

D’autre part les ailes avant ont été également redessinées et l’auto intègre de nouveaux blocs optiques qui assurent à la face avant une sportivité affirmée.

L’arrière, adopte quant à lui de nouveaux feux arrière à technologie diodes électroluminescentes du même type que celui du Volvo XC60.
Comme pour la partie avant certains détails ont été revus, comme ce nouveau bouclier qui offre un style plus dynamique.

Des nouvelles teintes sont désormais disponibles et le client pourra opter pour un des 7 choix de jantes en alliage proposés au catalogue.

En résumé, le restyling profite pleinement au C70, qui se veut plus dynamique que jamais tout en apportant une touche de modernité à l’ensemble.
C’est donc un sans faute que réalise le constructeur suédois sur le plan esthétique et qui devrait permettre de tenir la dragée haute à ses concurrents directs.

Volvo C70 D5

Volvo C70 D5

Enfin, notre version d’essai bénéficiait de la toute nouvelle teinte « Flamenco Red Pearl ».

A L’INTERIEUR :

Quelques détails intérieurs ont également été revus comme un nouveau dessin du tableau de bord qui se veut plus large et plus lisse. Sa surface présente une texture de meilleure qualité tactile et visuelle. La sellerie bénéficie quant à elle d’un nouveau type de cuir doux.

Le poste de conduite du C70 aspire d’emblée à un style épuré grâce à l’utilisation de la fameuse console centrale « flottante » en aluminium chère à Volvo.

Volvo C70 D5

Volvo C70 D5

La finition et la qualité d’assemblage ne souffrent d’aucun reproche et un sentiment de robustesse générale se dégage de l’habitacle.

Le conducteur trouve rapidement ses marques, le C70 préservant à son conducteur une bonne position de conduite.

L’ergonomie des différentes commandes ne souffrent pas la critique, exceptée celle de la commande de navigation. Effectivement, cette dernière située derrière le volant, réclame un temps d’adaptation et s’avère peu confortable d’utilisation dans les virages du fait de sa position sur le volant. D’autre part les différents sous-menus du système de navigation se montrent quelque peu compliqués obligeant le conducteur à quitter souvent la route des yeux. D’ailleurs il existe un mode « basique » et « avancé » des sous-menus mais l’un dans l’autre, vous n’aurez pas le droit à l’erreur sous peine de devoir repartir pour un tour gratuit de la manipulation.
Le système de navigation s’avère en outre très précis et indique la position des radars fixes lors de l’évolution sur le tracé.

Mention particulière pour le soin apporté aux différents signaux sonores, on se croirait à bord d’un avion tant les différents effets sonores sont plutôt « agréables » par rapport à ce qui se fait en général chez les autres constructeurs. Ces petits détails peuvent paraître futiles mais ils contribuent grandement à l’ambiance intérieure du véhicule.

Volvo C70 D5

Volvo C70 D5

En revanche, la présentation du combiné d’instrumentation manque de modernité dans sa présentation mais les indications sont claires et visibles de jour comme de nuit. L’ordinateur de bord placé dans l’odomètre offre également une bonne lisibilité et regroupe l’essentiel des informations de bord (consommation instantanée et moyenne, autonomie & l’ horloge).

L’habitabilité :

C’est en général le point sensible des cabriolets et sur ce point le constructeur suédois a réussi un tour de force en proposant une habitabilité correcte pour 4 adultes.
A l’avant on trouve quelques espaces de rangements comme les bacs de rangements dissimulés dans les contres-portes qui disposent d’un volet de fermeture. Tandis que quelques petits objets trouveront leur place dans l’accoudoir central. Malheureusement sa contenance ne permet pas de ranger une bouteille d’eau. Par conséquent il convient de privilégier plutôt les canettes pour les longs parcours qui trouveront leur place dans le porte-gobelet situé près du frein à main. A noter que les passagers arrière disposent également d’un porte-gobelet central.

Volvo C70 D5

Volvo C70 D5

A l’arrière, les passagers disposent de suffisamment de place pour voyager dans de bonnes conditions.

Du coupé au cabriolet :

Il vous suffit d’une impulsion continue sur la commande d’ouverture pendant environ 30 secondes afin de débarrasser le C70 de son couvre-chef. La manipulation est entièrement électrique mais n’est autorisée qu’à l’arrêt.

Le cabriolet une fois ouvert, les remous aérodynamiques sont plutôt bien maîtrisés à l’avant et pourtant nous ne disposions pas de filet anti-remous. En revanche les passagers arrière seront rapidement décoiffés.

Toit fermé, la capacité du coffre atteint 404 dm3 et se trouve amputée de moitié lorsque le C70 roule à toit ouvert. Cependant le volume de chargement permet de voyager avec quelques bagages une fois le volet de sécurité rabattu à l’intérieur de la malle.

Volvo C70 D5

Volvo C70 D5

Par contre, un bon conseil : ne relâchez pas votre vigilance lorsque vous souhaitez accéder au coffre. Effectivement le faible degré d’ouverture du hayon rend ce denier dangereux lors du chargement et déchargement au moment de relever la tête.

EQUIPEMENT :

La dotation d’équipement sur cette version Summum est pour le moins princière : commande impulsionnelle des clignotants, air conditionné automatique bizone, jantes alliage 17 pouces, l’alarme, la sellerie cuir, ordinateur de bord, essuie-glaces à détecteur de pluie, peinture métallisée, phares bi-xénon, régulateur de vitesse, rétroviseur intérieur électrochrome, rétroviseurs extérieurs rabattables électriquement.

Notre C70 disposait de l’option de surveillance anti-angle mort BLIS“.
En pratique, ce système s’avère très utile au quotidien. Il permet de vous indiquer la présence d’un véhicule se trouvant dans l’angle mort de la voiture par l’illumination d’une led orange placée à l’intérieur de l’habitable au niveau des rétroviseurs. Fort regrettable que cette option soit facturée 500 euros.

Volvo C70 D5

Volvo C70 D5

En conclusion, le niveau d’équipement de la C70 ne souffre pas à la critique. On pourrait juste lui reprocher de ne pas disposer du dispositif très en vogue chez ses concurrents : le chauffe- nuque.

TENUE DE ROUTE :

Le C70 dispose d’un train avant de type pseudo Mc Pherson et d’un essieu arrière multibras. L’empattement long et les voies larges de l’auto permettent une bonne stabilité dans les virages.
Les suspensions préservent les occupants d’un bon confort.
Revers de la médaille : le comportement routier se révèle assez débonnaire pour ne pas dire pataud lorsque le rythme s’accélère.
Moralité : le C70 n’apprécie guère les conducteurs sportifs et se prête plus volontiers aux balades tranquilles mais pas paresseuses pour autant. D’ailleurs le C70 met d’emblée en confiance dès que l’on évolue sur les tronçons d’autoroutes ou au contraire sur les petites départementales où la rigueur générale de son châssis ne souffre pas la critique.

Par contre, la vigilance est de mise au moment des créneaux, car le C70 est dépourvu de détecteurs d’obstacles à l’avant (disponible uniquement à l’arrière).

Freinage :

Question freinage, le C30 rassure par ses distances d’arrêt qui se veulent satisfaisantes avec une distance d’arrêt de 38 mètres pour stopper le véhicule à 100 km/h. On pourra juste reprocher un anti-patinage un peu lent à intervenir et une tendance à devoir plonger sur les freins, ces derniers manquant un peu de progressivité.

Volvo C70 D5

Volvo C70 D5

MOTORISATION:

Le D5  d’une cylindrée de 2 401 cm3 est bloc bien connu chez Volvo. Il s’agit d’un cinq cylindres développant une puissance de 180 ch à 4 000 tr/min et un couple appréciable de 350 Nm à 2 000 tr/min.

Ainsi motorisé, le C70 affiche des performances convenables pour l’usage auquel il se destine, avec une vitesse de pointe annoncée pour 220 km/h et le 0 à 100 km/h réalisé en 9,5 secondes.

Sur route, les mots d’ordre sont :  douceur et confort. Malgré ses 180 ch, le C70 se révèle plus à son aise en mode balade qu’en mode dynamique. Sans affoler les chronomètres, il permet d’envisager de longs parcours dans de bonnes conditions.

Par contre, dès que l’utilisation se fait plus dynamique le moteur doit composer avec deux paramètres non négligeables qui sont : le poids de l’auto de plus 1,7 tonne et le manque de réactivité de la transmission automatique à cinq rapports.

Si cette dernière ne souffre pas la critique en usage normal, elle est rapidement dépassée lorsque vous adoptez une conduite dynamique.

Les accélérations sont toniques et le couple du moteur permet de réaliser des dépassements dans de bonnes conditions. D’autre part la sonorité du moteur à pleine charge s’avère bien travaillée grâce à l’utilisation de la double sortie d’échappement.

CONSOMMATION :

Avec une moyenne normalisée annoncée par le constructeur à 7,3 L/100km et un rejet de CO2 situé à 193 g/km, le C70 ne peut échapper au malus de 750 euros. A noter que ce moteur sera prochainement remplacé par un D4 de 177 Ch répondant aux normes Euro 5. Ce dernier offrira entre autre l’avantage d’échapper au malus écologique.

Nous avons établi une consommation moyenne de 8,1 L/100km sur un parcours mixte tout en adoptant une conduite normale.  Le C70 n’est donc pas un modèle de sobriété mais sa  consommation demeure raisonnable dans l’absolu aux regards du poids conséquent de l’auto.

L’autonomie grâce à son réservoir d’une contenance de 60 litres s’avère appréciable avec plus de 800 km (indication annoncée par l’ordinateur de bord).

SECURITE :

Comme toute Volvo qui se respecte, le conducteur dispose d’une armada technologique en terme d’équipements de sécurité tels que : le correcteur électronique de trajectoire DSTC, répartiteur et assistance au freinage d’urgence EBA, système de protection contre le coup du lapin en cas de retournement WHIPS, airbags conducteur et passager, airbags latéraux et passager SIPS-BAG.
D’autre part, le C70 est pourvu du système ROPS de protection en cas de retournement. Celui-ci est composé d’airbags protégeant la tête, de ceintures avant et arrière actives à prétensionneurs à commande pyrotechnique avec 3 points d’ancrage et des arceaux de sécurité. Le système ROPS est activé par un capteur gyroscopique. En cas de retournement des arceaux de sécurité se déploient  à travers la lunette arrière si le toit est relevé. Des petites pointes métalliques brisent la vitre afin d’assurer une protection optimale.

Enfin, l’absence de toit fixe est compensée par des renforts structurels.

CONCLUSION :

A condition de mettre de côté toute velléité sportive, ce C70 cumule de bons points. Confortable et agréable à vivre, il permet de se balader à 4 personnes dans d’excellentes conditions. Dans sa version D5, le C70 se montre suffisamment motorisé et devient le compagnon idéal des balades en bord de mer. Enfin son restyling réussi et son haut niveau de sécurité active et passive peuvent s’avérer comme deux vecteurs de séduction supplémentaires.

Volvo C70 D5

Volvo C70 D5

Ce que nous avons aimé :

  • Restyling réussi,
  • Cohérence de la ligne coupé/cabriolet,
  • Confort de suspension,
  • Véritable 4 places,
  • Niveau de sécurité,
  • Performances correctes.

Ce que nous avons moins aimé :

  • GPS peu convivial,
  • Absence de radar avant,
  • Système de chauffe-nuque indisponible,
  • L’accès au coffre (degré d’ouverture insuffisante).

A lire également :

Essai Volvo C70 2.0 D Powershift

Texte et photos : Olivier Sibani

Données techniques : Volvo C70 D5 -  Geartronic180 Ch
Cylindrée : 2 401 cm3

Puissance fiscale : 11 CV

Malus : 750 euros

Puissance DIN : 180 Ch à 4 000 tr/min

Couple maxi : 350 nm constant de 2 000 tr/min à 2 750 tr/m
Transmission automatique : 5 rapports
Poids à vide : 1 757 Kgs
Capacité du réservoir : 60 litres
Périodicité d’entretien : 30 000 kms

Performances chiffrées constructeur :
- 0 à 100 km/h : 9,5 secondes

- Vitesse maximale : 220 km/h

- Freinage à 100 km/h : 38 mètres
Consommations chiffrées constructeur :

- Urbaine : 10,1 L/100km

- 
Extra urbaine : 5,7 L/100km

- Mixte : 7,3 L/100km

Emission de CO2 (g/km) : 193 (malus : 750 euros)

Moyenne enregistrée lors de notre essai :
Parcours mixte : 8,1 L/100km

TARIF :

Volvo C70 D5 Summum Geartronic : 44 310 euros

Tarif de notre version d’essai : 44 810 euros

Options du véhicule d’essai :

- Blis : 500 euros