Volkswagen Coccinelle Sport 2.0 TSI 200

Volkswagen Coccinelle Sport 2.0 TSI 200

Après une carrière plutôt longue mais mitigée en France, la New Beetle laisse place à la nouvelle Coccinelle. Cette Volkswagen Coccinelle revient aux origines et gagne du muscle, surtout dans cette version qui pourrait s’appeler GTI !

Le style de cette Coccinelle s’annonce comme “nouveau”, avec une volonté de recréer l’original. Pour gagner en dynamisme, la Coccinelle adopte un pare-brise plus vertical, un toit plat comme son ancêtre et des voies élargies. A l’avant le capot plus long est moins arrondi, et les optiques peuvent fonctionner au xénon avec des LED pour les feux de jour.

Volkswagen Coccinelle Sport 2.0 TSI 200

Volkswagen Coccinelle Sport 2.0 TSI 200

A l’arrière cette version Sport se démarque par une double sortie d’échappement et un becquet arrière. Elle reçoit des jantes 18″ en série avec le moteur TSI 200, mais peut accueillir de grandes jantes 19″ optionnelles comme ce modèle d’essai. La Coccinelle Sport se démarque également par des rétroviseurs noir laqué, des joncs chromés et aluminium sous les vitres latérales et dans le bouclier avant.

Plus virile, cette Coccinelle devrait séduire cette fois-ci un public également masculin !

Volkswagen Coccinelle Sport 2.0 TSI 200

Volkswagen Coccinelle Sport 2.0 TSI 200

A l’intérieur les gênes Cox sont au rendez-vous avec une planche de bord spécifique. En finitions Vintage et Sport la façade de la planche de bord, les branches du volant et le haut des contre-portes reprennent la teinte de la carrosserie. Ces deux niveaux supérieurs profitent aussi d’une seconde boîte à gants qui s’ouvre vers le haut, comme sur la toute première Coccinelle ! L’habitacle évolue également avec un pare-brise moins plongeant, et une position de conduite plus sportive.

On ne confondra pas cet intérieur avec celui d’une Golf ! Le charme opère, notamment avec les éléments blanc laqué de cette version.

Volkswagen Coccinelle Sport 2.0 TSI 200

Volkswagen Coccinelle Sport 2.0 TSI 200

Aux places avant les sièges sont confortables, avec un bon maintien latéral dans cette version avec sellerie cuir optionnelle. L’habitabilité progresse aux deux places arrière, mais l’espace aux jambes demeure mesuré. Les deux places arrière rappellent un peu celles du coupé Volkswagen Scirocco. Notez aussi sur la photo ci-dessous les sangles qui facilitent l’accès à l’arrière, autre clin d’oeil à la première Cox !

Volkswagen Coccinelle Sport 2.0 TSI 200

Volkswagen Coccinelle Sport 2.0 TSI 200

Le volume du coffre est en hausse, avec désormais 310 litres contre 209 litres précédemment. La capacité grimpe à 905 litres en rabattant les dossiers des sièges arrière. Désormais la Coccinelle se situe donc entre une Polo et une Golf, et revendique un volume bien supérieur à celui d’une citadine.

Volkswagen Coccinelle Sport 2.0 TSI 200

Volkswagen Coccinelle Sport 2.0 TSI 200

A conduire

La Coccinelle est une traction, dont la motricité est améliorée en version TSI 200 par le différentiel électronique XDS. Le blocage de différentiel électronique fait appel au freinage pour empêcher la roue intérieure de patiner. C’est donc davantage un élément pour la sécurité que pour utiliser pleinement la puissance en virage. Le moteur 2.0 TSI délivre 200 ch à 5100 tr/min et un couple de 280 Nm de 1700 à 5000 tr/min. Cette extraordinaire souplesse est encore plus appréciable avec l’excellente boîte DSG à 6 rapports. Cette boîte à double embrayage propose un mode séquentiel avec palettes au volant, et jongle d’un rapport à l’autre avec une rapidité étonnante.

Volkswagen Coccinelle Sport 2.0 TSI 200

Volkswagen Coccinelle Sport 2.0 TSI 200

Cette Coccinelle TSI 200 pèse 1439 kg, mais se révèle agile et maniable. Son train arrière est spécifique à cette version, il est tiré de la Golf 6, alors que les autres modèles reprennent un système venu de la Polo.

Avec son châssis sport et sa monte optionnelle, la nouvelle Coccinelle TSI 200 s’est révélée ferme surtout à basse vitesse. Elle parvient malgré tout à faire preuve de confort à vitesse de croisière.

Côté performances cette compacte accroche les 223 km/h en vitesse de pointe et abat le 0 à 100 km/h en 7,5 s. Des performances digne d’une Golf GTI dont elle reprend le moteur de la cinquième génération.

Budget

Au sommet de la gamme, cette Volkswagen Coccinelle Sport 2.0 TSI 200 à boîte DSG est facturée 27930 euros. A motorisation égale, un Scirocco Sportline est affiché à 31090 euros !

La Coccinelle est donc la Volkswagen la moins chère motorisée par un moteur de 200 ch avec boîte DSG : c’est une bonne affaire.

L’équipement de série de la Volkswagen Coccinelle Sport est très complet, même s’il reste de nombreuses options possibles ainsi que de la personnalisation avec des accessoires dédiés.

Volkswagen Coccinelle Sport 2.0 TSI 200

Volkswagen Coccinelle Sport 2.0 TSI 200

Au programme de la finition Sport la Coccinelle est dotée des équipements suivants : climatisation automatique bi-zone, essuie glace automatique, éclairage d’ambiance intérieur, accoudoir central à l’avant, applications Carbon Fiber, ordinateur de bord grand écran, système audio RCD 510 8 haut-parleurs, seuils de portes en aluminium, volant cuir multifonction, sièges avant sport, pack chrome intérieur, projecteurs antibrouillard avec éclairage d’intersection, régulateur de vitesse, tapis de sol textile…

Parmi les options du véhicule présenté dans cet essai il y a la surmonte 19″ facturée 715 euros, le GPS proposé à partir de 492 euros, l’aide au stationnement avant et arrière à 410 euros ainsi que la sellerie cuir ( proposée notamment dans un pack B-Classy à 2150 euros.

Lors de notre essai la consommation ne sera pas descendue sous la barre des 10L/100 km. En usage sportif elle grimpe très facilement à 15 L.

Cette année ou l’année prochaine, l’acheteur d’une Coccinelle TSI 200 DSG devra s’acquitter d’un malus écologique de 750 euros, ajouté aux 12 chevaux fiscaux de la carte grise. A 2 g près, cette version échappe à la nouvelle tranche de 1100 euros du malus 2012 !

LIRE LA SUITE DE L’ESSAI :

Essai Volkswagen Coccinelle TSI 200 DSG Sport : bilan, galerie photo


Mots clés pour ce billet :