Honda CR-V Exclusive Navi 2.2 i-DTEC 150 BVA
La quatrième génération de Honda CR-V arrive déjà : le cycle de renouvellement de ce SUV est de 5 à 6 ans seulement. Plus musclé au niveau du style, le nouveau CR-V reste néanmoins dans la lignée du précédent modèle, y compris dans sa philosophie. Il doit pour l’instant composer avec un seul moteur diesel de 150 ch, mais propose une multitude de niveaux de finition.

Un style plus dynamique

Produit en Angleterre, le nouveau Honda CR-V adopte un style qui ne déroutera pas les possesseurs de la troisième génération. Contre toute attente le gabarit n’est pas en hausse puisque la longueur perd 5 mm et la hauteur 30 mm.
Le design est plus affirmé, avec des lignes tranchées très à la mode en ce moment.
De profil, l’arrête qui court sous les poignées de portes peut rappeler les SUV BMW.
Honda CR-V Exclusive Navi 2.2 i-DTEC 150 BVA
Notre modèle d’essai de distingue par de nombreux équipements, comme le becquet arrière, les marche-pied latéraux, et les jantes alliage 19 pouces biton. Il s’agit de deux packs optionnels : le pack Orion et le pack Optimum.

Dans l’habitacle également, l’évolution est très visible avec une planche de bord moderne qui rend l’ancienne version désuette. La qualité de finition est tout à fait honorable, même si elle n’impressionne pas particulièrement. Dans le détail la présentation souffre d’un manque de soin apporté aux détails, comme une longue tige au niveau des compteurs pour remettre à zéro le kilométrage journalier.

Les places avant sont confortables, et on s’y sent très vite à l’aise pour parcourir de grandes distances.
Honda CR-V Exclusive Navi 2.2 i-DTEC 150 BVA
A l’arrière, la banquette magique permet de facilement rabattre les dossiers arrière. Mais la fonctionnalité de l’assise relevable vue sur la Civic notamment n’est pas au rendez-vous.
En version haute Exclusive Navi, l’ouverture du hayon est motorisée. Le coffre est très logeable : ce CR-V peut prétendre partir en vacances avec une famille de 5 personnes.
Honda CR-V Exclusive Navi 2.2 i-DTEC 150 BVA

A conduire : un comportement digne d’une berline

En diesel, seul le moteur 2.2 i-DTEC déjà connu de l’ancien CR-V est proposé. Il revoit ses émissions de CO2 à la baisse : elles tombent de 171 g à 149 g en boîte manuelle. La consommation chute de 6,5 L à 5,6L. Pour y parvenir, Honda a joué sur l’aéro, a installé une direction assistée électrique, des protections de soubassement…
Le mode Econ peut encore permettre d’économiser 19%, mais réduit les performances en jouant sur la réponse à l’accélération.
Ce moteur diesel de 150 ch est disponible avec boîte manuelle ou boîte automatique. Ici avec la boîte automatique et la transmission intégrale, les rejets de CO2 grimpent à 180 g.
La boîte automatique à 5 rapports s’accomode bien du bloc diesel mais privilégie une douceur de fonctionnement avant tout. Quoiqu’on en dise, cela correspond à l’esprit du CR-V, efficace mais familial avant tout.
Honda CR-V Exclusive Navi 2.2 i-DTEC 150 BVA
En version haute, seule la transmission 4×4 est proposée. Une version traction 4×2 est vendue avec la finition d’entrée de gamme, et ce avec le 2.0 essence de 155 ch uniquement.

La transmission intégrale est non permanente. Elle a été revue, avec un système à gestion électronique plus léger de 16,3 kg et plus réactif que l’ancien viscocoupleur hydraulique. Le Honda CR-V est avant tout conçu pour un usage routier et autoroutier, ce n’est pas un franchisseur de vocation.

Honda CR-V Exclusive Navi 2.2 i-DTEC 150 BVA

En adoptant des matériaux haute résistance, le nouveau CR-V gagne en rigidité. Le comportement routier est d’un très bon niveau pour un SUV. Et le point sur lequel de nombreux SUV se cassent les dents est également une bonne surprise : la direction assistée électrique est très bien calibrée : c’est une réussite. Un élément que peut lui envier le Mazda CX-5, dont la précision est moins évidente.

Budget

La version d’entrée de gamme essence sera proposée à 21900 euros prix remisé avec aide à la reprise lors d’une campagne de communication. Le prix catalogue est de 25150 euros pour ce moteur essence de 155 ch avec la finition Comfort.
En diesel, on passe tout de suite à 30650 euros avec le moteur diesel 2.2 i-DTEC et la transmission intégrale et la même finition Comfort. Ce premier niveau comprend de série la climatisation automatique bi-zone, le régulateur de vitesse, les jantes alliage 17 pouces, la banquette arrière magique, l’ordinateur de bord, les quatre vitres électriques, le système audio CD MP3, l’assistance au démarrage en côte…
Honda CR-V Exclusive Navi 2.2 i-DTEC 150 BVA
Pour 2250 euros de plus, la finition Elegance s’enrichit des radars de stationnement avant et arrière, de la caméra de recul, du
système d’alarme, du kit mains libres bluetooth, des phares avant anti-brouillard, du volant cuir, des rétroviseurs qui se rabattent électriquement, de 6 haut-parleurs au lieu de 4, des capteurs de pluie et de luminosité, du seuil de coffre en aluminium, de la ventilation arrière, et du rétroviseur électrochrome. Pas d’option navigation : le GPS nécessite de passer sur le CR-V Elegance Navi pour 1500 euros de plus.
Mais ces trois niveaux de finitions ne sont pas seuls : viennent encore les finitions Executive, Executive Navi, Exclusive Exclusive Navi et Innova ! Toujours avec le même moteur diesel, les tarifs grimpent ainsi jusqu’à 40950 euros.

Avec la boîte automatique et la transmission intégrale, le Honda CR-V de cet essai est concerné par un malus de 750 euros en France. A partir de 2013, ce montant sera ensuite doublé.
Honda CR-V Exclusive Navi 2.2 i-DTEC 150 BVA

LIRE LA FIN DE L’ESSAI :

Essai nouveau Honda CR-V 4WD 2.2 i-DTEC : conclusion, galerie photos


Mots clés pour ce billet :

Une réponse à Essai Honda CR-V Exclusive Navi 2.2 i-DTEC 150 BVA

  • J’ai toujours aime les courbes des véhicules Honda, je leur trouve une agressivité particulière et largement séduisante ! Chapeau Honda !