Les secrets des moteurs Puretech de Citroën et Peugeot

Les secrets des moteurs Puretech de Citroën et Peugeot

Peugeot et Citroën sont en train d’enterrer discrètement les anciens blocs 4 cylindres XU essence qui ont équipé un nombre presque incalculable de modèles depuis les années 80.

Des années d’études ont été nécessaires pour développer les nouveaux moteurs 3 cylindres baptisés Puretech.

Le plus petit 3 cylindres dispose d’une cylindrée de 999 cm3, et développe une puissance de 68 ch.

Il est actuellement disponible au catalogue sur une Peugeot 208 à partir de 12050 euros ( finition Access en 3 portes ), ou sur une Citroën C3 Attraction VTI 82 affichée à 13900 euros.

Avec 1,2 L, l’évolution atmosphérique du bloc Puretech permet de disposer de 82 ch, soit 14 ch de plus que dans la version1.0 VTI. Ce 82 ch est proposé sur C3 (14300 euros en finition Attraction ) et 208 ( 14900 euros pour une 208 Active 3 portes ), mais aussi sur la DS3 en moteur d’entrée de gamme ( 15800 euros en finition Chic).

Le domnsizing opéré ici permet d’obtenir la puissance de moteurs 4 cylindres d’une cylindrée supérieure de 25%. Autre avantage : le poids. le 1.2 VTI pèse 21 kg de moins que l’ancien bloc 1.4 de 75 ch. Le gain de poids permet de faire baisser la consommation et les émissions de Co2, mais aussi de réduire le poids situé sur le train avant, ce qui peut profiter à l’agrément de conduite.

En consommation, les progrès sont évidents avec une moyenne mixte homologuée à 4,3 L pour des rejets de Co2 de 99 g avec le 1.0 VTI 68 ch. Cela permet aux acheteurs français de bénéficier d’un bonus écologique de 200 euros.
Même bonus pour une 208 VTI 82 homologuée à 104 g pour 4,5 L de conso mixte.
Techniquement PSA annonce de nombreuses innovations sur cette nouvelle famille de moteurs, avec déjà 52 brevets déposés. Par exemple, pour que le moteur atteigne plus vite sa température de fonctionnement, la culasse et le bloc-cylindres sont refroidis au démarrage par des circuits séparés.
Pour réduire le poids, la fonderie a été étudiée de très près. Le support moteur supérieur, le collecteur d’échappement et le module de sortie de refroidissement sont intégrés à la culasse.

Distribution avec 2 arbres à cames en tête, 4 soupapes par cylindre, calage hydraulique variable en continu, et même arbre d’équilibrage contra-rotatif sur la version VTI 82 : on est loin de faire face à de simples 3 cylindres.

Ailleurs dans le monde, la nouvelle Citroën C-Elysée propose une autre déclinaison VTI 72 ch.
Mais l’histoire ne s’arrêtera pas là puisque ces moteurs 3 cylindres atmosphériques seront bientôt rejoints par une déclinaison turbocompressée de 110 ch. Cette version sera inaugurée par le Peugeot 2008 lancé au printemps.

Les secrets des moteurs Puretech de Citroën et Peugeot