ESSAI-JEEP-WRANGLER-3,6L-00

C’est durant la seconde guerre mondiale que la première Jeep a pointé le bout de sa calandre, plus précisément en juillet 1940. A cette époque l’armée américaine était à la recherche d’un véhicule de reconnaissance léger tout terrain avec pare-brise repliable et capable d’évoluer en douceur à faible vitesse. Plus de soixante ans après, la marque Jeep s’est forgée une fameuse réputation sur le segment des véhicules 4×4.

Si les avant-postes du marché des 4×4 sont monopolisés en grande partie par les SUV de loisirs en édulcorant le propos, la Jeep Wrangler peut sortir du lot.

DESIGN :

Digne descendant du modèle « Original », la Jeep Wrangler cultive son look atypique et un aspect pour le moins rustique. Mais c’est également ce qui fait son charme.

ESSAI-JEEP-WRANGLER-3,6L-01

Immédiatement reconnaissable, avec sa célèbre calandre percée des sept écopes oblongues héritées de la Willys et ses inimitables projecteurs ronds , la Jeep Wrangler arbore une physionomie joviale qui suscite la sympathie.

Notre version d’essai en finition Sahara se couvre d’un hard-top avec lunette arrière dégivrante. Ce Hard top modulaire fait partie du pack Freedom Top.

La Jeep Wrangler s’offre également les services de jantes aluminium 18 pouces, des marchepieds et des antibrouillards.

D’autres accessoires d’origine Jeep sont proposés au catalogue et peuvent rajouter un supplément d’âme au modèle comme : une calandre chromée, des enjoliveurs de rétroviseur chromés ou bien des marchepieds chromés.

Enfin, si la roue de secours fixée sur l’ouvrant extérieur renforce le côté baroudeur, il convient de rappeler que c’est toujours plus sécurisant qu’un simple kit de réparation comme c’est désormais systématiquement imposé par les constructeurs.

ESSAI-JEEP-WRANGLER-3,6L-02

Pour conclure ce chapitre, nous dirons que le Jeep Wrangler arbore une physionomie joviale qui suscite la sympathie.

VIE A BORD :

Plusieurs niveaux de finitions sont disponibles dans la gamme Wrangler : Sport, Sahara, Rubicon et les séries spéciales Artic, Spéciale XIII et Spéciale Mountain. Mais seulement deux seules finitions sont disponibles avec la motorisation 3,6L Pentastar : Sahara et Rubicon.

Dans les deux cas, la dotation d’origine est plutôt d’un bon niveau pour un 4×4 pur et dur : ABS, Airbag frontaux et latéraux, climatisation automatique, Bluetooth, ordinateur de bord, pack électrique et volant gainé de cuir.

La présentation est plutôt flatteuse, même si le tableau de bord au demeurant anguleux est fidèle aux qualités que Jeep entend véhiculer : solidité et fonctionnalité.

ESSAI-JEEP-WRANGLER-3,6L-09

L’ergonomie des différentes commandes est en outre plutôt bonne. Les commandes sont simples et efficaces tandis que la relative richesse d’équipement fait le reste.

Notre version d’essai disposait en option du Pack Cuir et Navigation intégrant : la sellerie cuir avec fonction sièges chauffants à l’avant ainsi que le système de Navigation avec la carte Europe.

ESSAI-JEEP-WRANGLER-3,6L-04

Equipé d’un écran tactile où toutes les fonctions audio et GPS sont faciles à appréhender. La saisie de destination se fait aisément, toutes les commandes sont fonctionnelles : un bon point.

La position de conduite  très haute est probablement un des points forts du véhicule.

Avec une hauteur sous pavillon de 1 048 mm, même les personnes de très grande taille se sentiront fort à leur aise. De même les occupants arrière voyageront dans un espace de vie très correct.

A CONDUIRE :

La Jeep Wrangler repose sur un châssis rectangulaire en acier avec longerons de châssis hydroformés.

Des différentiels BLD (Brake Lock Differentials) ont été intégrés à l’algorithme de  stabilisation ESP (Electronic Stability Program), une première sur la Jeep Wrangler.

Ces différentiels appliquent une force de freinage sur les roues en mouvement afin d’améliorer la traction dans les conditions d’évolution les plus dégradées.

Un ensemble particulier de valeurs BLD a été calibré pour les contraintes du tout-terrain et s’active automatiquement en mode 4WD Low.

L’ensemble de la gamme Wrangler et Wrangler Unlimited est équipé de série du programme ESP (Electronic Stability Program). Ce système antidérapage est particulièrement utile dans les situations d’évitement. Le programme ESP permet au conducteur de conserver la stabilité directionnelle du véhicule en effectuant un contrôle sélectif sur le freinage et le moteur dans les limites de la traction disponible afin de maintenir le véhicule sur la trajectoire voulue.

ESSAI-JEEP-WRANGLER-3,6L-08

Le système ESP pour les gammes Wrangler comprend le freinage assisté BAS (Brake Assist System), le contrôle de traction TCS (Traction Control System), les BLD et le contrôle antiroulis ERM (Electronic Roll Mitigation).

Le système ESP de la Jeep Wrangler dispose de trois modes : activé (Full on), désactivé (Full off) et partiellement activé (partial on), le premier étant le mode par défaut au démarrage du moteur.

Ce système d’ESP offre les avantages suivants :

Mode ESP Avantage (FULL ON) :

Freinage et contrôle moteur sélectif pour maintenir le véhicule dans la trajectoire désirée. Systèmes ERM et TCS disponibles à tout moment.

PARTIAL ON (partiellement activé) :

Système TCS désactivé et seuil plus élevé d’intervention de l’ESP. Systèmes ERM et BLD disponibles à tout moment.

FULL OFF (désactivé) :

Les systèmes ESP et ERM sont désactivés. Les BLD sont disponibles. Parfait pour les activités hors pistes où le blocage des roues est préférable.

Avec une garde au sol de 269 mm, la Jeep Wrangler est surtout à l’aise hors des sentiers battus.

En revanche, sur route, la voiture, lourde et au centre de gravité haut perché, fait preuve d’une moins grande aisance.

ESSAI-JEEP-WRANGLER-3,6L-07

Si la majorité des SUV de la production actuelle est fort bien adaptée pour les longues distances, le domaine de prédilection de cette Jeep c’est bel et bien le tout terrain.

A noter également, que les modèles Wrangler disposent d’une boîte de transfert de seconde génération Command-Trac NCV241 en prise temporaire avec un rapport de réduction de 2 :72 :1 en gamme courte.

Pour améliorer la rigidité structurelle et l’étanchéité, la transmission principale est fixée par dix-huit boulons soit deux fois plus que les précédentes générations.

 

Enfin, le système de freinage de cette Jeep Wrangler ne présente guère de faiblesse en usage quotidien.

MOTORISATION :

Le nouveau moteur 3,6 l V6 Pentastar et sa boîte de vitesses automatique à 5 rapports remplace avantageusement les performances de l’ancien moteur 3,8 L avec une baisse des consommations et des émissions de CO2 (- 5 %) pour plus de puissance (+ 42 %) et plus de couple (+ 10 %) que l’ancien moteur 3,8 l V6.

ESSAI-JEEP-WRANGLER-3,6L-06

Le design du moteur comprend un DACT, un faible angle de soupapes et de culasse ainsi que des ports d’admission et d’échappement à grand débit. Jumelé au double phasage indépendant des cames, ce design apporte une efficacité optimale en termes de volume et de combustion, peu importe le régime ou la charge, ce qui donne un couple constant de 1 600 tr/min à 6 400 tr/min.

Associé à une transmission automatique séquentielle à 5 rapports, l’algorithme de programmation adapté au conducteur détecte le style de conduite et ajuste le passage des vitesses automatiquement.

Cette boîte de vitesse permet d’alterner conduite en mode tout automatique et usage du sélecteur de vitesse, qui ponctuent chaque rétro-gradage d’un coup de gaz automatisé pour le moins réjouissant.

Les performances sur le papier sont honorables, avec le 0 à 100 km/h abattu en 8,1 secondes et une vitesse de pointe annoncée par 180 km/h.

A l’usage, le nouveau bloc Pentastar joue plutôt la carte de l’agrément à celle des performances de GTI, ce n’est d’ailleurs pas la vocation d’un tel engin. Cependant, avec 289 chevaux sous le capot,  nous sommes un peu déçus par les performances quelconques de l’auto sur route.

D’autant que la transmission automatique à 5 rapports d’un autre temps est énergivore et  les passages de vitesses sont lents.

ESSAI-JEEP-WRANGLER-3,6L-05

BUDGET :

Affiché à partir de 35 300 euros dans sa finition SAHARA, la Jeep Wrangler offre un rapport tarif/dotation plutôt compétitif.

Cependant, l’auto doit composer avec deux handicaps financiers : son malus de  2 600 euros et un certain penchant pour le super 98.

ESSAI-JEEP-WRANGLER-3,6L-03

Lors de notre essai,  nous avons réalisé avec une moyenne constatée à 16,1 L/100 km.

D’autant plus regrettable que la motorisation Pentastar est à la base conçue pour fonctionner avec de l’éthanol E85. Le hic, c’est que seule la Jeep Grand Cherokee est compatible avec ce carburant à l’instar de notre Jeep Wrangler.

LIRE LA SUITE DE L’ESSAI :

Essai Jeep Wrangler Sahara 3,6L V6 : conclusion, galerie photos


Mots clés pour ce billet :