Essai BMW M235i Cabriolet : décapotage maîtrisé

Essai BMW M235i Cabriolet

Essai BMW M235i Cabriolet

Quitte à tester la nouvelle BMW Série 2 Cabriolet, pourquoi ne pas s’orienter sur la version M235i ? Sur le parking de l’aéroport d’Ajaccio, nous jetons notre dévolu sur ce nouveau cabriolet propulsé par un 6 cylindres en ligne essence, le tout mis en valeur par une robe bleu Estoril.

 

Esthétiquement, la Série 2 Cabriolet est dynamique et très équilibrée. La capote en toile est proposée en trois coloris : noir, anthracite à reflets argentés et marron à reflets argentés. Par rapport aux versions classiques Lounge, Sport, et Luxury, les versions M Sport et M235i sont dotées du pack aérodynamique M avec des boucliers spécifiques. Le bouclier avant est sculpté avec de larges prises d’air qui ajoutent un côté plus sportif. Etriers de freins bleus, jantes alliage et coques de rétroviseurs peints dans une teinte Ferric Grey, double sortie d’échappement : la M325i Cabriolet bénéficie d’une présentation efficace mais pas extravagante.

 

Essai BMW M235i Cabriolet

Essai BMW M235i Cabriolet

Il ne faut pas longtemps pour décapoter la remplaçante de la série 1 : tout juste 20 secondes. En revanche, pour installer le saute-vent, nous n’avons heureusement pas utilisé de chronomètre. La manipulation est évidemment plus longue la première fois…

 

Heureusement, une fois installés à bord, la Série 2 Cabriolet va vite nous permettre de rattraper le temps perdu avec une mécanique bouillonnante.

La M235i Cabriolet reprend avec bonheur le 6 cylindres en ligne vu sous le capot des M135i depuis 2012 ( avec 320 ch avant le restyling ) et M235i Coupé. Ce 6 cylindres Twin Power Turbo développe 326 ch, comme sur la Série 3 restylée 340i.

Essai BMW M235i Cabriolet

Essai BMW M235i Cabriolet

 

Plus lourde de 225 kg que le coupé, la M235i cabriolet marque logiquement le pas en performances. Le 0 à 100 km/h est réalisé en 5,0 s, soit deux dixièmes de plus que la M235i coupé. Les performances restent suffisantes pour atomiser une file de voitures lors d’un dépassement, le niveau est très élevé ! A titre de comparaison, sa principale rivale l’Audi S3 Cabriolet forte de 300 ch réalise le 0 à 100 km/h en 5,4 s, soit quatre dixièmes de plus. Elle est pourtant équipée d’une transmission intégrale qui favorise ce genre d’exercice.

Particulièrement rapide, la boîte de vitesses automatique à 8 rapports d’origine ZF participe au plaisir de conduire.

 

L’efficacité du fameux saute-vent est excellente, et les remous sont parfaitement maîtrisés. De quoi permettre de rouler avec les vitres baissées même à des vitesses dépassant les 100 km/h sans être gêné.

Comme le coupé Série 2, la Série 2 Cabriolet dispose du même tableau de bord que la Série 1. La qualité de finition est digne d’une voiture premium, heureusement me direz-vous à ce niveau de prix. La dernière génération des systèmes de navigation BMW vient encore d’évoluer avec une possibilité de mise à jour sans fil, directement par la carte SIM intégrée.

Planche de bord M235i Cabriolet

Planche de bord M235i Cabriolet

Avec la capote en place, le niveau d’insonorisation fait un bond en avant. Le niveau de bruit est presque divisé par 4 à l’avant, et par plus de 4 à l’arrière ( – 7dB ).

BMW a amélioré les aspects pratiques avec une zone d’accès au coffre plus large de 35 mm, et un volume supérieur. La capacité passe de 305 L à 335 L quand la Série 2 cabriolet est capotée, et de 260 à 280 L quand la capote est repliée dans son compartiment. Même chose pour le dossier de banquette rabattable, qui dégage un espace plus large et plus haut ( 450 mm par 246 mm ). Cela est loin de faire de la Série 2 cabriolet une déménageuse, avec un accès au coffre qui reste limité.

 

Places arrière BMW Série 2 cabriolet

Places arrière BMW Série 2 cabriolet

 

La transformation d’un coupé en cabriolet nécessite un gros travail sur la caisse pour parvenir à maintenir le maximum de rigidité. Les ingénieurs BMW sont parvenus à augmenter la rigidité torsionnelle de 20 % par rapport à l’ancienne Série 1 Cabriolet. Avec une répartition des masses de 50% à l’avant et de 50% à l’arrière, la nouvelle Série 2 Cabriolet est particulièrement dynamique. Elle devient tout bonnement stupéfiante en version M235i , avec un comportement routier diabolique associé à un moteur qui donne envie d’envoyer ! Mais même en respectant les limitations, on prend plaisir à rouler sous le soleil tout en écoutant ronronner le 6 cylindres turbocompressé.

Essai BMW M235i Cabriolet

Essai BMW M235i Cabriolet

 

 

Un décapotage qui se paye

 

Les prix de la Série 2 Cabriolet débutent à 34500 euros avec le petit 3 cylindres 1.5 turbo déjà utilisé par la nouvelle Mini Cooper. Avec en ligne de mire l’Audi S3 Cabriolet, cette M235i Cabriolet s’affiche à 52900 euros. En revanche avec la transmission intégrale xDrive, le tarif grimpe à 57250 euros ce qui la place à un prix supérieur à celui de la S3 Cabriolet ( 56270 euros ). Mais la bavaroise est la plus puissante des deux ! Cela ne l’aide pas pour les émissions de Co2, qui la pénalisent d’un malus écologique de 3600 euros.

La transformation du coupé Série 2 au cabriolet est facturée 4000 euros sur la motorisation 220i, mais 4900 euros sur cette version M Performance.

Essai BMW M235i Cabriolet

Essai BMW M235i Cabriolet

LIRE LA FIN DE L’ESSAI BMW M235i CABRIOLET