Essai Toyota Auris Hybride 136h & 124 D4-D Dynamic

Toyota Auris 2012

Toyota commercialise la deuxième génération de sa compacte Auris. Cette berline à la carrière discrète revient avec des objectifs sérieux : réaliser une hausse de ses ventes de +25%.

La marque japonaise a déjà vendu 39 millions de compactes dans le monde, ce n’est pas non plus un coup d’essai.

Cette fois-ci la version hybride est disponible dès le lancement : elle pourrait représenter 70 % des ventes ! En 2010 la précédente Auris était déjà proposée en version hybride. Toyota vise 1.200.000 ventes de voitures hybrides par an, et proposera de nombreuses nouveautés dans ce domaine. Place à la nouvelle Auris Hybride 136h, et à la version diesel D4-D de 124 ch.

Style

L’ancienne Auris ne s’était jamais fait remarquer au niveau de son style extérieur. La nouvelle génération reste sage, mais son design semble plus mûr que celui de la précédente génération. La face avant représente le nouveau visage Toyota, avec un air de famille indéniable avec d’autres modèles de la gamme. Les phares sont effilés, avec les désormais incontournables LED. Il s’agit du design Keen Look déjà vu sur l’Avensis restylée.

A l’arrière, les nouveaux blocs de feux horizontaux donnent plus d’assise à la voiture que l’ancienne Auris.

Toyota Auris 2012

Plus basse de 55 mm, la nouvelle Auris affiche un profil plus classique qu’une Prius, avec une certaine élégance dans cette version Style avec peinture blanc nacré.

Avec un style dans l’air du temps mais discret, l’Auris 2 n’impose pas un style marqué écologiste comme la Prius. Cela devrait lui permettre de marquer des points !

A vivre

L’habitacle de l’Auris n’est pas la nouvelle référence en terme de finition.  La présentation fait dans le sérieux, avec plus de modernité qu’avant mais certains plastiques déçoivent.

Le système  Toyota Touch est livré de série dès le niveau de finition intermédiaire. Il s’agit seulement de l’écran central tactile : la navigation est ensuite vendue en option à 600 euros sur le niveau Dynamic ( Touch & Go ) et à 700 euros sur le niveau Style ( Touch & Go Plus avec reconnaissance vocale et vue 3D ).

La double boîte à gants du précédent modèle a été abandonnée. Le bandeau central de la planche de bord peut revêtir un aspect métallique ou être recouvert de cuir, sur la version Style.

Toyota Auris 2012

Par rapport à l’ancienne Auris, l’habitacle semble nettement plus moderne. La qualité de finition ne fera donc pas référence, avec des plastiques rigides et des ajustements qui manquent de précision.

Quand l’ancienne Auris Hybride était pénalisée par un coffre de taille réduite avec seulement 279 litres, ce n’est plus le cas de cette nouvelle génération.

Les batteries sont désormais situées sous la banquette arrière. Le volume du coffre affiche donc 360 litres sur toutes les versions.

A conduire

En Hybride 136h ou en diesel 124 D4-D, la nouvelle Toyota Auris présente deux visages assez différents. L’Auris Hybride ravira les adeptes de boîtes automatiques : le conducteur n’a pas possibilité de changer de rapport. Elle dispose en effet d’un train épicycloïdal. Le revers de la médaille, c’est un régime moteur élevé avec une sonorité désagréable lors des accélérations à pleine charge. Et sans rapports de boîte de vitesse, impossible d’imaginer passer le rapport supérieur pour réduire le régime moteur. On laisse donc le système HSD tout gérer, et on évite de rouler de façon dynamique pour profiter d’un niveau sonore raisonnable.

Toyota Auris 2012

Toyota Auris 2012

Contrairement à la dernière Prius + ou à la Prius rechargeable, l’Auris Hybride possède des batteries Nimh qui permettent une autonomie en tout électrique de 2 km. C’est peu dans l’absolu, mais les batteries se rechargent très régulièrement grâce à l’énergie récupérée lors des phases de freinage de décélération, et via un alternateur.

Les moteurs 1.8 VVT-i essence et électrique peuvent fonctionner en même temps ou indépendamment. Les 136 ch permettent de grimper à 180 km/h et de réaliser le 0 à 100 km/h en 10,9 secondes. Pour bénéficier de la puissance maximale, le conducteur pourra activer le mode Power sur un commutateur situé derrière le levier de vitesses. Les deux autres modes sont ECO, et EV pour le mode tout électrique.

Toyota Auris 2012

Plus basse et plus légère, la nouvelle Auris est agile et très sécurisante. Le centre de gravité abaissé a permis d’employer des suspensions plus souples pour améliorer le confort.

La rigidité en torsion est améliorée de 10%. Le châssis semble à même de supporter des puissances largement supérieures aux 136 ch et 124 ch de ces deux versions !

L’essieu arrière à doubles triangles est réservé aux versions hybrides et 2.0 diesel.

En version diesel D4-D, la Toyota Auris fait preuve d’une belle souplesse. Le moteur 2.0 développe 124 ch, une puissance tout à fait suffisante pour mouvoir convenablement la nouvelle Toyota Auris. Malgré les efforts des ingénieurs Toyota pour améliorer l’insonorisation de cette Auris, le moteur D4-D manque de discrétion. Ses claquements ont du mal à se faire oublier.

Vous en serez dispensé aux feux rouges grâce à l’ajout d’un système Stop & Start monté en série. Avec 310 Nm de couple maximum, le 2.0 D4-D est très bien placé pour effectuer des reprises efficaces.

A conduire, la nouvelle Auris est loin d’être déplaisante avec un bon châssis. La version Hybride réclame un rythme paisible, alors que la version diesel se marie très bien avec une conduite plus énergique.

Budget

A 24600 euros, l’Auris 1.8 Full Hybrid Dynamic est au même prix que l’ancienne génération. La finition Style est vendue 2000 euros de plus. Ces deux versions bénéficient de bonus différents : 2460 euros pour la version Dynamic et 2660 euros pour la version Style. Bonus déduit, l’Auris Hybride 136h Dynamic est donc à 22140 euros, alors qu’une Auris 124 D-4D Dynamic est facturée 23700 euros. La version hybride s’affiche même moins cher que l’Auris 90 D4-D, qui est à 22500 euros.

On comprend alors pourquoi Toyota prévoit de vendre 70% des Auris en hybride ! La consommation mixte descend très facilement sous la barre des 6 L/100 km, une valeur comparable à l’Auris 124 D4-D.

L’équipement intermédiaire Dynamic comprend la climatisation automatique monozone, les jantes alliage 16 pouces, les 4 vitres électriques, la ligne de vitrage chromée, le volant multifonction gainé cuir, la caméra de recul, la téléphonie bluetooth, le double plancher de coffre et les phares anti-brouillard.

L’Auris Style gagne la sellerie mi-cuir, les jantes alliage 17 pouces, les vitres arrière surteintées, les rétroviseurs rabattables électriquement, les sièges avant chauffants, l’ouverture des portes et le démarrage sans clé, l’aide au stationnement intelligent IPA avec radars avant et arrière, la climatisation automatique bizone, les essuie-glace automatiques, la planche de bord gainée cuir, le rétroviseur intérieur électrochrome, l’allumage automatique des feux.

Toyota Auris 2012

Toyota Auris 2012

Avec une carrosserie aérodynamique, la Toyota Auris est sobre. En version diesel nous avons seulement consommé 6,5 L lors de notre essai.

L’Auris Hybride est homologuée à 91 g de rejets de CO2 avec les finitions Style et Dynamic, et descend même à 87 g pour la version Business chaussée en 15 pouces.

En diesel, ceux qui souhaitent le moteur le plus sobre et un petit bonus écologique devront se tourner vers le 1.4 diesel qui ne rejette que 99 g.

En entretien, Toyota avance des économies supérieures avec laversion hybride. L’entretien est moins cher, et l’usure des pneumatiques est moindre avec un poids mieux réparti.

LIRE LA FIN DE L’ESSAI :

Essai Toyota Auris 2012 Hybride 136h Style & 124 D4-D : conclusion, galerie photo