Essai Alpine A110 GT : une version très plaisante

Essai Alpine A110 GT : une version très plaisante
Essai Alpine A110 GT : une version très plaisante

On ne présente plus l’Alpine A110, qui a fait son grand retour quelques années en arrière et a su depuis s’imposer comme l’une des sportives les plus convoitées en France. Après vous avoir présenté ce modèle à l’essai avec sa motorisation de 252 ch, nous avons pu profiter d’un nouvel essai de l’Alpine A110 GT, qui profite d’une puissance de 300 ch et d’un équipement complet.

Un design toujours aussi craquant

Extérieurement, l’A110 a su réinventer la berlinette en étant aussi désirable que son aïeule. Et que ce soit en roulant ou à l’arrêt, cette A110 GT est un véritable aimant. Les têtes se tournent, les pouces se lèvent, et les curieux viennent rapidement vous partager leur avis positif sur l’engin. Difficile de faire mieux : cette sportive française fait l’unanimité, tout autant aujourd’hui que lors de sa sortie.

Notre version d’essai arbore une teinte de carrosserie Gris Acier Metal et non pas Gris Tonnerre : cette teinte fait partie des propositions de l’Atelier Alpine. Elle permet de se démarquer lors des rassemblements, car seulement 110 exemplaires profiteront de cette teinte « historique ». Une plaque numérotée accompagne même ce choix dans l’habitacle, de quoi apporter une plus value possible à la revente. Tout ceci aura un prix : une option facturée 5150 euros, contre 900 euros pour une teinte classique.

Cette teinte fait partie de la personnalisation proposée par l'atelier Alpine
Cette teinte fait partie de la personnalisation proposée par l’atelier Alpine

Ici les jantes alliage sont optionnelles : il s’agit du modèle Fuchs 18″, peint en gris titane satiné ( 1460 euros ). Alpine propose des options de personnalisation qui donneront envie de se composer une A110 sur mesure, puisqu’on pourra aller jusqu’au choix des étriers de freins ! Quatre dessins de jantes alliage sont proposés, tous en 18″. La personnalisation atelier Alpine peut permettre d’obtenir certaines jantes en blanc brillant, en noir, ou même en coloris or vif. Au vu des configurations possibles, attention : les fautes de goût sont largement ouvertes avec des combinaisons pas toujours très réussies.

Le badge GT est apposé à l’arrière, sous le lettrage Alpine. On notera aussi la présence du drapeau tricolore au niveau des custodes arrière.

Pour la partie design, il sera donc difficile d’adresser des reproches à l’A110, ou à cette déclinaison GT.

Le badge GT reste discret et élégant
Le badge GT reste discret et élégant

Un habitacle très bien équipé

A bord, cette version GT mise sur une ambiance sportive et luxueuse. Les sièges confort Sabelt sont recouverts d’une sellerie en cuir brun, avec surpiqûres bleues. Il est aussi possible de choisir du cuir noir, plus classique. Le rappel de la sellerie est présent sur les contre-portes avec un habillage cuir placé dans le rappel de teinte de la carrosserie extérieure. Une fois encore, attention aux choix réalisés lors de la configuration ! On trouve aussi une planche de bord gainée de cuir sur la partie supérieure, avec des éléments façon carbone au niveau des aérateurs.

L’habitacle de l’A110 est celui d’une sportive : au ras du sol, avec des sièges baquet et des repose-pied en aluminium. Pas de problème pour trouver une bonne position de conduite, même pour les grands gabarits avec des réglages complets, mais jamais électriques.

La présentation de la version GT ne manque pas de cachet
La présentation de la version GT ne manque pas de cachet

Depuis 2022, la berlinette profite d’un système multimédia Alpine avec écran tactile de 7 pouces, connectivité Bluetooth et 2 prises USB. Malgré cette mise à jour, l’interface multimédia est datée et la taille de l’écran limitée, avec une large bordure. Les mélomanes sauront en revanche apprécier la présence d’un système hifi Focal, qui fait partie des équipements de série.

C’est dans l’habitacle qu’on pourra adresser le plus de reproches à Alpine, qui a du reprendre certaines commandes du catalogue Renault. Mention spéciale pour le commodo d’autoradio, le même que sur une Clio. Alpine se rattrape heureusement sur la finition, avec une présentation globale qui demeure à la fois sportive et luxueuse.

L’instrumentation devant le conducteur est numérique, et on peut se demander si les puristes n’auraient pas apprécié des compteurs traditionnels. Une option gratuite de compteurs à l’ancienne serait sans doute une bonne idée !

Les collectionneurs ne manqueront pas la présence de la plaque numérotée pour la teinte de carrosserie, qui donne une certaine rareté à la voiture.

La plaque qui indique la rareté du coloris choisi
La plaque qui indique la rareté du coloris choisi

Autre petit grief à bord : des rangements qui sont comptés. Les espaces de rangement ne sont pas nombreux, ni spacieux.

Pour partir en week-end, le petit coffre situé à l’arrière avec ses 96 litres sera en revanche complété par un « trunk » à l’avant, qui sera certainement bien utile avec 100 litres supplémentaires ! Il faudra donc voyager léger…

Le coffre avant sera bien utile
Le coffre avant sera bien utile

Essai Alpine A110 GT : à conduire

Nous avions effectué précédemment un premier essai de l’Alpine A110 Légende, qui était alors motorisée par le quatre cylindres 1.8 turbocompressé de 252 ch. Depuis le lancement de la nouvelle A110, cette motorisation a été déclinée avec une puissance relevée à 300 ch. C’est le moteur utilisée par cette A110 GT, mais aussi par les A110 S et A110 R.

L’A110 GT reprend le même châssis que la version de 252 ch : les trains roulants ne sont donc pas les mêmes que ceux de la version S. Concrètement, cette version est donc plus orientée grand tourisme et balade que sortie sur circuit. Ce qui ne l’empêche pas de faire preuve de sportivité, bien au contraire !

Dès le démarrage, l’A110 GT donne le ton avec une sonorité d’échappement très suggestive. Pas de doute, on est bien au volant d’une sportive. Et les premiers tours de roues ne déçoivent pas : agile et puissante, cette A110 GT soigne particulièrement le chapitre routier.

Essai Alpine A110 GT
Essai Alpine A110 GT

Motorisée par un 4 cylindres de 1,8 L de cylindrée, l’A110 GT ne manque pas de nerf : elle profite en effet d’un poids contenu, qui permet d’afficher des performances enthousiasmantes. Avec un poids limité à 1119 kg, l’A110 GT peut ainsi passer de 0 à 100 km/h en 4,2 s. Un temps digne d’une sportive motorisée par un bloc plus conséquent…

A comparer par exemple aux 4,9 s demandés par une Porsche 718 Boxster, qui dispose elle aussi de 300 ch. Mais son poids est supérieur à 1,4 tonne, ce qui est correct mais fait la différence avec l’Alpine. Même avec sa puissance de 350 ch, le Cayman S est encore derrière avec 4,6 s. Et si on prend le Cayman GTS 4.0 avec ses 400 ch, le chrono descend à 4,5 s. C’est dire si l’A110 GT est terriblement performante. Elle atomise en accélération toute la gamme du Cayman !

Le kilomètre départ arrêté est lui effectué en 22,4 s, là encore un chiffre parlant. Au volant, autant dire qu’elle donne la banane…

Ce moteur 1.8 turbocompressé n’est pas accessible facilement, puisqu’il est placé en position centrale. Il est proposé avec une boite EDC à double embrayage. C’est justement cette boite qui a limité la progression du couple moteur, qui est identique à celui de la version de 252 ch. La puissance qui passe à 300 ch est obtenu avec un turbocompresseur qui souffle plus fort. Alors oui, ce n’est pas un gros bloc, mais il est parfaitement adapté au poids plume de l’engin et il délivré un tempérament sportif quand il monte dans les tours.

La légèreté de l’A110 GT s’apprécie dans les relances, mais aussi dans les enchainements de virages avec une efficacité incroyable.

L'A110 GT vous donnera envie d'explorer, adepte des petites départementales
L’A110 GT vous donnera envie d’explorer, adepte des petites départementales

Propulsion arrière, cette A110 GT ne manque jamais de motricité et s’en remet à des pneumatiques Michelin Pilot Sport 4 en 205/40 ZR18 à l’avant, et en 235/40 ZR 18 à l’arrière.

En mode Sport, l’échappement laisse échapper de sympathiques pétarades. Le moteur qu’on a dans le dos se fera lui aussi entendre avec une sonorité rageuse, et une insonorisation qui reste assez légère. Entendre les bruits mécaniques comme le turbo n’est pas déplaisant, et fait partie de l’ambiance sportive du modèle.

Pour ceux qui hésiteraient, la version A110 S se distingue de la version GT par ses trains roulants, avec des ressorts plus fermes : une philosophie plus radicale, destinée à ceux qui visent plutôt des sorties sur circuit.

Budget : elle assure au niveau du malus

A l’heure où nous publions cet essai, l’A110 standard est facturée 65000 euros. Un tarif qui vient juste de grimper le 5 décembre, puisqu’il était auparavant à 62500 euros, mais avec un équipement plus réduit. La déclinaison GT qui nous intéresse ici nécessite une rallonge non négligeable, puisqu’elle s’affiche à 76000 euros ! La version S ne coûte que 1500 euros de plus, de quoi créer des maux de tête à certains acheteurs…

Les options sont abordables chez Alpine, ce qui permet de faire des configurations à des prix qui restent dans la limite du raisonnable.

D’ailleurs sa concurrente principale, la Porsche 718 Cayman, est facturée à partir de 65847 euros. Un prix inférieur à celui de l’A110, mais qui va nécessiter de nombreuses options pour obtenir un niveau d’équipement équivalent. Boite de vitesse PDK, intérieur tout cuir, assistance au parking…il va falloir cocher beaucoup d’options. Même le régulateur de vitesse de base n’est pas compris.

La sellerie cuir fait partie de la dotation de série sur cette version GT
La sellerie cuir fait partie de la dotation de série sur cette version GT

Autre chiffre positif : malgré des performances élevées, l’A110 GT n’est pas affublée d’un malus exorbitant, y compris en 2024. Elle est en effet soumise en France pour une immatriculation en 2024 à un malus écologique de 2918 euros, un chiffre que peuvent lui envie de nombreuses sportives. Là aussi, le poids contenu fait des merveilles.

Car de son côté, le moins puissant des 718 Boxster dépasse déjà les 200 g de rejets de CO2 : il sera donc soumis l’année prochaine à un malus de 60.000 euros !

Voilà qui pourrait donner un argument supplémentaire plus que décisif à l’A110 GT face à sa rivale allemande.

L'A110 GT peut aussi évoluer dans les beaux quartiers avec classe
L’A110 GT peut aussi évoluer dans les beaux quartiers avec classe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *