Ferrari California T : le retour du turbo

Ferrari California T

Ferrari California T

Chez Ferrari, les grandes évolutions mécaniques ne sont pas particulièrement récurrentes. Le retour du turbo sur un moteur Ferrari est donc une nouveauté majeure pour la marque, qui vise ainsi à réduire les émissions de Co2 de sa gamme. Ferrari le met en avant en ajoutant la lettre T au patronyme de sa populaire California.

C’est la California qui profite la première d’un moteur turbocompressé, et on peut imaginer que ce ne sera pas la dernière dans les années à venir ! Exit l’ancien bloc V8 de 4,3 L, le nouveau moteur V8 réduit sa cylindrée à 3,85 L, pour une puissance revue à la hausse. Ce moteur dérivé d’un bloc déjà connu chez Maserati offre une puissance de 560 ch et un couple de 755 Nm. Le 0 à 100 km/h est ainsi annoncé en 3,6 secondes à peine, et la vitesse de pointe grimpe à 316 km/h.

Dans le même temps, les rejets de Co2 baissent fortement de 299 g à 250 g. La consommation mixte est donnée à 10,5 L, un chiffre qui semble bien théorique !

Esthétiquement la Ferrari California ne se contente pas d’adopter un turbo, elle en profite aussi pour se rafraîchir avec des évolutions à l’avant et à l’arrière. Le nouveau visage est assez différent de la California de 2008 avec des optiques effilées et une grande bouche élargie, plus dans l’esprit des modèles Ferrari actuels comme la FF.

De derrière, la nouvelle California délaisse ses sorties d’échappement superposées pour quatre sorties disposées de manière classique, avec un diffuseur imposant sur la largeur de l’auto. Même le profil évolue sensiblement avec un traitement revu des surfaces, que ce soit sur les ailes avant ou les portières.

Chez Ferrari, le turbocompresseur était apparu avec la 208 GTB turbo, avant de disparaitre en 1992 avec la fin de carrière de la F40.

Ferrari California T

Ferrari California T

Ferrari California T

Ferrari California T