La Renault 5 de mon père

La Renault 5 de mon père

La Renault 5, un modèle emblématique des années 70, méritait bien un nouveau livre. Pour l’éditeur E.T.A.I, celle qui était appelée “Supercar” dans les spots publicitaires créés par Publicis a trouvé sa place dans la collection la voiture de mon père.

Proposé à moins de 30 euros, ce livre intitulé “La Renault 5 de mon père” retrace la genèse et l’historique du modèle. Même si tout le monde semble connaître la Renault 5, il suffit de plonger dans le livre de Yann Le Lay et Bernard Vermeylen pour découvrir de nombreuses anecdotes, avec à l’appui de très nombreuses archives. Maquettes de travail, publicités d’époque, et même les prospectus rédigés par la concurrence pour dénigrer le best-seller du losange : tout y passe.

Début 1972, la Renault 5 arrive sur le marché en créant un nouveau segment pour Renault. Moins rustique que la Renault 4, elle a pour mission de séduire une clientèle citadine qui est aussi appelée à se rendre à la campagne pour le week-end. Sympathique, compacte et routière : le cahier des charges peut rappeler celui de ses descendantes, de la Super 5 aux Clio. Polyvalente, la Renault 5 a su s’adapter à son époque en répondant à la hausse des prix du baril de pétrole.

Ce livre saura réveiller bien des souvenirs, et instruire ceux qui se passionnent pour l’histoire de l’automobile française.


Mots clés pour ce billet :